•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un documentaire sur un défilé de marionnettes à l’effigie de corneilles

Une marionnette géante de corneille animée par quatre personnes marche sur un terrain vague.

Le documentaire immortalise un point dans le temps : une nuit d’été suivant de nombreux mois pendant lesquels la population de Charlottetown avait été plongée dans une pandémie.

Photo : Ann Winslow

Radio-Canada

The Flock porte sur un événement insolite qui s’est déroulé à Charlottetown pendant la pandémie.

Un texte de Teghan Beaudette

Depuis dix ans, une myriade de corneilles défilent dans Charlottetown le soir d’un festival d’art annuel.

Ces corneilles sont en fait des marionnettes. Le défilé attire des centaines de personnes. Certaines sont déguisées en corneilles, d’autres sont simplement spectatrices.

Cette année, cependant, les responsables ont annoncé l’annulation de la populaire Marche des corneilles. Le festival artistique du mois d’août a suivi son cours, mais il était impossible de rassembler de grandes foules.

En lieu et place du défilé, l’une des créatrices originales de l’événement, Megan Stewart, a organisé une prestation et en a fait un documentaire.

Nous avons gardé une grande partie de notre travail quelque peu secrète, car nous ne pouvions pas dévoiler le parcours du défilé. Autrement, une foule se serait rassemblée, relate Mme Stewart. L’événement a donc été un peu plus spontané, comme un irruption éclair.

De petits groupes de personnes ont cependant réussi à se trouver au bon endroit au bon moment. Ils ont pu voir la troupe de marionnettes croasser et jouer de la musique le long de son parcours dans la ville.

Deux membres de mon équipe pour le projet, Ian McFarlane et Laura Stinson, ont dirigé la création d’une marionnette géante en forme de corneille dont les ailes déployées atteignaient une envergure de 24 pieds. Elle était faite de branches de saule, de bambou, de fil de fer et de tissu. Nous l’avons appelée Lucinda, relate Mme Stewart.

Nous avions deux semaines pour tout préparer. C’était donc un processus de création intensif. Au début, nous regrettions de ne pas pouvoir convier le public, mais finalement, les circonstances nous ont donné une certaine liberté créative. Cela nous a permis d’être plus souples et d’intégrer plus de mise en scène dans le cortège, explique Mme Stewart.

Le documentaire qui a été tourné ce jour-là, intitulé The Flock (La volée), immortalise un point dans le temps : une nuit d’été suivant de nombreux mois pendant lesquels la population de Charlottetown avait été rongée par l’inquiétude, plongée dans une pandémie.

Trois personnes déguisées en corneilles marche dans une rue.

Le défilé de corneilles à Charlottetown attire chaque année des centaines de personnes.

Photo : Ann Winslow

L’objectif du défilé, et finalement du documentaire lui-même, consistait à capter un peu de joie.

Surtout dans le cas de défilés ou de processions, on a vraiment l’impression de faire partie d’un tout, d’un grand événement, dit M. McFarlane dans le documentaire. C’est une expérience assez merveilleuse, qui nous rend humbles.

Tant de gens ont envie de faire la fête, de jouer et d’oublier un peu, ne serait-ce que pour un moment, ajoute Mme Stewart.

Cet article présente l’une des œuvres sélectionnées dans la foulée de Connexion Création, une initiative conjointe du Conseil des arts du Canada et de la section Arts de Radio-Canada. Grâce à une bourse de 5000 $ attribuée aux artistes dont les propositions ont su séduire le jury, des œuvres numériques exclusives ont vu le jour durant la pandémie de COVID-19. Cliquez ici pour voir d’autres productions gagnantes.

La version originale de ce texte peut être consultée sur la plateforme de CBC Arts (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !