•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Finis les soupers au restaurant à Saint-Sauveur et à Mont-Tremblant

Chargement de l’image

La MRC des Pays-d’en-Haut, qui comprend notamment Saint-Sauveur, et celle des Laurentides, où se trouve Mont-Tremblant, passeront en zone rouge lundi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Chargement de l’image
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides passeront en zone rouge dès la semaine prochaine, a fait savoir vendredi le gouvernement Legault.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé en a fait l’annonce un peu après midi par voie de communiqué.

La Santé publique a procédé à ce changement en raison de l'évolution de la situation épidémiologique au cours de la dernière semaine, a expliqué son cabinet par communiqué.

Du 29 novembre au 5 décembre, le nombre de nouveaux cas a doublé dans la MRC des Pays-d’en-Haut, passant de 17 à 35, alors que celle des Laurentides a recensé 21 cas supplémentaires, contre 12 cas la semaine dernière – des augmentations marquées pour ces deux MRC, qui ne comptent que 45 000 habitants.

« Nous observons une hausse significative des cas dans deux secteurs de la région des Laurentides, c’est pourquoi nous demandons à la population de redoubler d’efforts et de vigilance. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Les mesures associées à ce changement de zone entreront en vigueur lundi. Toutefois, celles concernant les milieux scolaire et sportif commenceront à s'appliquer le jeudi 17 décembre, précise le gouvernement.

Toutes ces mesures sont déjà en vigueur dans les MRC de La Rivière-du-Nord, de Thérèse-De Blainville, de Deux-Montagnes et dans la Ville de Mirabel.

C'est donc dire que la quasi-totalité des Laurentides passera en alerte maximale la semaine prochaine. Seules les MRC d'Antoine-Labelle, qui comprend Mont-Laurier, et celle d'Argenteuil, où se trouve Lachute, demeureront en zone orange.

La décision annoncée vendredi signifie entre autres que les restaurants des villes comprises dans la MRC des Pays-d’en-Haut (Saint-Sauveur, Sainte-Adèle, Morin-Heights...) et celle des Laurentides (Mont-Tremblant, Sainte-Agathe-des-Monts, Val-David...) devront arrêter de recevoir des clients.

Ces destinations étaient très populaires auprès des habitants du Grand Montréal qui souhaitaient s'évader le temps d'un week-end et profiter d'un repas en salle.

Or l'enquête de la santé publique régionale n'a pas permis d'établir de lien entre la présence accrue des villégiateurs et la hausse de cas constatée du 29 novembre au 5 décembre, a répété son directeur, le Dr Éric Goyer, lors d'un point de presse téléphonique organisé vendredi après-midi par le CISSS des Laurentides.

On ne pense pas que ce soit le phénomène d'affluence qui semble être le problème, a-t-il affirmé. C'est plus que les gens ont quand même des contacts sociaux à une fréquence un petit peu plus élevée, qui fait que quand quelqu'un est positif, ça se transmet un petit peu plus.

Cela dit, le Dr Goyer invite les Montréalais comme les habitants des Laurentides à respecter les consignes sanitaires dictées pour les zones rouges et rappelle que les déplacements d'une région à une autre ne sont pas recommandés.

Chargement de l’image

Beaucoup de circulation dans la rue Principale à Saint-Sauveur, dans les Laurentides, en ce vendredi après-midi du 11 décembre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

De toute façon, les gens qui vont venir de Montréal vont se dire : "Mon Dieu, c'est comme chez nous!", a déclaré Marie-Ève Thériault, directrice adjointe de la santé publique régionale.

Car dès la semaine prochaine, non seulement les salles à manger des restaurants seront fermées, mais les bars et les discothèques le seront aussi, de même que les saunas et les spas, les salles d'entraînement physique, les cinémas, etc. Les rassemblements de six personnes permis jusqu'ici seront également interdits, bien sûr.

La liste est quand même longue, a admis Mme Thériault, ajoutant du même souffle que les stations de ski devront elles aussi respecter des consignes plus strictes qu'auparavant. Leurs cafétérias, par exemple, seront fermées.

Chargement de l’image

Le ski est l'un des moteurs économiques principaux de la région des Laurentides durant l'hiver.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Casino de Mont-Tremblant fermera également ses portes pour une durée indéterminée, a fait savoir Loto-Québec en fin de journée.

Une région vulnérable à plusieurs égards

Le Québec a signalé vendredi 1713 nouveaux cas d'infection et 53 décès supplémentaires. À elle seule, la région des Laurentides a recensé 104 cas, un record depuis le début de la pandémie.

De nouvelles restrictions pourraient être annoncées la semaine prochaine, a prévenu en conférence de presse le premier ministre Legault vendredi. Pour l'instant, toutefois, le Dr Goyer n'a pas dans [ses] cartons d'y aller avec des barrages routiers, même si la question se pose depuis plusieurs semaines.

Il préférerait que le changement palier annoncé vendredi suffise à améliorer la situation.

« On espère que ça va aider. »

— Une citation de  Dr Éric Goyer, directeur de la santé publique des Laurentides

Surtout que la région est vulnérable à plusieurs égards : plus du tiers des habitants des MRC des Pays-d’en-Haut et des Laurentides sont âgés d'au moins 65 ans.

De plus, la capacité d'accueil de l'hôpital de Sainte-Agathe-des-Monts est limitée, et l'Hôpital régional de Saint-Jérôme, où des dizaines de patients ont trouvé la mort depuis le début de la pandémie, doit toujours composer avec deux éclosions entre ses murs, a confirmé vendredi Sylvain Pomerleau, directeur général adjoint au CISSS.

Sas oublier que les établissements de santé doivent tous ralentir leurs activités régulières pour faire face à l'augmentation constante des cas de COVID-19.

Le CISSS des Laurentides affirme qu'il réussit actuellement à maintenir en service 19 des 23 salles de ses blocs opératoires, pour un total d’environ 25 % de moins d’interventions qu’à la même date l’an passé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !