•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Dr Arruda n'a jamais recommandé la fermeture des musées et des restaurants

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
M. Arruda arrivant au Salon rouge.

Le Dr Horacio Arruda a répondu aux questions des parlementaires pendant trois heures consécutives, mercredi après-midi.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le gouvernement Legault est allé plus loin que les avis de la santé publique en décrétant cet automne la fermeture des musées ainsi que des salles à manger et des terrasses des restaurants en zone rouge, a admis le Dr Horacio Arruda, mercredi, en commission parlementaire.

Lors d'un échange corsé avec le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, le directeur national de santé publique a donné – pour la première fois depuis le début de la pandémie de COVID-19 – l'exemple d'une décision prise par l'exécutif gouvernemental allant au-delà de ses recommandations.

Sur la base de l'épidémiologie qu'on voyait sur la question de certains milieux, notamment les musées ou les restaurants, nous avions recommandé que ça pouvait potentiellement rester ouvert, compte tenu du fait qu'on n'avait pas démontré que les gens [n'y] respectaient [pas] les consignes, etc., a-t-il reconnu.

Mais dans une question d'approche – je vous dirais, perceptuelle –, de fermer les rassemblements à la maison et de laisser des zones où il y a des rassemblements, le gouvernement a pris une autre décision. C'était au début de la deuxième vague, le 28 septembre.

On était confortable avec ça, mais ce n'était pas notre premier scénario.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

La santé publique préconisait plutôt de garder ouvertes les salles à manger et les terrasses des restaurants, mais de limiter leur accès aux Québécois issus d'une même bulle familiale, a précisé par la suite le conseiller médical stratégique Richard Massé, qui comparaissait lui aussi.

Cette position rappelle celle de la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP) qui, le mois dernier, préconisait des allègements en zone rouge, dont la réouverture des musées selon leur capacité d'accueil et la réouverture des terrasses des restaurants.

Une première en 10 mois

La comparution du Dr Arruda en commission parlementaire était une demande de longue date de l'opposition, qui souhaitait notamment lui demander si toutes les décisions du gouvernement Legault avaient été prises en adéquation avec les recommandations de la santé publique. Ils ont maintenant la preuve que non.

Le Dr Arruda n'a pas donné d'autres exemples que celui des musées et des restaurants, mais il a expliqué – comme il l'avait déjà fait – que ses recommandations faisaient généralement l'objet d'itérations avec le gouvernement en raison d'enjeux comme l'économie, la cohésion et l'acceptabilité sociale.

Sa comparution, devant les membres de la Commission de la santé et des services sociaux ou leurs remplaçants, s'est étalée sur trois heures, de 15 h à 18 h. C'était la première fois que le Dr Arruda témoignait à l'Assemblée nationale depuis le début de la pandémie.

Les parlementaires l'ont interrogé sans relâche. Pascal Bérubé a notamment mis en doute son indépendance du pouvoir politique, ce à quoi le principal intéressé a rétorqué qu'il avait déjà pris des positions contraires aux politiques du gouvernement actuel, comme dans le dossier du cannabis.

Maintenant, si je suis encore présent, je considère que les décisions qui sont prises, je suis capable de vivre avec.

Dr Horacio Arruda

Un échange de bons procédés

Le gouvernement Legault a avalisé la comparution du Dr Arruda lundi et les travaux parlementaires devraient normalement prendre fin vendredi après-midi.

En échange, la Coalition avenir Québec exigeait de l'opposition la fin de l'étude détaillée en commission parlementaire du projet de loi 66 sur l'accélération de la mise en chantier de 180 projets d'infrastructure, qui s'est terminée mardi soir, et celle du projet de loi 68 sur les régimes de retraite, qui se poursuivait mercredi.

Le Dr Arruda participait plus tôt mercredi à une conférence de presse au cours de laquelle le premier ministre Legault a prévenu que la police sera appelée à donner plus d'amendes pour obliger les récalcitrants à respecter les restrictions sanitaires pendant les Fêtes.

Le Québec rapportait mercredi 1728 nouveaux cas d'infection et 37 décès supplémentaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !