•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyberpunk 2077 : un chef-d'œuvre, malgré le risque de crises d'épilepsie

Un cyborg vu de dos regarde au loin dans une ville futuriste.

« Cyberpunk 2077 » présente un monde futuriste dystopique de type cyberpunk dans lequel la technologie coexiste avec une société humaine dégénérée.

Photo : Cyberpunk 2077

Agence France-Presse

Le très attendu jeu vidéo dystopique Cyberpunk 2077, réalisé par le studio polonais CD Projekt RED, est sorti officiellement jeudi dans le monde entier, le développeur s'étant engagé à corriger les graphismes qui risquent de provoquer des crises d'épilepsie.

Malgré une campagne de promotion digne d'un film d'Hollywood, le lancement du jeu a connu des entraves.

La sortie a été retardée deux fois cette année, et le développeur a été contraint d' ajouter des avertissements lorsque l’une des critiques s'est plainte qu’une séquence du jeu avait déclenché chez elle une crise d'épilepsie.

Le studio polonais a déclaré le lendemain qu'il recherchait une solution plus durable pour prévenir ce risque.

Le site metacritic.com dote Cyberpunk 2077 d'une note de 91 sur 100, basé sur 50 opinions différentes, parlant d'une histoire d'action et d'aventure, dans monde ouvert, qui se joue à Night City, obsédée par le pouvoir, la sensualité et des modifications de corps.

Pour The Digital Fix, le titre porte le jeu en monde ouvert vers une nouvelle génération, alors que Gameblog.fr évoque un chef-d'œuvre.

Des bogues critiqués

Les critiques pointent cependant un nombre de bogues impressionnant et des défauts de graphismes, certains allant même jusqu'à suggérer d'ajourner l'achat du jeu de plusieurs mois, le temps de voir les correctifs arriver.

Sur la PS4, les graphismes sont horribles. Je ne peux pas le supporter, a déclaré le joueur polonais Michal Muszynski, cité par le site local Komputer Swiat.

Le président de CD Projekt RED, Adam Kicinski, a indiqué jeudi au site Onet.pl qu'il y avait plus de 8 millions de précommandes pour le jeu, le qualifiant de résultat phénoménal.

Selon lui, le jeu fonctionne très bien sur la plupart des configurations.

Un jeu qui coûte cher

Les actions de la société ont été très touchées au lancement du jeu; elles étaient en baisse de 8,62 % jeudi en milieu d'après-midi à la Bourse de Varsovie.

Selon les estimations de la banque polonaise BOS, le budget de Cyberpunk 2077, basé sur un jeu de rôle imaginé par l'Américain Mike Pondsmith, est estimé à 1,2 milliard de zlotys (416,8 millions de dollars canadiens), ce qui en ferait l’un des jeux vidéo les plus chers de l'histoire.

On voit le personnage portant un morceau d'armure.

Keanu Reeves incarne le personnage Johny Silverhand dans « Cyberpunk 2077 », le prochain jeu vidéo de l'entreprise polonaise CD Projekt

Photo : Getty Images / Mark Ralston

Pour mettre toutes les chances de son côté, le studio a également séduit un des acteurs les plus cotés, le Canadien Keanu Reeves, connu pour ses rôles dans Matrix ou John Wick.

Dans le jeu, qui sort en 18 langues différentes, dont 10 versions doublées, il prête son visage à l'un des principaux personnages, Johnny Silverhand.

La campagne publicitaire, estimée à des dizaines de milliers de dollars et lancée dans 55 pays et en 34 langues, est comparable à celle d'un bon film, a indiqué à l'AFP le responsable et cofondateur du studio, Marcin Iwinski.

Le héros principal du jeu, V, blouson de cuir stylé et pistolet à la main, s'affiche aussi bien sur les bus de Varsovie ou de Londres que sur des écrans géants de Times Square, à New York.

Une réputation à préserver

Le CD Projekt RED à Varsovie s'est fait connaître notamment pour The Witcher, Wild Hunt, sorti en 2015 et considéré comme un des meilleurs jeux des dernières années.

The Witcher, Wild Hunt a propulsé la valeur boursière de CD Projekt RED à 42,7 milliards de zlotys (14,9 milliards de dollars), ce qui lui a permis de disputer, avec le français Ubisoft, la première place parmi les développeurs de jeux européens.

On propose une nouvelle qualité en ce qui concerne l'immersion des joueurs et joueuses dans l'histoire, leur interaction avec d'autres personnages, les dialogues, la façon de se déplacer dans Night City.

Marcin Iwinski

Le jeu est immense. Dans sa version anglaise, il compte 450 heures de dialogues, avec plus de 125 acteurs et actrices. On peut y passer de nombreuses heures, car le jeu n'est pas linéaire, ajoute-t-il.

La taille et l'ampleur de Night City sont absolument étourdissantes, confirme le site spécialisé IGN France, soulignant que le jeu offrait aux joueurs et joueuses un niveau de contrôle absolument étonnant.

Un homme se tient devant une voiture en regardant une ville futuriste.

« Cyberpunk 2077 », du développeur polonais CD Projekt Red, est un des jeux les plus attendus de l'année.

Photo : Courtoisie / CD Projekt

Pour IGN Japon, la plus grande réussite de Cyberpunk 2077 est Night City, la ville la plus fascinante de l'histoire du jeu vidéo à ce jour.

Pour Marcin Iwinski, le jeu est une vision d’une réalité imaginable : Aujourd'hui, nous avons déjà des implants, pas aussi sophistiqués que dans notre jeu. Cyberpunk 2077 est une extrapolation de l'avenir. On verra s'il y ressemblera.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !