•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 600 résidences aux prises avec une éclosion de COVID-19 au pays

« J'anticipe les mois d’hiver et ça m'inquiète », dit une chercheuse de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

Un couple vu de dos regarde une aînée à travers une vitre.

Revera, l'un des plus grands exploitants de résidences pour personnes âgées et de foyers de soins de longue durée au Canada, pense que faire des tests rapides et nombreux aiderait à limiter les effets de la pandémie dans ses centres.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À travers le Canada, le nombre de nouvelles infections de COVID-19 chez les aînés est en forte hausse et le nombre d’éclosions dans les résidences de soins de longue durée augmente depuis quelques semaines.

Selon une recension des données provinciales, il y a actuellement plus de 600 résidences de soins de longue durée qui sont aux prises avec une éclosion de COVID-19, donc qui se retrouvent dans une situation où plus d'une personne est infectée.

En comparaison, à la fin avril, il y en avait environ 450 qui avaient déclaré une éclosion.

Francine Ducharme, chercheuse au Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, indique que même si certaines mesures ont été prises par les gouvernements après l’hécatombe du printemps, elle craint de voir la situation se détériorer dans les résidences de soins de longue durée au cours des prochains mois.

Le problème numéro un a toujours été le manque de main-d'œuvre. Et là, en plus, le personnel est épuisé, le temps des Fêtes arrive, de nombreux travailleurs sont malades. J’anticipe les mois d’hiver et ça m’inquiète.

Une citation de :Francine Ducharme, Institut universitaire de gériatrie de Montréal

Si les gouvernements ont réglé certains problèmes à court terme, cette professeure à la Faculté des sciences infirmières de l'Université de Montréal précise que ces milieux de vie ont longtemps été sous-financés et que le problème est loin d’être réglé.

La question des soins aux personnes âgées, et la façon dont c’est organisé, est un problème de longue date. Les centres de soins de longue durée sont les parents pauvres du système de santé. Ça ne se règle pas en 8 mois.

Les cas et les éclosions se multiplient à travers le pays

Une grande proportion des infections continuent d’être détectées chez les jeunes, mais les aînés continuent de subir la majorité des conséquences graves de cette maladie.

Du 22 au 28 novembre, environ la moitié des nouveaux cas ont été détectés chez des personnes de moins de 40 ans, tandis que 20 % des personnes infectées avaient plus de 60 ans.

Par contre, au cours de cette même période, 34 % des personnes hospitalisées étaient âgées de 60 à 79 ans et 38 % étaient âgées de 80 ans et plus. Les aînés étaient également plus nombreux à être admis aux soins intensifs et à avoir besoin de ventilation mécanique.

Parmi les décès déclarés du 22 au 28 novembre, 95 % étaient chez des personnes de plus de 60 ans. 

Depuis septembre, les centres d’hébergement et de soins de longue durée, les résidences pour personnes âgées, les écoles et les services de garde continuent d’être associés à la majorité des éclosions.

D’avril à août, les établissements de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées représentaient 63 % des éclosions à travers le pays. En septembre, ce sont surtout les écoles et les garderies qui ont été à l’origine du plus grand nombre d’éclosions au Canada. 

Puis en octobre et en novembre, le nombre d’éclosions dans les centres de soins de longue durée et les résidences pour personnes âgées a fortement augmenté et dépassé le nombre d’éclosions dans les écoles et les garderies.

En date du 28 novembre, 41,6 % des éclosions au Canada étaient dans des résidences pour aînés.

Québec

En ce moment, environ le quart des éclosions actives au Québec sont dans des milieux de vie et de soins, tandis que c’était moins de 15 % lors des trois premières semaines de novembre.

En date du 9 décembre, il y avait 201 éclosions dans des résidences de soins de longue durée; un mois plus tôt, il y en avait 185. En comparaison, à la mi-avril, 146 résidences étaient inscrites sur la première liste du gouvernement du Québec des éclosions dans les résidences pour aînés et CHSLD. Le 1er avril, le gouvernement faisait état de 519 résidences avec au moins un cas de COVID-19.

En date du 8 décembre, il y avait plus de 2000 cas actifs dans ces établissements, la plupart dans la Capitale-Nationale, au Saguenay–Lac-Saint-Jean et à Montréal.

On remarque par ailleurs que si les CHSLD ont été particulièrement frappés lors de la première vague, le nombre de décès et de cas dans les résidences pour aînés (RPA) augmente désormais.

Il y a, en date du 9 décembre plus de 1300 cas actifs de COVID-19 dans 136 RPA et un peu plus de 700 dans 65 CHSLD du Québec.

Environ 15 % de tous les décès liés à la COVID-19 au début de la pandémie étaient dans les RPA et plus 60 % dans les CHSLD. Depuis septembre, c’est une moyenne de 27 % des décès qui sont en RPA et de 40 % dans les CHSLD. 

Ontario

En ce moment, il y a plus de 110 éclosions dans des établissements de soins de longue durée en Ontario (plus de 600 cas actifs) et ce chiffre augmente depuis plusieurs semaines.

La majorité des éclosions actives dans ces établissements sont dans la grande région de Toronto, particulièrement à Brampton, à Whitby, à Etobicoke et à Oshawa.

Depuis le début de la pandémie, environ 9000 résidents ontariens de centres de soins de longue durée ont été infectés et près de 2300 en sont décédés. Au total, 415 établissements ont été frappés par une éclosion, dont 34 à Toronto et 20 à Scarborough. Par ailleurs, plus de 3500 travailleurs dans ces établissements ont été infectés; 8 en sont décédés.

Colombie-Britannique

Depuis le début de la pandémie, 69 % des personnes décédées habitaient dans un établissement de soins de longue durée. Plus de 200 résidences de soins de longue durée ont été touchées par une éclosion de COVID-19.

Il y a présentement 70 éclosions actives dans des résidences de soins de longue durée, dont 16 nouvelles éclosions dans la semaine du 22 au 28 novembre. Au début de novembre, on comptait seulement 25 éclosions actives. De mai à octobre, on comptait moins de 20 éclosions actives dans des résidences de soins de longue durée.

Selon le dernier rapport épidémiologique de la province, sur les 82 malades décédés entre le 22 et le 28 novembre, 59 % vivaient dans des centres de soins de longue durée et 93 % avaient plus de 70 ans. 

Les Britanno-Colombiens de 70 ans et plus représentent seulement 10 % des infections recensées depuis le début de la pandémie, mais 44 % des hospitalisations et 88 % des décès. Environ 8 % des cas ont entre 60 et 69 ans, mais ils représentent 17 % des hospitalisations et 9 % des décès liés à la COVID-19.

Alberta

Entre la mi-novembre et le début de décembre, le nombre d’éclosions dans des résidences de soins de longue durée a triplé et dépasse maintenant 120. Environ 63 % des quelque 600 personnes décédées dans la province habitaient dans des centres de soins de longue durée. Il y a près de 900 cas actifs liés à ce type d’établissement.

Une des plus importantes éclosions toujours en cours est au Clifton Manor, à Calgary; 64 des quelque 250 résidents ont été infectés; 11 sont décédés.

Saskatchewan

Une plaque indique la direction du foyer de soins de longue durée, Extendicare Parkside.

Le foyer de soins de longue durée, Extendicare Parkside à Regina.

Photo : Radio-Canada / Cory Herperger

En Saskatchewan, il y a présentement 28 établissements de soins de longue durée avec une éclosion (211 aînés infectés). La semaine dernière, il y avait 36 établissements sur la liste du gouvernement et 229 résidents infectés.

La plus grande éclosion active dans un centre de soins de longue durée est actuellement à l’établissement Parkside Extendicare à Regina, où environ la moitié des 200 résidents ont été infectés. Par ailleurs, parmi les 58 résidents du centre Luther Special Care Home à Saskatoon, 28 ont été infectés et 7 sont décédés.

Manitoba

Au Manitoba, en date du 8 décembre, sur les 116 éclosions en cours, 73 étaient dans des centres de soins de longue durée, dont une trentaine à Winnipeg.

Selon des données obtenues par CBC, depuis le début de la pandémie, plus de 900 cas de COVID-19 et près de 180 des personnes décédées étaient des Manitobains habitant ce type d’établissement. Au moins 475 employés dans ces centres ont été infectés.

De nombreuses résidences ont eu seulement quelques cas, mais certains établissements ont connu des éclosions particulièrement meurtrières, dont 52 décès au Maples Long Term Care Home et 29 décès à Parkview Place.

Après la crise, l'espoir de changements

Selon Mme Ducharme, la pandémie a révélé au grand jour les besoins criants des centres de soins de longue durée.

Elle est heureuse de voir les provinces offrir en priorité le vaccin aux personnes vivant dans ce type d'établissement. Ça va nous donner un peu d’air.

Selon une analyse de l’Institut canadien d’information sur la santé, en juin, la proportion de décès dans les résidences de soins de longue durée au Canada lors de la première vague était deux fois plus élevée que dans 16 autres pays de l’OCDE. Selon les données de ce printemps, 81 % des décès au Canada sont survenus dans des centres de soins de longue durée, comparativement à 10 % en Slovénie, 31 % aux États-Unis et 66 % en Espagne.

Francine Ducharme espère qu’après cette crise, ce type de soin sera complètement réorganisé et repensé pour s'occuper d'une population qui vieillit de plus en plus.

À travers le pays, de nombreuses voix, dont celle de Mme Ducharme, s’élèvent pour exiger une action des gouvernements.

C’était tellement une catastrophe, ça ne se peut pas que ça continue comme ça.

Une citation de :Francine Ducharme, Institut universitaire de gériatrie de Montréal

En Ontario, le gouvernement a mis sur pied une commission d’enquête indépendante pour faire la lumière sur la gestion de la crise dans les foyers de soins de longue durée en Ontario.

L’entreprise Revera, qui gère plus de 70 centres de soins de longue durée et une centaine de résidences pour aînés en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario et au Manitoba, a entrepris une révision de ses pratiques après qu’au moins 90 de ses établissements eurent connu une éclosion.

Près de 1000 résidents des établissements de Revera ont été infectés; et plus de 280 en sont décédés.

La coroner en chef du Québec a par ailleurs annoncé en juin dernier la tenue d’une vaste enquête publique sur certains décès survenus dans des CHLSD, des résidences privées pour aînés et d’autres milieux d’hébergement pour personnes vulnérables ou en perte d’autonomie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !