•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mastercard met fin à sa relation avec Pornhub; Visa suspend les paiements

Une paire de mains sur un clavier.

Mastercard imite PayPal en arrêtant de traiter les paiements à Pornhub. Pour sa part, Visa suspend les paiements en attendant la fin d'une enquête.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Mastercard et Visa ont annoncé jeudi qu’elles arrêtaient de traiter les paiements sur Pornhub après la publication d’un nouvel article du New York Times faisant état de nombreuses vidéos publiées sur le site web pour adultes contenant une agression sexuelle sur des enfants.

Mastercard a déclaré qu'elle mettait fin définitivement à l'utilisation de ses cartes sur le site pornographique après confirmation, à la suite de son enquête, de la présence de contenu illégal sur la plateforme.

De son côté, Visa a indiqué qu’elle suspendait les paiements jusqu'à ce qu'une enquête soit réalisée.

La nouvelle a d'abord été rapportée par le New York Times, avant d'être confirmée par le Globe and Mail, La Presse canadienne et Reuters.

Pornhub est géré par Mindgeek, le géant mondial de la pornographie en ligne, qui possède une centaine de sites web, de marques et de sociétés de production.

L'entreprise, basée à Montréal, s'est retrouvée sous le feu des projecteurs après la publication d'un article dans le New York Times révélant que des vidéos de pornographie juvénile et de vengeance pornographique étaient hébergées sur son site web – des allégations démenties par ses dirigeants.

Depuis, les groupes Visa et Mastercard ont annoncé qu'ils mèneraient des vérifications afin de faire la lumière sur les allégations du célèbre quotidien new-yorkais. Déjà, PayPal a cessé l'an dernier de traiter les paiements à Pornhub.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, affirme pour sa part qu'il prend la chose très au sérieux. Un projet de loi doit notamment être déposé au début de 2021 pour obliger les plateformes en ligne de retirer tout contenu illégal, que ce soit l'exploitation illégale d'enfants, la pornographie juvénile ou les propos haineux, a-t-il expliqué mardi.

Des changements importants

Afin de limiter les dégâts, les dirigeants du site web ont annoncé mardi dans un article de blogue une série de mesures qui seront prises pour contrer l'exploitation sexuelle des mineurs et la vengeance pornographique.

Dorénavant, seuls les usagers dont l'identité aura été vérifiée pourront téléverser des vidéos. De plus, il sera impossible pour les utilisateurs de télécharger des vidéos; seule la lecture en continu sera permise. Et la modération sera améliorée, promet-on.

En attendant, seuls leurs partenaires de longue date, comme les sociétés de production pornographique, auront la possibilité de partager leur contenu.

Le volume de matériel du site web demeure toutefois énorme : 6,8 millions de nouvelles vidéos y ont été téléchargées en 2019. Pornhub affirme avoir enregistré plus de 42 milliards de visites sur son site web cette année-là, une moyenne de 115 millions par jour.

Avec les informations de Reuters, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !