•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du plomb dans l’eau de nombreuses écoles de la région

De l'eau s'écoule de l'embouchure d'une fontaine à boire.

La norme de Santé Canda, adoptée par Québec, est de 5 microgrammes par litre d'eau potable.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

La quantité de plomb contenue dans l’eau potable de dizaines d’écoles de la région est supérieure aux nouvelles normes établies par Santé Canada, fixées à 5 microgrammes par litre.

L’automne dernier, une enquête menée par le journal Le Devoir a révélé que le taux de plomb, une substance cancérigène pouvant nuire au développement neurologique de l’enfant, était trop élevé dans plusieurs écoles du Québec. Dans la région, l’école Sainte-Bernadette était l’une des plus affectées, avec la présence de plomb à un taux 14 fois supérieur à la norme jugée sécuritaire. La situation a été corrigée depuis.

Critiqué dans ce dossier, le gouvernement Legault a ordonné que des analyses soient menées dans tous les établissements des centres de services scolaires (CSS) de la province.

Les écoles primaires avaient l’obligation de mener les inspections et d'apporter les correctifs nécessaires, au besoin, avant le 1er novembre 2020. Pour les autres établissements (secondaire et centres de formation professionnelle), la date butoir a été fixée au 1er mars 2021.

Près de la moitié des écoles du CSS des Rives-du-Saguenay touchées

Au Centre de services scolaires des Rives-du-Saguenay, plus de 800 points d’eau regroupés dans 32 écoles primaires ont fait l’objet de tests par des entreprises spécialisées. Les analyses ont révélé que 14 de ces établissements étaient dotés d’abreuvoirs, de fontaines ou de robinets dépassant la norme permise.

L’ancienne école La Source, sur la rue Jacques-Cartier Est, à Chicoutimi, est celle comptant le plus grand nombre de points d’eau contaminés : neuf au total. Les locaux sont occupés par des organismes communautaires, un CPE et un centre formation pour adultes.

L’école Antoine-de-Saint-Exupéry, aussi à Chicoutimi, arrive au deuxième rang avec six points d’eau contenant du plomb. L’école Saint-Antoine en a quatre.

Autres écoles du CSS des Rives-du-Saguenay détenant des points d’eau contaminés au plomb :

Sainte-Claire : 3 points d’eau (corrigé lors de travaux)

Saint-Cœur-de-Marie : 1 point d’eau

L’Horizon : 1 point d’eau

Marguerite-d’Youville : 2 points d’eau

Saint-Isidore : 1 point d’eau

Saint-Denis : 1 point d’eau

Vanier : 1 point d’eau

Mont-Valin : 1 point d’eau

Jean-Fortin : 1 point d’eau

École La Source : 1 point d’eau (corrigé lors de travaux)

École Fréchette : 1 point d’eau

La porte-parole du Centre de services scolaires des Rives-du-Saguenay, Claudie Fortin, précise que chaque établissement compte, en moyenne, 20 à 25 points d’eau. En réponse à notre demande d’information, elle a expliqué que les analyses dénotent que les installations qui ne respectent pas la norme se trouvent souvent dans des salles de classe et qu’elles sont donc très peu utilisées pour boire .

De plus, nous jugeons important de préciser que, pour la très grande majorité des points d’eau non conformes, les écarts entre les résultats des tests et la norme de Santé Canada sont minimes.

Une citation de :Claudie Fortin, porte-parole CSS des Rives-du-Saguenay

L’équipe du Service des ressources matérielles procède aux travaux nécessaires sur les points d’eau non conformes.

Nous mettons tout en œuvre afin que notre personnel et nos élèves évoluent dans un environnement sain. C’est pourquoi, en guise de prévention, des affiches comportant des consignes ont immédiatement été installées devant chaque point d’eau, selon l’utilisation qui en est faite. Une expertise plus poussée sera d’ailleurs menée pour en déterminer la source (fontaines d’eau, plomberie, canalisation de la municipalité, etc.) , a conclu la porte-parole.

Des tests se poursuivent jusqu’à la fin du mois de février dans les autres établissements regroupés sous l’égide du CSS des Rives-du-Saguenay.

8 écoles primaires sur 17 dans le secteur de Jonquière

Sur le territoire desservi par le Centre de services scolaires De La Jonquière, 8 établissements d’enseignement primaire sur 17 nécessitent que des équipements soient changés. Selon la porte-parole, Stéphanie Audet, ces travaux coûteront 40 000 $.

Les écoles Saint-Charles, De la Mosaïque, Saint-Jean-de-Bégin, Sainte-Marie-Médiatrice, Du Versant, Le Tandem (édifice Rosaire) et Bois-Joli (ancienne partie) font partie de la liste des écoles ciblées à la suite d’analyses. Il en va de même pour le Collège Saint-Ambroise.

Dans tous les cas, jusqu’à présent, le remplacement de la robinetterie ou des buvettes corrige la situation.

Une citation de :Stéphanie Audet, porte-parole, CSS De La Jonquière

100 000 $ en travaux au CSS du Lac-Saint-Jean

La Commission scolaire du Lac-Saint-Jean devra investir une somme considérable, 100 000 $, pour remplacer 35 sources d’eau. Une première commande de fontaines a été reçue et la direction assure que tous les équipements contaminés seront remplacés d’ici à la fin de 2022.

Les 14 établissements touchés sont le Pavillon Wilbrod-Dufour, les écoles secondaires Camille-Lavoie et Curé-Hébert, de même que les écoles Saint-Joseph (Alma), Saint-Pierre, Saint-Sacrement, Maria, Bon-Pasteur, Sainte-Hélène, Saint-Joseph (Héberville), Saint-Gérard, Du Bon Conseil, Saint-Léon et Notre-Dame-de-Lorette.

Des tests de dépistage de plomb ont également été menés dans toutes les écoles primaires du Centre de services scolaires du Pays-des-Bleuets, au nord du Lac-Saint-Jean. Les échantillons analysés ont fait état d’une concentration de plomb trop élevée dans 16 établissements. La direction a dû condamner six équipements regroupés dans cinq bâtisses puisque le taux de concentration après écoulement de 30 secondes était supérieur à 5 microgrammes par litre d’eau.

Dans certains cas, le CSS du Pays-des-Bleuets assure qu’il a condamné des points d’eau. Pour le reste, des équipements ont été changés ou des filtres ajoutés, ce qui a nécessité l’injection de 15 000 $.

Pour 42 sources d’eau réparties dans 14 bâtiments, des filtres ont aussi été installés, tout comme des affiches où il est inscrit de faire couler l’eau avant de la consommer, a fait valoir la responsable de l’accès à l’information au Centre de services scolaires du Pays-des-Bleuets, Annie Tremblay.

Riverside aussi touchée

L’école anglophone Riverside, sous le giron de la Commission scolaire Central Quebec (CQSB), a avisé les parents en novembre de la présence de plomb dans le réseau d’eau potable de ses deux établissements du secteur Arvida, à Jonquière. Des fontaines et des robinets sont touchés.

Les points d’eau ont été fermés jusqu’à leur remplacement.

En attendant, nous avons mis [à la disposition des élèves] des distributeurs d’eau pour boire. Pour les robinets, des affiches ont été installées afin d’aviser que l’eau doit être utilisée pour se laver les mains seulement , a résumé la secrétaire générale, Sandra Griffin. 

Les appareils ont été remplacés. Une deuxième série de tests sera effectuée afin de vérifier si des traces de plomb supérieures à la normale demeurent dans l’eau. Si c’est le cas, des filtres seront installés.

Parents avisés

La directive du ministère de l’Éducation stipule que si une concentration de plomb dépassant la norme exigée est relevée, le réseau scolaire et les établissements d'enseignement privé ont la responsabilité d’en informer les parents.

Selon la direction des centres de services scolaires de la région, la plupart des parents ont été avisés. D’autres recevront une lettre prochainement.

Sur le site Internet du ministère, il est précisé que l’eau potable au Québec est de qualité et qu’elle demeure la meilleure source pour s’hydrater .

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !