•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

L’une des plus importantes fausses nouvelles au monde en 2020 provient du Canada

Cette fausse nouvelle semble avoir bénéficié pour sa propagation d’une campagne coordonnée.

C'est un billet de blogue.

Capture d'écran de la fausse nouvelle.

Photo :  Capture d’écran

En à peine quelques semaines, une fausse nouvelle canadienne a été vue par des millions de personnes alors qu’elle frayait son chemin vers la France, l’Italie et l’Espagne, en passant par les Philippines. Voici comment un simple courriel envoyé à des conspirationnistes de l’Ouest canadien est devenu une des fausses nouvelles les plus populaires à l’échelle mondiale en cette année de pandémie.

Le 14 octobre, un blogue canadien publiait un article intitulé (Nouvelle fenêtre) Est-ce que cette fuite d’information montre le plan cinglé de Trudeau pour la COVID-19 en 2021? À vous de décider. L’article se basait sur un courriel reçu de LPC_leaker, qui se présentait comme un lanceur d’alerte au sein du Parti libéral du Canada (PLC).

Je veux vous fournir des informations très importantes. Je suis membre du comité du Parti libéral du Canada. Je siège dans plusieurs comités, mais les informations que je fournis proviennent du comité de planification stratégique (qui est dirigé par le cabinet du premier ministre), écrivait en anglais ce soi-disant lanceur d’alerte.

Dans son courriel, ce dernier détaillait ce qu’il présentait comme la feuille de route du gouvernement pour les prochains mois : un confinement total, le déploiement de l’armée, l’émergence d’un nouveau virus appelé COVID-21, en passant par la vaccination obligatoire, des camps d’internement pour les récalcitrants et rien de moins que l’abolition de la propriété privée au pays.

Tout ce que je sais, c’est que je n’aime pas ça et je pense que ça va placer les Canadiens dans un avenir sombre (sic), concluait l’auteur, empruntant une formulation anglaise boiteuse.

Plusieurs médias de vérification ont vite fait de démentir cette fuite (Nouvelle fenêtre). Non seulement ce courriel contenait plusieurs idées déjà réfutées, mais le comité en question, le comité de planification stratégique, n’existe tout simplement pas (Nouvelle fenêtre) au sein du gouvernement canadien. Des figures bien connues dans la communauté à saveur conspirationniste ont aussi rapidement invité à la prudence.

La fausse nouvelle explose

Néanmoins, le courriel a fait son chemin sur les réseaux sociaux. L’article de blogue a été partagé près de 10 000 fois sur Facebook, puis le texte du courriel lui-même s’est aussi mis à voyager. Des vidéos à son sujet ont été publiées sur Facebook et YouTube. Des traductions en français se sont mises à circuler au Canada. Le texte s’est aussi retrouvé dans le forum du site 8kun, où le fameux Q, personnage central de la conspiration QAnon, publie ses messages.

Ce n’est pas tout. Nous avons pu trouver des traductions de ce courriel en espagnol, en italien, en portugais, en allemand, en hongrois, en russe et en polonais. Aux Philippines, une vidéo en tagalog (Nouvelle fenêtre) à propos de cette fausse fuite a cumulé pas moins de 3,4 millions de vues sur Facebook.

C'est une dame qui parle dans une vidéo Facebook.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cette vidéo en tagalog a été vue plus de 3,4 millions de fois.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

Puis la fuite est arrivée en France, ce qui n’est guère surprenant puisque le texte avait été traduit en français. Par contre, ce qui fait sourciller, c'est que quelqu’un a pris le soin de le modifier pour donner l’impression qu’il s’agit d’une fuite… du gouvernement français. Toutes les mentions du Canada ou de ses institutions ont été modifiées à la sauce française.

À peine installé le Haut Commissariat au Plan [NDLR : un vrai comité du gouvernement français] n’a pas attendu longtemps pour se mettre au travail et profiter de cette pseudo-crise covidienne pour mener à bien la suite de l’agenda prévu par l’Élite. Dans une note qui nous a été transmise, il propose au gouvernement une série d’actions délirantes et inquiétantes afin de nous amener au grand reset financier voulu par la Cabale, affirmait le 25 octobre un blogue conspirationniste français. Le reste de l’article était une traduction française du courriel de LPC_leaker.

Peu de temps après, un graphique reprenant ces fausses informations a été partagé des milliers de fois sur Facebook en France. Cela a forcé le gouvernement français à les démentir, alors que plusieurs médias de vérification français ont cherché à remettre les pendules à l’heure.

Avouons qu’il y a quelque chose d’absurde à voir une fausse nouvelle inventée au Canada à propos du gouvernement canadien rebondir jusqu’aux ondes de la chaîne LCI (Nouvelle fenêtre), en France, alors que des milliers de Français croyaient qu’il s’agissait d’un document provenant de leur gouvernement.

C'est un journaliste à la télévision.

Capture d'écran d'une capsule à LCI qui traite de cette fausse nouvelle.

Photo : Capture d'écran - LCI

Lors de son passage cette semaine aux Décrypteurs (Nouvelle fenêtre), la rédactrice en chef pour l'Europe de Newsguard, Chine Labbé, nous a expliqué que le Canada, et plus précisément le Québec, permet parfois à la désinformation de trouver un auditoire en France.

On a vu que les théories du complot ont passé des États-Unis à la France grâce à une courroie de transmission via la langue et le Québec, a-t-elle illustré.

Un courriel de provenance incertaine

Mais qui est derrière cette fausse fuite? C’est là que la question se complique.

Selon nos recherches, la toute première mention de ce courriel sur les réseaux sociaux est apparue au petit matin, le 14 octobre. Une figure connue des mouvements complotistes en Colombie-Britannique a affirmé sur Facebook l’avoir reçu dans sa boîte de courriels, puis avoir publié le texte. Chaque personne doit décider d’elle-même si cela est vrai ou non, écrivait-elle. Sa publication a été partagée plus de 3400 fois. Le billet de blogue est apparu une heure plus tard.

D’autres membres de sa communauté affirmaient dans les commentaires avoir aussi reçu ce courriel. Une heure après que la publication eut été mise en ligne, le courriel apparaissait dans un forum conspirationniste, un billet vu près de 60 000 fois.

Nous avons envoyé un courriel à l’adresse du supposé lanceur d’alerte, LPC_leaker. S’il ne nous a jamais répondu, l’adresse courriel existe bel et bien, et notre message lui a été livré. En se fiant au nombre de personnes qui affirment avoir reçu la fausse fuite, il semble que cette personne ait bel et bien tenté de la propager en envoyant un courriel à plusieurs figures du mouvement conspirationniste dans l’Ouest canadien.

Il nous est impossible de déterminer l’identité de son auteur. Notons tout de même quelques éléments étranges de cette histoire.

En premier lieu, le courriel ne semble pas avoir été écrit par quelqu’un dont l’anglais est la langue maternelle. Le texte original comporte des tournures de phrases tordues qui trahissent une pauvre maîtrise de la langue de Shakespeare.

Il semble aussi que quelqu’un ait cherché à propager de façon assez inusitée cette fausse fuite. Nous avons pu déterminer que le texte du courriel a été publié de façon systématique dans la section de commentaires de milliers de sites web partout dans le monde.

En quelques jours, le message est apparu dans la section de commentaires d’une boutique d’épices en Grande-Bretagne, d’une cidrerie en France, d’un courtier immobilier à Monaco, et ainsi de suite. En tout, nous avons pu trouver près de 8000 instances (Nouvelle fenêtre) où ce message a été publié dans diverses sections de commentaires, sans lien apparent entre les sites qui les hébergent. Le volume de messages indique qu’il s’agit fort probablement d’une campagne automatisée.

C'est une recherche Google et le texte apparaît dans plusieurs résultats.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Capture d'écran d'une recherche Google montrant que le texte apparaît sur quelque 7750 pages web.

Photo : Capture d'écran - Google

Dans un des sites en question, le courriel a été relayé par un utilisateur qui a publié, en deux ans, près de 194 000 commentaires. La plupart de ceux-ci, publiés à coup de milliers par jour, contiennent des annonces de type pourriel pour toutes sortes de commerces douteux. Ce type de pollupostage (spamming) est bien connu depuis belle lurette et des entreprises de marketing web peu scrupuleuses offrent ce service.

Il est aussi pertinent de souligner qu’à l’époque où le courriel s’est mis à circuler, à la mi-octobre, le gouvernement du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, faisait face à un vote de confiance, ce qui aurait pu plonger le pays dans une élection anticipée.

Une campagne coordonnée?

Est-ce que tout cela pourrait faire partie d’une campagne coordonnée pour nuire au gouvernement canadien en vue d’une élection possible? J’ai posé la question à Fenwick McKelvey, un professeur en communications à l’Université Concordia qui s’intéresse à la désinformation sur le web. Difficile de le savoir sans avoir identifié la personne derrière le compte LPC_leaker, selon lui.

On ne sait jamais et c’est difficile de le déterminer, mais ça semble bizarrement coordonné, affirme-t-il. Ce qui me surprend, c’est que ce supposé document fuité est de vraiment piètre qualité, c’est un faux vraiment mal construit, et malgré ça, un nombre énorme de gens sont tombés dans le panneau.

Selon notre analyse, au bas mot, des millions de gens partout dans le monde ont été exposés à cette fausse nouvelle en plusieurs langues, bien que personne n’en connaisse la véritable provenance.

D’après M. McKelvey, le faux document a probablement été pris au sérieux parce qu’il semble confirmer des idées conspirationnistes déjà en vogue, comme le Great Reset ou encore le mouvement QAnon. Il fait remarquer que le courriel de LPC_leaker joue même sur des craintes issues de la guerre froide, comme l’étalement d’un système de style communiste à travers la planète.

Le fait qu’autant de gens aient pris ça au sérieux aussi rapidement est vraiment ce qui m’inquiète le plus, juge-t-il. Ça démontre comment beaucoup de gens sont prédisposés à croire quelque chose du genre.

S’il est impossible de déterminer s’il s’agit d’une campagne de désinformation organisée par une personne ou une organisation dans le but de faire dérailler une élection, cette fausse nouvelle démontre tout de même comment il est facile d’injecter de la désinformation au sein d’une communauté hyperactive sur le web à l’aide d’un simple courriel et ainsi de la propager presque instantanément à des millions de personnes, avance M. McKelvey.

Qu’une tentative de désinformation aussi primitive ait connu un succès aussi retentissant est l’élément le plus inquiétant dans cette histoire, conclut-il.

Decrypteurs. Marie-Pier Élie, Jeff Yates, Nicholas De Rosa et Alexis De Lancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !