•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 30 ans décédait le peintre Jean Paul Lemieux

Jean Paul Lemieux en 1968

Le peintre Jean Paul Lemieux est décédé le 7 décembre 1990.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 7 décembre 1990 disparaissait le peintre Jean Paul Lemieux. Il nous a laissé une œuvre originale et universelle.

Un peintre du temps qui passe et de la solitude

Au retour [de mon séjour en France] tout à coup, j’ai aperçu les plaines blanches. L’austérité de la province de Québec. La tristesse de l’hiver.

Une citation de :Jean Paul Lemieux

Téléjournal, 7 décembre 1990

Le 7 décembre 1990, la journaliste Luci Tremblay présente au Téléjournal, qu’anime Charles Tisseyre, un reportage sur le peintre Jean Paul Lemieux qui vient de décéder dans la ville de Québec.

Jean Paul Lemieux est né à Québec en 1904.

Il a passé la plus grande partie de sa vie entre Québec et Port-Saint-Louis à Isle-aux-Coudres où il possédait ce qu’il considérait comme sa résidence principale.

Dans ce cadre enchanteur, il travaillait aux côtés de sa muse, son épouse Madeleine Desrosiers, elle-même une peintre accomplie.

Jean Paul Lemieux a enseigné le dessin et la peinture pendant plus de 30 ans à l’École des beaux-arts de Québec.

Luci Tremblay rappelle que Jean Paul Lemieux a effectué en 1954 un long séjour en France.

C’est un événement clé dans son œuvre picturale. Son style se fixe alors et son originalité s’affirme.

Les toiles de Lemieux, surtout celles qu'il a peintes durant sa période dite classique, se caractérisent par des personnages figés dans leur solitude et leur angoisse.

Ils existent très souvent dans de vastes espaces dépouillés et des étendues de neige.

Jean Paul Lemieux se décrit lui-même comme un peintre de la solitude et de la séparation.

Un autre de ses thèmes préférés, c’est le temps, surtout celui qui passe.

L’œuvre de l'artiste est peu à peu reconnue au Canada et sur la scène internationale.

En 1967 et en 1974, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Musée du Québec lui consacrent d’importantes rétrospectives.

Des expositions, où seront montrées ses toiles, seront également organisées à Moscou, mais aussi Leningrad, Paris, Londres et Prague.

Un peintre original

L’œuvre de Jean Paul Lemieux est originale et à contre-courant des grands mouvements artistiques internationaux de son époque.

Canada magazine, 1968 (non diffusé)

C’est une conclusion à laquelle on peut arriver en écoutant ce reportage de Canada magazine, daté de 1968, et qui n’a jamais été diffusé.

Jean-Paul Lemieux est un peintre qui privilégie le figuratif et s’inspire beaucoup de la peinture de la Renaissance italienne.

Ce choix artistique est très présent par exemple dans la toile La Fête-Dieu à Québec, datée de 1944.

Dans cette toile, l’artiste peint une scène qui semble vue du ciel et qui présente simultanément plusieurs suites d’événements.

L’évolution de l’œuvre de Jean Paul Lemieux peut aussi être observée dans ce reportage lorsqu’on regarde Les Ursulines, Les Parques, et Les appartements de Stanford, toiles datées de 1951, 1962 et 1965.

Durant l’été 1980, Jean Paul Lemieux reçoit exceptionnellement Camil Chouinard à sa maison de l’Isle-aux-Coudres.

Téléjournal, 10 août 1980

Le journaliste présente, le 10 août, un reportage au Téléjournal sur cette rencontre.

Durant leur conversation, le peintre analyse son style qu’il n’estime pas tout à fait figuratif.

Il confirme par ailleurs son peu de goût pour ce qu’il nomme le pittoresque.

Il n’a pas d’intérêt pour les granges, les cabanes à sucre et autres éléments qui constituent très souvent la peinture canadienne.

D’ailleurs, c’est très rare qu’il en peigne et, lorsqu’il le fait, ces éléments sont toujours placés à l’arrière-plan de ses compositions.

À 75 ans, Jean Paul Lemieux est serein. Il a acquis une notoriété seulement à 50 ans.

Mais il trouve ça normal. Le génie précoce n’existe pas en peinture. L’œil est quelque chose de très lent à former et à éduquer.

L’œuvre de Jean Paul Lemieux, artiste très ancré dans le Québec où il vit pratiquement toute sa vie, touche, par les thèmes qu’il a explorés, à l’universel.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.