•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transat aura besoin d'argent si elle ne passe pas sous l'aile d'Air Canada

Des avions au sol.

Sur le tarmac de l'aéroport Trudeau, un avion d'Air Canada et d'Air Transat

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

La Presse canadienne

Transat A.T. estime qu'elle aura besoin d'environ un demi-milliard de dollars l'an prochain afin de poursuivre ses activités si la transaction qui doit lui permettre de passer sous l'aile d'Air Canada avorte.

Le voyagiste a terminé une année financière désastreuse en dévoilant, vendredi, après la fermeture des marchés, une perte nette attribuable aux actionnaires de 238,1 M$, ou 6,31 $ par action. Les résultats devaient initialement être publiés jeudi.

En date du 31 octobre – à la fin de son exercice – il existait une incertitude significative susceptible de jeter un doute important sur la capacité de la société à poursuivre son exploitation, a prévenu Transat A.T.

Si elle passe dans le giron d'Air Canada, la société mère d'Air Transat serait bien positionnée pour affronter la crise provoquée par la pandémie de COVID-19 et profiter de la reprise, a souligné son président et chef de la direction, Jean-Marc Eustache, dans un communiqué.

Nous avons toutefois également mis en place un financement à court terme de 250 M$ et travaillons actuellement à le remplacer dans un scénario de non-réalisation de la transaction par un financement global couvrant nos besoins sur l'année 2021, ce qui pourrait se faire entre autres dans le cadre d'un plan de soutien à l'industrie, tel qu'annoncé par le gouvernement, a-t-il indiqué.

Une semaine déterminante

La direction du voyagiste doit commenter les résultats lundi, dans le cadre d'une conférence téléphonique avec les analystes financiers. Entre-temps, l'entreprise établie à Montréal a expliqué qu'elle s'affairait actuellement à sécuriser ses besoins de financement pour 2021.

Les actionnaires de Transat A.T. doivent se prononcer mardi prochain sur la nouvelle mouture de la transaction avec Air Canada. La plus importante compagnie aérienne du pays offre désormais 5 $ pour chaque action du voyagiste dans le cadre d'une offre évaluée à 190 M$.

Son offre précédente était de 18 $ par action, pour une valeur de 720 M$.

Cela n'a rien à avoir avec le niveau de confiance concernant la transaction avec Air Canada, a expliqué au bout du fil le porte-parole de Transat A.T., Christophe Hennebelle, à propos des besoins de financement annoncés par la compagnie. Nous n'avons pas encore de certitude avec la transaction. On doit donc [faire le point].

M. Eustache sur la scène, prêt à prendre la parole.

Le président et chef de la direction de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de mars 2020.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Transat A.T. a été particulièrement secouée par la crise sanitaire, qui a provoqué une fermeture des frontières à l'international, ce qui a ébranlé le secteur du tourisme en raison d'un effondrement de la demande.

Ses revenus du quatrième trimestre n'ont été que de 28,4 M$, comparativement à 664,8 M$ à la même période il y a un an.

Nos résultats sont représentatifs de l'impact dévastateur de la COVID-19 sur l'ensemble de l'industrie du voyage, a souligné M. Eustache, en ajoutant que l'entreprise avait déployé un bouquet de mesures pour réduire ses coûts, ce qui s'est traduit par des mises à pied massives.

Abstraction faite des éléments non récurrents, la compagnie a vu sa perte ajustée s'établir à 156,4 M$, ou 4,14 $ par action, au cours du dernier trimestre de son exercice, par rapport à un bénéfice ajusté de 30,1 M$, ou 80 cents par action, il y a un an.

Les analystes anticipaient une perte ajustée par action de 2,35 $ ainsi qu'un chiffre d'affaires trimestriel de 138,5 M$, selon la firme de données financières Refinitiv.

Une année difficile

En ce qui a trait à son exercice, Transat A.T. a perdu 496,5 M$, ou 13,15 $, alors que ses revenus se sont établis à 1,3 G$. En 2019, sa perte nette s'était chiffrée à 32,3 M$, ou 86 cents par action, sur des recettes de 2,9 G$.

Transat A.T. s'attend à ce que la Commission européenne – dont le feu vert est essentiel – se prononce sur sa vente à Air Canada vers le 9 février. La décision de Transport Canada est également attendue. La date butoir entourant la vente du voyagiste a été fixée au 15 février.

À la Bourse de Toronto, vendredi, l'action du voyagiste a clôturé à 5,80 $, en baisse d'environ 4 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !