•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’application Alerte COVID encore défectueuse sur certains téléphones

Écran de cellulaire affichant l'application Alerte COVID.

L'application Alerte COVID est offerte depuis le 31 juillet.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

CBC News

Le bogue affectant l'application fédérale Alerte COVID n'a pas été entièrement corrigé, contrairement à ce qu’avait annoncé le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada la semaine dernière, laissant un nombre inconnu de propriétaires d'iPhone sans notification d'exposition.

La semaine dernière, CBC News a rapporté qu'un problème avait empêché l'application de fonctionner correctement sur certains téléphones intelligents pendant une grande partie du mois de novembre. L'agence fédérale qui développe l'application avait mentionné qu'une mise à jour publiée le 23 novembre avait réglé le problème.

Un représentant de Santé Canada reconnaît maintenant que la correction n'a résolu le problème que sur les appareils Android. Le problème laisse ouverte la possibilité que certains propriétaires d'appareils Apple n'aient pas reçu d'avis de passer un test de dépistage de la COVID-19 ou encore de s'auto-isoler en temps utile.

L’application est conçue pour estimer si deux personnes passent au moins 15 minutes à moins de deux mètres l'une de l'autre. Si l'une d’entre elles obtient plus tard un résultat positif, elle peut utiliser l'application pour notifier anonymement ses contacts d'une exposition potentielle.

Lucie Vignola, directrice du groupe de travail COVID-19 de Santé Canada, a refusé de fournir un échéancier pour la résolution du problème. Elle a également déclaré que les fonctions de confidentialité intégrées empêchaient les fonctionnaires d’obtenir le nombre d’appareils concernés par ce problème.

La priorité était de se concentrer sur la solution pour Android parce que c'était un problème plus répandu.

Une citation de :Lucie Vignola

Maintenant que cela a été réglé, nous nous penchons sur le correctif pour iOS, a-t-elle ajouté.

Ce que Santé Canada avance entre en contradiction avec une déclaration publiée la semaine dernière par le Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, qui abrite l'équipe de développement de l'application au Service numérique canadien (CDS).

Une porte-parole avait alors déclaré que la correction avait été publiée par Apple et Google. Une mise à jour a en effet été publiée le 23 novembre, mais il n'a pas été précisé que la correction ne permettait pas de réparer le dysfonctionnement de tous les iPhone.

Comment y remédier

M. Vignola a suggéré que les propriétaires d'iPhone ouvrent l'application tous les deux jours pour s'assurer qu'elle fonctionne correctement. Cela représente un changement dans la façon dont la population canadienne utilise l'application, qui a été présentée comme un moyen de contribuer à freiner la propagation du coronavirus qui fonctionne simplement en arrière-plan.

C'est quelque chose que vous pouvez télécharger et oublier, a déclaré le premier ministre Justin Trudeau en juin dernier lorsqu'il a annoncé que l'application serait bientôt disponible.

C’est maintenant le discours contraire qu’on peut entendre : n'oubliez pas l'application, et assurez-vous qu'elle fonctionne.

Mme Vignola souligne par ailleurs que sur certains téléphones intelligents, Alerte COVID est inutile si elle n’est pas ouverte régulièrement, car l'appareil peut la classer comme une application rarement utilisée.

Une page informative du gouvernement fédéral sur l’outil a été mise à jour le 30 octobre, spécifiant de s’assurer d'ouvrir l'application une fois par jour, détail absent lorsqu’on la télécharge.

Quand le problème a-t-il commencé?

La semaine dernière, une porte-parole du gouvernement fédéral a déclaré que le problème avait été signalé pour la première fois aux autorités au début du mois de novembre.

D'autres personnes ont depuis suggéré que leur application avait cessé de fonctionner beaucoup plus tôt.

Liliane Keryluk, fonctionnaire à Ottawa, a montré à CBC News les journaux de bord de son iPhone, indiquant qu’il n'avait pas effectué de contrôles d'exposition depuis plus de deux mois, soit du 10 septembre au 21 novembre. La fonction Bluetooth de son téléphone intelligent, outil sur lequel repose l'application, était pourtant activée en tout temps, selon cette utilisatrice.

Mme Keryluk a ajouté que l'appareil de son ex-mari affichait également un écart de plus de deux mois.

C'est décevant [...] et ça me cause un peu d'anxiété. Peut-être que j'étais avec quelqu'un qui a été déclaré positif et que je n'ai pas été avertie.

Une citation de :Liliane Keryluk

Une stratégie déficiente

La population canadienne peut vérifier par elle-même si son téléphone intelligent a effectué des contrôles d'exposition. Toutefois, le processus comporte plusieurs étapes à franchir, autant pour les iPhone que les appareils Android, ce qui pourrait décourager nombre de personnes peu familières avec la technologie, selon Andrew Urbaczewski, professeur associé en information et analyste commercial à l'Université de Denver.

Les gens sont fondamentalement paresseux, mentionne-t-il dans un courriel, soulignant l'utilisation répandue de mots de passe faciles à deviner et de codes bancaires tels que 1234.

Si les personnes sont obligées de faire une ou deux étapes supplémentaires, la probabilité [...] qu’elles décident que ça en vaut la peine et qu'elles le fassent correctement diminue à chacun de ces niveaux.

Une citation de :Andrew Urbaczewski

Celui qui a étudié des applications similaires dans différents pays souligne également que les autorités de santé publique ont du mal à obtenir une adoption suffisamment importante de ces applications. Au Canada, Alerte COVID a été téléchargé 5,66 millions de fois, et plus souvent sur des iPhone que sur des téléphones Android, selon les données publiées par le gouvernement de l'Ontario.

Nouvelles fonctionnalités

La dernière mise à jour d’Alerte COVID, datée de jeudi, inclut deux nouvelles fonctionnalités. Les utilisateurs et utilisatrices peuvent désormais désactiver l'application sans désactiver la fonction Bluetooth, une option destinée aux travailleurs de la santé qui portent des équipements de protection au travail.

Les personnes qui reçoivent une notification d'exposition ont maintenant un moyen de l'effacer de leur écran après avoir reçu un résultat de test négatif. Auparavant, la notification restait affichée à l'écran pendant plusieurs jours.

Santé Canada a également indiqué qu’Alerte COVID pourrait bientôt être offerte dans d'autres langues que l'anglais et le français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !