•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les haltères d'un Beauceron demandés partout dans le monde

David Pépin ne s'attendait jamais à commercialiser la barre d'haltère qu'il avait inventée et fabriquée pour son usage personnel en mars dernier

David Pépin ne s'attendait jamais à commercialiser la barre d'haltère qu'il avait inventée et fabriquée pour son usage personnel en mars dernier.

Photo : Radio-Canada / Steve Breton

En confinement à la maison, David Pépin avait besoin de barres d’haltères pour s’entraîner chez lui en Beauce. Incapable de trouver ce qu’il cherchait, il a décidé de fabriquer ses propres tiges sans se douter que, quelques mois plus tard, Dumbbell Pépin allait voir le jour et se retrouverait jusqu’en Californie et ailleurs dans le monde.

Dans le garage de son père, ce technicien en mécanique automobile assemble et soude lui-même les pièces métalliques, découpées au laser dans l’usine de son ami d’enfance, pour fabriquer les poignées qu’il emballe et qu’il expédie à travers le monde.

Au départ, je faisais ça pour moi, c’était même pas dans le but de le commercialiser. J’en ai fait 25 pour mes amis, mais là, j’en fabrique des centaines.

Une citation de :David Pépin, concepteur des barres d'haltères Dumbbell Pépin

Sa poignée peut recevoir de 5 à 120 livres, et son système de vis interne permet une meilleure stabilité des poids et une meilleure ergonomie, en éliminant les embouts des tiges traditionnelles qui peuvent nuire au mouvement ou causer de l’inconfort.

Jusque-là, rien de nouveau dans le marché. Selon son concepteur, Dumbbell Pépin se démarque plutôt dans sa capacité à recevoir les disques munis d’un trou central d’un pouce de diamètre des autres fabricants.

Les poignées avec vis intégrée de David Pépin.

Les poignées avec vis intégrée de David Pépin.

Photo :  Capture d’écran - Facebook / Dumbbell Pépin

De Saint-Éphrem à San Francisco

Ce passionné d’entraînement de 31 ans a imaginé et confectionné son produit en mars dernier, alors que lui et sa copine ont dû écourter un séjour à Cuba en raison de la pandémie et se confiner à la maison.

J’avais du temps pour m’entraîner et pour penser. J’en ai profité pour travailler sur un prototype, et ça a commencé tranquillement comme ça, raconte-t-il.

La suite n’a rien de tranquille. Après avoir amélioré son produit, il a tenté sa chance et il a lancé une courte vidéo promotionnelle sur les réseaux sociaux.

Ma vidéo s’est retrouvée sur un forum de discussion d’équipement de gym aux États-Unis. Personne ne connaissait mon produit à ce moment-là. Une personne a acheté mon produit et a donné un bon commentaire, puis une deuxième et une troisième.

Ma première vente à l’extérieur du Canada, c’était à San Francisco. Je regardais ça et je me disais : "Ça se peut pas!"

Une citation de :David Pépin, concepteur des barres d'haltères Dumbbell Pépin

L’administrateur du forum, qui compte plus de 250 000 abonnés sur sa page Instagram, a demandé à David de lui envoyer ses barres pour en faire l’essai.

Cette simple mention sur la page GarageGymReview a créé un engouement.

J’ai vendu en une journée ce que je vends habituellement en une semaine et, depuis, ça n’arrête pas, la demande augmente tous les jours. Je ne m’attendais pas du tout à cela, explique David.

Cette publicité inattendue, jumelée à la fermeture des gyms en temps de pandémie, a fait exploser la demande en équipement d’entraînement pour la maison.

Surtout que quand j’ai parti ça, on ne savait même pas que les gyms allaient fermer, ça a vraiment été un bon timing pour moi, renchérit David.

Dans le garage de son père, David Pépin assemble lui-même les pièces métalliques pour fabriquer ses barres d'haltères

Dans le garage de son père, David Pépin assemble lui-même les pièces métalliques pour fabriquer ses barres d'haltères.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Grandir, mais pas trop

David Pépin a déjà ajouté les disques d’acier à sa gamme de produits et songe à diversifier son offre. Mais pour l’instant, la priorité est de trouver une façon de répondre à la demande.

Il dit recevoir chaque semaine l’appel d’un distributeur qui souhaite faire grandir la part de marché des produits Dumbbell Pépin, mais, pour l’instant, sa capacité de production ne lui permet pas de signer une telle entente.

Je peux produire environ 40 à 50 ensembles de poignées par semaine, mais le problème, c’est que je dois tout emballer moi-même. L’emballage me prend presque autant de temps que l'assemblage.

J’ai des demandes pour le marché nord-américain, et il y a même un gars qui m’a écrit pour distribuer mon produit en Ukraine. Mais je ne suis pas capable de fournir pour l'instant.

Une citation de :David Pépin, concepteur des barres d'haltères Dumbbell Pépin

Le garage de la maison familiale étant devenu trop petit, David Pépin tente présentement de trouver un local industriel pour améliorer l’efficacité de sa production.

De plus, sa conjointe Amélie, qui a réalisé le site web, pourrait rejoindre les rangs à temps plein. Mais il souhaite une expansion modeste de son entreprise.

Je veux développer mon produit, mais je ne veux pas que mon entreprise prenne toute la place non plus. J’aimerais continuer de voyager et de profiter de la vie, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !