•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi s’attendre du vaccin contre la COVID-19?

Une infirmière vaccine une personne âgée.

Les premiers vaccins de Pfizer-BioNTech ont été distribués en Angleterre le 8 décembre. Santé Canada a donné son approbation à ce même vaccin mercredi.

Photo : iStock

« Est-ce que le vaccin sera sécuritaire? Est-ce que j’aurais besoin de me faire vacciner même si j’ai attrapé la COVID-19? Devrais-je continuer à porter le masque? » Toutes ces questions suscitent de l’appréhension malgré le discours rassurant de plusieurs scientifiques.

Une centaine de personnes ont assisté mercredi à une conférence en ligne organisée par Science Nord et l’Université Laurentienne pour dissiper les mythes sur la COVID-19, et en particulier sur le nouveau vaccin de Pfizer/BioNTech qui devrait arriver au Canada la semaine prochaine.

Il y a beaucoup de perceptions qui visent le fait que le vaccin a été créé rapidement et qu’on a tourné les coins ronds alors que ce n’est pas le cas, lance d’emblée Éric Gauthier, professeur au Département de chimie et biochimie de l’Université Laurentienne et panéliste à la conférence Le vaccin contre la COVID-19 est-il un moyen d'arrêter la pandémie?

Selon le professeur de chimie et biochimie, les avancées technologiques ont permis aux firmes pharmaceutiques d’effectuer les trois phases de test en un temps record.

Les vaccins Pfizer/Biontech et Moderna ont utilisé des techniques de modélisation par ordinateur pour accélérer les tests cliniques. La phase 3 des tests cliniques des deux vaccins a été effectuée en 3 mois au lieu des 2 ans nécessaires pour les autres vaccins, abonde Farukh Jabeen, professeure adjointe au département de chimie et de biochimie de l'Université Laurentienne et présente à la discussion.

Tous les jours, nous faisons des actions plus dangereuses que de se faire inoculer un vaccin, comme prendre la voiture

Une citation de :Éric Gauthier, professeur au Département de chimie et biochimie de l’Université Laurentienne

Quelques questions posées pendant la conférence de ce matin

Si je me fais vacciner, est-ce que je peux immédiatement arrêter de porter un masque? - Bruce Doran

Les vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna aident à ne pas éprouver de symptômes, cependant, on ne sait pas si la personne vaccinée sera encore porteuse du virus puisque beaucoup de personnes infectées par la COVID-19 sont asymptomatiques, explique le Dr Alain Simard de l'École de médecine du Nord de l'Ontario. Il faudra attendre davantage de recherches sur les personnes vaccinées, mais pour le moment le port du masque est considéré comme nécessaire même après la vaccination, soutient M. Simard.

Avec si peu de tests cliniques, comment pouvons-nous connaître les effets négatifs? - Vicki Boucher

Les vaccins Pfizer/Biontech et Moderna ont utilisé des techniques de modélisation par ordinateur pour accélérer les tests cliniques, explique Farukh Jabeen, professeure adjointe au département de chimie et de biochimie de l'Université Laurentienne. La phase 3 des tests cliniques des deux vaccins a été effectuée en 3 mois au lieu des 2 ans nécessaires pour les autres vaccins. Pour le moment, peu d’effets secondaires ont été constatés et les données continuent d’être collectées pour connaître les effets à long terme, détaille Mme Jabeen.

Le vaccin est-il sécuritaire pour les enfants même si les tests ont été faits que sur les adultes? - Candace Colwell

On sait que le virus est davantage un souci de santé chez les plus vieux que chez les enfants. Mais si le vaccin ne pose pas de problème chez les adultes, il sera aussi sécuritaire pour les enfants, affirme la professeure Jabeen.

Pourquoi le vaccin de Pfizer/BioNTech doit-il être conservé à - 70 degrés Celsius alors que ce n'est pas le cas pour le vaccin de Moderna? - Meenakshi Rajawat

Le vaccin Pfizer/Biontech nécessite d’être stocké à très basse température, contrairement au vaccin Moderna qui peut être conservé jusqu’à un mois au réfrigérateur, rappelle Farukh Jabeen. La conservation du vaccin Pfizer est un véritable défi. Moderna de son côté a optimisé l’ARN messager contenu dans le vaccin pour qu’il soit plus stable et ne se dégrade pas à des températures plus élevées. Cette différence réside dans la manière de fabrication du vaccin, explique la professeure Jabeen.

Plusieurs réponses ont permis de rassurer Liliana Miranda, une auditrice qui a assisté à la présentation. J’ai des inquiétudes sur la rapidité des phases des tests cliniques [...] mais aussi savoir si je dois me faire vacciner alors que j’ai déjà eu le virus? La professeur Farukh Jabeen a bien expliqué que cela était nécessaire avec la mutation du virus, explique au téléphone Mme Miranda.

Cependant, Kim Cummings-Lavallee, qui a également pris part à la discussion, reste inquiète face aux possibles effets secondaires du vaccin de Pfizer/BioNTech.

Les autorités sanitaires britanniques ont par ailleurs déconseillé mercredi d'inoculer le vaccin à des personnes ayant déjà eu dans le passé d'importantes réactions allergiques, après que deux travailleurs de la santé l'ayant reçu eurent mal réagi à leur injection.

J’ai de sévères allergies et j’ai déjà eu des réactions à cause des adjuvants contenus dans les vaccins, confie Kim Cummings-Lavallee. Ni sa famille ni elle ne souhaitent se faire vacciner pour le moment même s’ils en avaient la possibilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !