•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joe Biden présente Lloyd Austin, qui serait le premier Noir à la tête du Pentagone

Le général à la retraite aura besoin d'une autorisation spéciale pour diriger le Pentagone.

Le général à la retraite Lloyd Austin, s'adressant aux reporters devant un écran bleu.

La nomination de Lloyd Austin, si elle est confirmée, serait historique, mais le général à la retraite, qui a quitté l'armée il y a seulement trois ans, aurait besoin d'une permission spéciale du Congrès.

Photo : Associated Press / Susan Walsh

Le président désigné des États-Unis, Joe Biden, est apparu aux côtés du général à la retraite Lloyd Austin, mercredi, soulignant la nature historique de sa nomination.

Si le Sénat confirme sa nomination, le général quatre étoiles, qui a notamment dirigé le commandement central américain (CentCom) de 2013 jusqu'à sa retraite, en 2016, sera le premier Afro-Américain à diriger le département de la Défense.

Mais le militaire de carrière doit d'abord convaincre les deux Chambres du Congrès de déroger à une loi interdisant à quiconque ayant quitté l'armée il y a moins de sept ans d'être à la tête du Pentagone.

Depuis son fief de Wilmington, au Delaware, Joe Biden a d'ailleurs appelé le Congrès à consentir à une exception pour un poste habituellement confié à un civil, vantant un leader au courage, au caractère, à l'expérience et à la réussite extraordinaires. Se faisant rassurant, il s'est dit certain du fait que le haut gradé respecterait le principe fondamental du leadership civil sur les questions militaires.

« Je ne demanderais pas une exception si je ne croyais pas que ce moment de l'histoire l'exige. »

— Une citation de  Joe Biden, président désigné des États-Unis

Ses nombreuses forces et sa connaissance intime du département de la Défense et de notre gouvernement sont, je pense, particulièrement adaptées aux défis auxquels nous faisons face aujourd'hui, à la crise que nous traversons. Il est la personne dont nous avons besoin à ce moment de notre vie, a-t-il déclaré.

Invoquant l'expérience logistique pour des opérations à grande échelle de Lloyd Austin, il a évoqué la distribution des vaccins contre la COVID-19, pour laquelle l'armée sera impliquée.

Abordant lui-même ce qui pourrait s'avérer un obstacle à sa nomination, le secrétaire à la Défense désigné a insisté sur le fait qu'il n'était plus militaire.

Lorsque j'ai terminé mon service militaire, il y a quatre ans, j'ai accroché mon uniforme pour la dernière fois, et je suis passé de général Lloyd Austin à Lloyd Austin. J'arrive donc dans ce nouveau rôle en tant que leader civil, avec une expérience militaire, certes, mais aussi avec une profonde appréciation et un respect de la sagesse derrière l'idée de placer nos militaires sous la direction d'un civil, a assuré l'homme de 67 ans.

« Je reconnais que le fait d'être membre du Cabinet du président exige une perspective différente et des responsabilités distinctes de celles d'une carrière en uniforme. »

— Une citation de  Le général à la retraite Lloyd Austin, secrétaire à la Défense désigné

S'engageant à garder ce principe à l'esprit, il a dit avoir hâte de [s]'entourer de civils expérimentés et compétents et de fonctionnaires soucieux d'établir de saines relations entre les civils et les militaires sous une surveillance civile efficace.

Lloyd Austin a en outre affirmé qu'il travaillerait en étroite collaboration avec les pays alliés, mais aussi avec les diplomates américains.

Nous avons besoin de sa connaissance directe du coût incommensurable de la guerre – et du fardeau qu'elle fait peser sur nos militaires et leurs familles – pour contribuer à mettre fin aux guerres éternelles et faire en sorte que le recours à la force soit le dernier outil de notre boîte à outils. Pas le premier, a aussi soutenu M. Biden, qui a déjà collaboré avec le général à la retraite.

Ce dernier a été le commandant général des forces américaines en Irak, puis le chef du CentCom, la division de l'armée responsable des opérations américaines au Moyen-Orient, lorsque Joe Biden, alors vice-président de Barack Obama, était responsable du dossier irakien.

Beau Biden, le fils décédé du président désigné, a par ailleurs été avocat militaire dans le cabinet de Lloyd Austin, ce que ce dernier a d'ailleurs rappelé.

Lloyd Austin serait le troisième militaire en 70 ans, après George Marshall, en 1950, et James Mattis, en 2016, à obtenir cette autorisation spéciale de la Chambre des représentants et du Sénat.

Sans remettre en doute ses qualifications, des élus démocrates n'ont pas hésité à exprimer leur inconfort devant la possibilité d'outrepasser une loi qui a pour but de confier à un civil la responsabilité des forces armées américaines, d'autant plus que ce serait la deuxième fois en moins de quatre ans que cela serait nécessaire.

Sa nomination rencontre aussi une résistance chez des progressistes, qui lui reprochent sa présence au sein du conseil d'administration de plusieurs entreprises, dont le fabricant d'armes Raytheon Technologies.

Un des rares leaders militaires afro-américains

Joe Biden a estimé que l'expérience personnelle du général à la retraite Austin aiderait les forces armées à s'assurer qu'elles reflètent la diversité de la nation.

Lloyd Austin a souvent fait figure de pionnier : il a par exemple été le premier Noir à diriger le CentCom, et, avant cela, à commander une division de l'armée.

Quelque 40 % des militaires en service sont des personnes issues de la diversité, a souligné le président désigné.

Pourtant, seuls deux des 43 militaires américains les plus hauts gradés sont des Afro-Américains, la grande majorité étant des hommes blancs, indiquait en juin dernier un article du New York Times.

Celui sur qui Joe Biden a fixé son choix ne faisait même pas partie de la liste des candidats les plus susceptibles d'être sélectionnés.

Selon Politico, le président désigné a fait l'objet de pressions pour nommer un Afro-Américain à la tête du Pentagone. Cela dit, les médias font état de multiples pressions exercées sur le président désigné de la part de différents groupes qui espèrent faire avancer certaines nominations.

Selon les sources des médias américains, qui ont révélé lundi la nomination surprise de Lloyd Austin, la favorite était Michèle Flournoy, sous-secrétaire à la Défense dans l'administration Obama. Elle aurait pour sa part été la première femme à diriger le Pentagone.

Devant un écran disant « Bureau du président désigné », Joe Biden, au centre, s'adresse aux reporters, avec Lloyd Austin à sa gauche et Kamala Harris à sa droite.

L'image projetée à la conférence de presse de mercredi était riche en symboles, alors que Joe Biden était entouré de Kamala Harris et Lloyd Austin, les deux premiers Afro-Américains nommés à leur poste respectif.

Photo : Associated Press / Susan Walsh

Lloyd Austin est le premier Noir à avoir été nommé secrétaire au sein de l'administration Biden, mais deux autres Afro-Américains ont été nommés à des positions donnant le statut de membre du Cabinet, soit Linda Thomas-Greenfield comme ambassadrice à l'ONU et Cecilia Rouse comme présidente du Conseil des conseillers économiques du président.

Les médias ont par ailleurs rapporté mardi que Joe Biden entendait faire de la représentante de l'Ohio Martha Fudge, elle aussi Noire, la secrétaire du département du Logement et du Développement urbain. Joe Biden a également affecté d'autres Afro-Américains à d'autres postes gouvernementaux.

Plusieurs des membres de son Cabinet établiront des précédents si le Sénat avalisent leur nomination. Xavier Becerra, nommé à la Santé et aux Services sociaux, et Alejando Mayorkas, à la Sécurité intérieure, seraient par exemple les premiers hispanophones à la tête de leur département respectif.

Plusieurs femmes feraient aussi figure de pionnières : Janet Yellen, secrétaire au Trésor, et Avril Haines, directrice du Renseignement national, seraient les premières à occuper ces postes.

La vice-présidente désignée, Kamala Harris, qui n'a pour sa part pas besoin de l'appui des sénateurs pour pouvoir entrer en poste, écrira l'histoire à plus d'un titre. Elle deviendra la première femme, la première Noire et la première personne d'origine asiatique à accéder à la vice-présidence.

Par contraste, la majorité des membres du Cabinet Trump sont des hommes blancs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !