•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa investit dans une passe migratoire permanente à Big Bar

Des saumons sous l'eau.

Ottawa investit 176,3 millions de dollars pour construire une passe migratoire sur le site d'éboulement de Big Bar.

Photo : getty images/istockphoto / DaveAlan

Radio-Canada

Le Canada prend des mesures supplémentaires pour rétablir un passage naturel et durable pour les saumons en montaison qui se retrouvent bloqués en raison d'un glissement de terrain survenu à Big Bar, un secteur isolé du fleuve Fraser en Colombie-Britannique.

Le gouvernement fédéral a donc annoncé mercredi l'octroi d'un contrat de 176,3 millions de dollars à l’entreprise Peter Kiewit Sons ULC de Burnaby pour construire une passe migratoire permanente.

Le projet facilitera le passage des saumons dans cette zone complexe où est survenu l'éboulement l'an dernier.

Nous aurions pu continuer de dynamiter et d'enlever les rochers. Mais il y avait moins de certitude quant au temps que cela prendrait, au nombre de saisons et à la quantité de matière qui pourrait être enlevée, a expliqué Michael Crowe, le gestionnaire des programmes biologiques et d'intervention en cas de glissement de terrain à Big Bar de Pêches et Océans Canada.

Il ajoute qu’une passe migratoire a donc été évaluée comme étant le moyen le plus rapide pour permettre le passage des saumons.

Des travaux en hiver

Les travaux de la nouvelle passe migratoire sont prévus cet hiver.

Nous avons des périodes limitées de basses eaux pendant lesquelles nous pouvons faire installer une passe à poissons sur le site et nous pourrons certainement utiliser les basses eaux cet hiver et l'hiver prochain pour la construction, souligne Gwil Roberts, le directeur de l'intervention du glissement de terrain à Big Bar pour Pêches et Océans Canada.

La passe migratoire devrait être opérationnelle d'ici le début de la migration du saumon du Fraser en 2022.

Depuis le début de l’année , Pêches et Océans Canada analyse la capacité de passage des saumons sur le site de glissement de Big Bar.

Nous avons remarqué, observé et enregistré au cours de la période de migration estivale comment les poissons qui n'ont pas pu passer à certains volumes, certains mètres cubes par seconde en 2019, ont pu passer à ces mêmes volumes et à des volumes encore plus élevés cette année, explique Gwil Roberts.

Selon lui, cela a été un indicateur du type de passe migratoire que pourra installer l’entreprise Peter Kiewit dans cette zone complexe.

Au total, il y a eu 160 000 poissons qui se sont déplacés d'eux-mêmes, par leurs propres moyens à travers le site en août, septembre et octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !