•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un médecin vêtu de son sarrau, avec un stéthoscope lui tombant sur les épaules.

Des médecins du privé viennent en aide à leurs collègues du réseau public.

Photo : Getty Images / Joe Raedle

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'entreprise de médecine privée Opti-Soins de Jonquière vient en soutien au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la lutte contre la pandémie.

Selon la présidente-directrice générale de l'entreprise, Pascale Lamarche, quatre médecins de son entreprise, qui sont désaffiliés de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), ont obtenu la permission d'aller prêter main-forte au CIUSSS tant que durera la crise sanitaire. J'ai plusieurs médecins, quatre médecins en fait sur mon équipe de six omnipraticiens, qui font des cliniques de dépistage ou qui travaillent aux enquêtes épidémiologiques, donc effectivement qui font les deux et prêtent réellement main-forte pour contrer cette pandémie, pour aider du moins, a-t-elle indiqué.

Selon Mme Lamarche, un décret gouvernemental récent permet à des médecins du privé de revenir dans le système public pour appuyer le réseau de la santé.

Au total, Opti-Soins emploie 35 personnes, dont des infirmières, en plus des médecins désaffiliés.

Par ailleurs, une équipe de huit personnes d'Opti-Soins est déployée dans un hôtel de Saguenay pour traiter une vingtaine de patients de résidences privées pour aînés (RPA) qui ont été hospitalisés et qui doivent séjourner là avant leur retour dans leurs résidences respectives. Ce sont des personnes qui ont été soit hospitalisées, soit en contact avec des cas, et qui sont maintenant positifs [sic] au test de COVID et qui ne peuvent pas retourner en résidence pour personnes âgées, par exemple, puis qui sont en zone tampon administrée par le CIUSSS. Mais ce sont nos ressources qui s'occupent de ces gens-là, a-t-elle précisé.

Avec des informations de Michel Gaudreau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !