•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi deux doses du vaccin de Pfizer sont nécessaires pour obtenir l'immunité

Une femme reçoit un vaccin.

Sœur Joanna Sloan, la première personne en Irlande du Nord à recevoir le premier des deux vaccins Pfizer-BioNTech COVID-19, à l'Hôpital Royal Victoria.

Photo : Reuters

La Colombie-Britannique souhaite vacciner rapidement le plus de personnes possible contre la COVID-19. Elle donnera une première dose du vaccin de Pfizer-BioNTech à 3900 travailleurs de la santé et une deuxième plus tard, dès que ces doses seront disponibles.

Le vaccin Pfizer-BioNTech est efficace à 95 %, s’il est pris en deux doses. Une première suivie d’un rappel après un minimum de trois semaines afin de permettre aux anticorps de se développer pour empêcher le virus de se multiplier dans l'organisme, explique un professeur associé à la faculté de médecine de l’Université de Montréal, Andrés Finzi.

[Chez les personnes de 18 à 55 ans] vous avez 10 fois plus d’anticorps parce que vous avez un boost, un rappel de votre vaccin, souligne-t-il en montrant les données de l’étude sur l’efficacité du vaccin.

Chez les personnes plus âgées, le taux d’anticorps est près de 20 fois supérieur une semaine après que la seconde dose du vaccin a été administrée.

On a besoin de ces deux doses non seulement pour augmenter la quantité d’anticorps, mais aussi parce que cette deuxième dose permet que les anticorps, et probablement à cause de leur quantité, puissent neutraliser les particules virales, affirme Andrés Finzi, également membre de la Chaire de recherche du Canada en entrée rétrovirale.

Vacciner le plus grand nombre de personnes

Dans son plan de vaccination, annoncé mercredi, la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry, assure cependant qu’une première dose du vaccin sera administrée au plus grand nombre de personnes vulnérables possible selon les quantités de vaccin qui parviennent en Colombie-Britannique.

Nous ne retiendrons aucune dose parce que nous voulons protéger le plus de gens possible le plus rapidement possible.

Dre Bonnie Henry

Les 3900 doses de vaccins qui seront envoyées à la Colombie-Britannique la semaine prochaine serviront donc à vacciner tout autant de travailleurs de la santé. Ils recevront leur seconde dose lorsqu’une plus grande quantité du vaccin sera disponible, dans quelques semaines.

Nous savons, selon les données qui ont été publiées et révisées par le comité national de consultation sur l’immunisation, que nous obtenons une bonne protection même après la première dose, environ 14 jours après, explique-t-elle.

Elle compte sur le fait que plus de vaccins seront disponibles à l'avenir pour offrir les deux doses dont la population aura besoin pour arriver à une immunité complète.

Une durée d’immunisation indéterminée

Tout comme Santé Canada, Andrés Finzi reconnaît que les données actuelles ne permettent pas de déterminer la durée de la protection immunitaire qu'offre le vaccin.

Pendant combien de temps ça va durer? On ne le sait pas. Il n’y a que le temps qui va le voir et les études qui sont en train de se mettre en branle pour comprendre la protection dans le temps, explique le professeur.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Il est donc impossible pour le moment de savoir s’il sera nécessaire de se faire vacciner chaque année afin de contrôler la propagation du virus dans la communauté comme c’est le cas actuellement pour les vaccins grippaux.

Malgré cela, Andrés Finzi ne doute aucunement de l’efficacité et de la sûreté du vaccin que vient d’approuver Santé Canada. On a une des agences réglementaires les plus sérieuses au monde, dit-il.

Mais il a été accepté sur (la base) des deux doses, on ne peut pas changer ça après coup, souligne-t-il.

Le Canada devrait recevoir 249 000 doses du vaccin Pfizer-BioNTech d’ici la fin de l’année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !