•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 accroît fortement la demande en nourriture à Regina

Plusieurs bénévoles remplissent ou emballent des boîtes de carton pour les Fêtes.

Plusieurs conseillers municipaux, ainsi que la mairesse de Regina, ont donné de leur temps jeudi pour aider la Banque alimentaire de la capitale provinciale à préparer des boîtes pour les Fêtes.

Photo : Radio-Canada / Heidi Atter

Amélia MachHour

Le président de la Banque alimentaire de Regina, John Bailey, affirme que les besoins alimentaires ont augmenté de 30 à 45 % en raison de la pandémie.

Selon John Bailey, juin a été le pire mois avec une augmentation de 105 %, comparativement à la même période en 2019.

Il précise que, pour le temps des Fêtes, il a aussi observé une augmentation de 30 % des demandes de nourriture. La moitié des clients recourent à la Banque alimentaire de Regina pour la toute première fois.

Une boîte qui contient, entre autres, des pains, de la dinde et une tarte.

Selon la banque alimentaire de Regina, ces boîtes permettent aux familles d'avoir plusieurs repas durant le temps des Fêtes.

Photo : Radio-Canada / Heidi Atter

Jeudi, des conseillers municipaux et la mairesse de la capitale provinciale ont pu constater par eux-mêmes l'ampleur des besoins des Réginois. Masque sur le visage, gants bleus aux mains, ils ont placé des dindes, des tartes, des pains, des pommes de terre et d’autres denrées dans plusieurs boîtes en carton.

Afin d’aider des organismes à but non lucratif, le conseil municipal votera le 16 décembre sur une exemption partielle de l’impôt foncier. La Banque alimentaire de Regina est l’un des 26 organismes à avoir présenté une demande.

Nous ne recevons aucun soutien de la part des gouvernements pour assurer le fonctionnement de la Banque alimentaire. Une réduction des taxes serait alors importante pour nous.

Une citation de :John Bailey, président de la Banque alimentaire de Regina

Chaque dollar qui n’est pas utilisé pour payer nos taxes représente trois plats que nous pouvons offrir à une personne, ajoute M. Bailey.

John Bailey dit que la banque alimentaire a reçu moins de dons en nourriture qu’à l’habitude, mais plus de dons monétaires.

La mairesse de Regina, Sandra Masters, croit que l’exemption partielle sera adoptée à l’unanimité. Le conseiller municipal du quartier 3, Andrew Stevens, estime que c’est un début. À long terme, il aimerait que la Ville élabore une politique pour que les organismes à but non lucratif n'aient pas à poser leur candidature chaque année.

Un problème qui ne date pas d’hier

Andrew Stevens explique que l’insécurité alimentaire est un problème qui existe depuis les 10 dernières années, mais qu’elle a été exacerbée par la COVID-19.

Andrew Stevens prend une boîte en carton dans ses mains.

Le conseiller municipal du quartier 3, Andrew Stevens, estime que les revenus insuffisants contribuent à l'insécurité alimentaire.

Photo : Radio-Canada / Heidi Atter

C’est pourquoi, selon lui, la Ville de Regina doit mettre en place des solutions durables pour contrer l’insécurité alimentaire sur son territoire et dans la province. Andrew Stevens pense que la création d’un comité consultatif qui lutte contre la pauvreté serait bénéfique.

Il veut aussi que, pendant les deux prochaines années, le conseil municipal aide les Réginois qui souffrent d’insécurité alimentaire à se remettre sur pied.

Avec les informations d'Heidi Atter

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !