•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mouvement indépendantiste québécois, un modèle pour le Wexit?

Les leaders du mouvement indépendantiste de l’Alberta et de l’Ouest canadien disent s’inspirer du mouvement québécois. Les différences sont toutefois importantes. Analyse.

Le drapeau du Wexit Alberta et du Québec flottent au vent.

Les mouvements d'indépendance de l'Ouest canadien, notamment de l'Alberta, sont souvent comparés à celui du Québec.

Photo : Radio-Canada

Terres conservatrices depuis des décennies, l’Alberta et la Saskatchewan ont voté massivement pour le Parti conservateur du Canada aux élections fédérales de 2019. Le résultat était sans appel : une seule circonscription dans ces deux provinces a échappé aux conservateurs.

C’était un message clair envoyé à Ottawa et au reste du pays par des provinces qui se sentent de plus en plus aliénées.

La vague bleue a donné une véritable impulsion au mouvement indépendantiste de l’Ouest, le Wexit, qui tente de prendre de l’ampleur depuis.

Jay Hill, le chef intérimaire du Parti Maverick (leParti des anticonformistes), qui s'appelait auparavant le Parti Wexit fédéral, l’admet d’emblée : le Bloc québécois est un modèle qu’il tente d’imiter.

On l’utilise comme exemple sur la manière de représenter une région et d'être complètement centrés sur ses intérêts fondamentaux, affirme Jay Hill.

Ce dernier est l’un des membres fondateurs du Parti réformiste en 1987, lors de la dernière grande vague d’aliénation de l’Ouest. Le parti a longtemps eu son château fort dans l’Ouest canadien, avant de se transformer à plusieurs reprises et d’être intégré dans le Parti conservateur du Canada actuel.

Jay Hill, debout, à la Chambre des communes.

Le chef par intérim du Parti Maverick, Jay Hill, a siégé à la Chambre des communes pendant plus de deux décennies.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Jay Hill affirme que son parti a une seule raison d’être, soit obtenir plus d’équité et d’autonomie pour l’Ouest canadien, soit par des changements constitutionnels, soit la création d’une nation indépendante.

Le professeur de science politique spécialisé dans les mouvements d’indépendance de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) André Lamoureux y voit plutôt une réincarnation du Parti réformiste qu’une imitation du Bloc québécois.

Le Bloc québécois ne suit pas la logique du Parti Maverick. Il ne conditionne pas son positionnement pour la souveraineté à l'effet qu'il y a là un échec des négociations constitutionnelles, croit André Lamoureux.

Le Bloc québécois ne cherche pas à négocier.

Une citation de :André Lamoureux, politologue spécialiste des mouvements d'indépendance à l'UQAM

Jay Hill, un ancien réformiste, le réfute. La grande différence, c’est que nous, les réformistes, nous voulions nous engager. Notre slogan était The West Wants In ("L’Ouest veut s’engager"). Maintenant, nous disons que nous voulons des changements constitutionnels ou quitter la Fédération, explique-t-il en avouant qu'il ne croit pas que la première option fonctionne.

Preston Manning parle devant des drapeaux du Canada.

Preston Manning a fondé le Parti réformiste en compagnie de Jay Hill.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La première étape est de convaincre les gouvernements provinciaux de l’0uest du Canada de tenir un référendum sur l’indépendance comme le Québec l’a fait en 1980 et en 1995. Nous avons tiré des leçons de ce qu'on fait les Québécois, ajoute Jay Hill, donnant l'exemple de la question de la clarté de la question référendaire.

Ce dernier ajoute qu’il a beaucoup d’admiration pour l’ancien premier ministre du Québec et fondateur du Bloc québécois, Lucien Bouchard.

À son avis, son insistance sur une association entre un Québec souverain et le Canada a été l’un des facteurs déterminants dans le résultat si serré du référendum de 1995.

Jay Hill a l’intention de s’en inspirer pour ne pas effrayer les indécis.

Des partisans du OUI au référendum agitent des drapeaux lors d'un rassemblement indépendantiste en 1995.

Des partisans du « oui » au référendum de 1995.

Photo : La Presse canadienne / Fred Chartrand

L’Alberta, une nation axée sur l’économie?

Jay Hill reconnaît que les motivations du mouvement d’indépendance de l’Alberta sont avant tout d’ordre économique, contrairement au Québec.

Cependant, le chef intérimaire du Parti pour l’indépendance Wildrose de l’Alberta, l’ancien Parti Wexit albertain, Paul Hinman, croit que la culture albertaine est bel et bien distincte.

J’ai réalisé que, dans notre culture, on veut voir les personnes exceptionnelles exceller. On adore le marché libre. On adore compétitionner. C’est une attaque vicieuse sur notre culture qui nous pousse à [vouloir nous séparer], affirme-t-il, en faisant référence aux obstacles au passage de divers pipelines albertains ces dernières années.

Ce sont des raisons culturelles et économiques qui nous poussent à nous séparer, alors qu’au Québec, c’était surtout la langue.

Une citation de :Paul Hinman, chef intérimaire du Parti pour l'indépendance Wildrose de l'Alberta
Des partisans du Wexit assis lors d'un rassemblement à Calgary.

Des centaines de personnes se sont réunies à l'automne 2019 en Alberta pour écouter les leaders du mouvement Wexit.

Photo : Reuters / Todd Korol

André Lamoureux ne croit toutefois pas que l’Alberta, ni les autres provinces anglo-canadiennes, répondent aux critères internationaux pour être reconnues comme nations.

La définition, c’est une nation qui s'appuie sur une histoire de plusieurs siècles, d'un territoire commun partagé depuis longtemps, d'une culture différente, d'une tradition de traditions différentes. Même que, dans le cas du Québec, on parle d'un Code civil différent, explique-t-il.

Il estime que l’Alberta fait plutôt partie de la nation canadienne-anglaise, qui côtoie aussi différentes nations autochtones.

Il reconnaît toutefois que les provinces canadiennes ont leurs particularités, comme les États des États-Unis.

Il y a 50 États, mais une nation américaine. Il n’y a pas de nation de l’Oklahoma. D'un point de vue scientifique, on ne peut pas prétendre qu'il y a une nation albertaine , tranche André Lamoureux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !