•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Christian Dubé assume pleinement la décision de fermer les restaurants

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, debout derrière un lutrin durant une conférence de presse.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, affirme que chacune des décisions prises par le gouvernement au cours des derniers mois pour éviter les éclosions de COVID-19 ont été guidées par la prudence. Celle de fermer les restaurants à la fin septembre, bien que difficile, était la décision à prendre, selon lui.

Le ministre est ainsi revenu jeudi matin sur le témoignage du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda, lequel, questionné en commission parlementaire mercredi, a dévoilé que ce n’était pas la santé publique qui avait recommandé la fermeture complète des restaurants, mais que cela avait été une décision gouvernementale.

Cette révélation a fait bondir les restaurateurs, dont beaucoup se retrouvent au bord de la faillite après des mois de fermeture.

Je suis content qu’on ait pris cette décision-là. Je pense qu’on a pris la bonne décision.

Une citation de :Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Selon M. Dubé, les mesures qui étaient plutôt recommandées par la santé publique pour les restaurants, comme d’en limiter l’accès aux membres d’une même bulle familiale, de réduire le nombre de clients et d’augmenter la distanciation entre eux, n’étaient pas réalistes financièrement pour les restaurateurs.

Il assure que les restaurateurs eux-mêmes considéraient qu’il valait mieux fermer leur établissement que de devoir adopter ces nouvelles mesures.

Les restaurateurs, quand M. Fitzgibbon [le ministre de l’Économie] leur parlait, savez-vous ce qu’ils disaient? Ils disaient : "tant qu’à ça, vous seriez mieux de nous fermer". C’est ça le détail qui n’est pas connu, a-t-il déclaré.

Être plus prudent que la santé publique

Christian Dubé rappelle que la décision avait été prise au moment où les cas de COVID-19 recommençaient à monter en flèche, et que le gouvernement avait donc décidé d’être plus prudent que la santé publique.

À la lumière des faits, il était important pour nous de limiter le nombre de contacts entre les personnes. […] Étant donné l’explosion des cas, qu’on voyait ce qui s’en venait, il était beaucoup plus efficace de prendre une décision difficile.

Une citation de :Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Regardez tous les pays et toutes les provinces qui ont pris la même décision que nous par rapport aux restaurants et aux bars, a fait valoir le ministre.

M. Dubé soutient qu’il n’est arrivé que deux fois depuis le début de la pandémie que le gouvernement ne suive pas les suggestions de la santé publique, l’autre étant celle où il a décidé d’annuler tous les rassemblements prévus pour les Fêtes.

La santé publique nous demandait d’attendre jusqu’au 11 décembre, et nous avons dit non, c’est trop dangereux, allons plus loin. Voilà la seule autre décision que nous avons prise au-delà des recommandations de la santé publique, a-t-il précisé.

Annonçant que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 recensés jeudi est de 1842, le ministre a par ailleurs interpellé l’opposition.

Ce que je demande à l’opposition, c’est : où est-ce qu’on serait aujourd’hui si on n’avait pas fermé les bars et les restaurants? On est à 1842 cas. On a des hospitalisations qui sont en hausse, 33 ou 34 décès aujourd’hui. Est-ce que l’opposition nous dit qu’on serait mieux d’ouvrir les restaurants?, a-t-il lancé.

Christian Dubé a par ailleurs refusé de remettre en question la transparence du gouvernement.

On a des points de presse tous les deux jours, on en a même eu tous les jours. Je réponds à toutes vos questions, à toutes les questions de l’opposition. L’opposition nous a demandé d’avoir accès au Dr Arruda, on l’a donné, a-t-il fait valoir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !