•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sue Montgomery remporte un combat contre la Ville de Montréal

Sue Montgomery devant une carte de la région de Montréal, les bras croisés.

Sue Montgomery est mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, l'arrondissement le plus populeux de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Claire Loewen

Radio-Canada

La mairesse de l’arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce remporte un combat dans sa lutte contre la Ville de Montréal : la Cour supérieure du Québec met fin aux directives empêchant sa directrice de cabinet de communiquer avec tous les fonctionnaires de l’arrondissement.

Le contrôleur général de la Ville de Montréal avait demandé à ce que la directrice de cabinet de Sue Montgomery, Annalisa Harris, ne puisse avoir aucune communication ni participer à aucune réunion avec quelque fonctionnaire de l’arrondissement sans égards à leurs fonctions et statuts.

Cette demande faisait suite à des allégations de harcèlement psychologique de la part d’Annalisa Harris envers des employés de l’arrondissement. Mme Montgomery a d’ailleurs été exclue du caucus de Projet Montréal après avoir refusé de congédier Mme Harris.

Les directives émises par le contrôleur général ne sont pas raisonnables puisque trop larges.

Une citation de :Extrait de la décision de la Cour supérieure du Québec

La Cour prend compte du rôle de la directrice de cabinet, qui est ni plus ni moins le bras droit [de la mairesse], qui assure le suivi des dossiers politiques prioritaires, tout en agissant comme courroie de transmission entre les élus et l’administration municipale. Elle permet à la mairesse de se concentrer sur ses priorités face aux élus, au conseil et aux citoyens.

Il est donc exagéré, selon la Cour supérieure, de formuler des directives voulant que tous les fonctionnaires refusent de rencontrer la mairesse en présence de la directrice du cabinet ou qu’ils quittent la salle dès que cette dernière y est présente.

La Cour supérieure ne nie toutefois pas les faits sous étude et les allégations de harcèlement portées contre Annalisa Harris. Elle se dit consciente que l’employeur doit agir pour s’assurer que cesse toute forme de harcèlement psychologique.

Portrait d'Annalisa Harris près d'une intersection.

Annalisa Harris est la cheffe de cabinet de la mairesse de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce Sue Montgomery.

Photo : Radio-Canada / Benoit Chapdelaine

Cela ne signifie pas que la Ville ne puisse émettre d’autres directives, plus raisonnables et proportionnelles, écrit-elle dans son jugement.

Elle ajoute enfin que sa décision ne doit pas servir à Montgomery à titre de faire valoir, lui permettant de semer à tout vent des mesures disciplinaires. La mairesse doit, dit-elle, comprendre les messages que les membres de son conseil lui envoient.

Elle doit faire face au vent, non pas le semer.

Une citation de :Extrait de la décision de la Cour supérieure du Québec

Le cabinet de la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante, a répondu par voie de déclaration écrite.

Nous prenons acte du jugement rendu aujourd’hui. Celui-ci confirme notamment l’existence d’un climat de travail malsain dans l’arrondissement, et le rôle de madame Montgomery dans l’établissement de celui-ci. Nous analyserons le jugement de manière à évaluer les options nous permettant d'améliorer de façon durable la situation. Tous les employés de la Ville de Montréal doivent être traités avec respect, civilité et dignité. Notre priorité reste également d’assurer un arrondissement fonctionnel qui donne aux citoyens de CDN-NDG les services de qualité auxquels ils ont droit de s’attendre.

Pour le chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, Lionel Perez, le cabinet de la mairesse Plante doit porter la responsabilité de cette crise.

Dès le début du conflit entre Mmes Montgomery et Plante, j'ai toujours été d'avis que cette question devait être réglée devant les tribunaux pour éviter un climat de travail malsain en arrondissement. Ça fait un an que les citoyens de Côte-des-Neiges – Notre-Dame-de-Grâce vivent avec cette crise interne chez Projet Montréal. Malheureusement, il découle, suite à cette mauvaise gestion de Valérie Plante, des plaintes à la CNESST et à la CMQ; on est loin de la conclusion de cette saga, estime M. Perez, qui est le conseiller de ville d'Ensemble Montréal pour le district de Darlington.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !