•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil de La Broquerie lance une enquête sur les agissements de son préfet

Un agent est en train de rédiger une amende, une femme est à côté de lui et le préfet Lewis Weiss est dans son véhicule.

Lors de la manifestation antimasque du 14 novembre, le préfet de La Broquerie, Lewis Weiss, est dans son véhicule quand un agent lui donne une amende de 1296 $ pour ne pas avoir respecté les directives provinciales entourant la COVID-19.

Photo : CBC/Radio-Canada / Austin Grabish

Lors d’une réunion spéciale le 2 décembre dernier, le conseil de la municipalité rurale de La Broquerie a voté de manière non unanime le lancement d’une enquête indépendante sur les agissements de son préfet, Lewis Weiss. Il lui est reproché d’avoir enfreint la loi et les ordres sanitaires en participant à une manifestation antimasque le 14 novembre à Steinbach.

Un enquêteur engagé par le conseil municipal sera donc responsable de déterminer si des sanctions doivent être prises à l’encontre de l’élu.

C’est notamment dans le cadre de la nouvelle forme du code de conduite municipal mis en place par la province au tout début du mois de novembre que le conseil a pris cette décision.

Le 19 novembre dernier, unepremière plainte officielle avait été déposée pour non-respect du code de conduite municipal.

Un préfet critiqué

Très contesté ces dernières semaines pour ses positions sur la pandémie, le préfet Lewis Weiss s’est attiré les foudres de plusieurs élus politiques locaux.

En conférence de presse mercredi, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, s’est directement adressé à lui. Il y a une vraie pandémie actuellement, des gens meurent dans votre région, ce n’est pas un mythe, c’est une réalité, a-t-il lancé.

Il réagissait aux propos de Lewis Weiss qui lors d’une réunion du conseil de La Broquerie la veille, continuait de marteler que la situation actuelle n’est pas une pandémie tout en comparant la COVID-19 à une grippe saisonnière.

Lewis Weiss répondait alors à une lettre de Debra Taillefer, une résidente de la municipalité, lue durant la séance. Celle-ci accusait le préfet de mettre en danger la santé des citoyens par ses prises de position.

Le préfet de La Broquerie estime aussi n’avoir contrevenu à aucune loi puisque les ordres sanitaires ne sont pas légitimes à ses yeux.

Lewis Weiss a écopé, comme d’autres manifestants le 14 novembre, d’une amende de 1296 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !