•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants à la retraite peuvent maintenant faire plus de suppléance

Un enfant dans une salle de classe lève le bras en tenant un crayon dans sa main.

Le enseignants retraités de Terre-Neuve-et-Labrador peuvent maintenant travailler 25 jours de plus par année sans incidence sur leur régime de pension.

Photo : iStock

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador permet désormais aux enseignants à la retraite de travailler jusqu’à 90 jours par année sans incidence sur leur revenu de pension, au lieu de 65 jours.

Cette modification au régime de pension a été apportée en raison de l'actuelle pénurie de suppléants.

Le changement est entré en vigueur le 17 novembre. Il vient notamment épauler le Conseil scolaire francophone provincial (CSFP), qui peine à pourvoir cinq postes d’enseignant dans ses écoles depuis la rentrée en septembre.

L’École Sainte-Anne, à La Grand’Terre, compte trois postes vacants — une situation dénoncée par des parents dans la péninsule de Port-au-Port.

Selon le CSFP, les enseignants à la retraite ont joué un rôle particulièrement important cette année pour épauler le personnel de l’école de 60 élèves.

Le gouvernement a reconnu le défi

Nous comprenons que ce n’est pas l’idéal de ne pas pouvoir combler tous les postes, néanmoins ce changement accordé par le gouvernement bénéficie le CSFP dans son fonctionnement quotidien dans les écoles, a écrit la directrice de l’éducation, Kim Christianson, dans un rapport présenté au conseil d’administration du district scolaire, le 28 novembre.

Portrait de Kim Christianson

Kim Christianson, la directrice à l'éducation du Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador (archives)

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

« Le CSFP essaye de supplier les enseignants à la retraite de prendre des contrats pour pourvoir des postes vacants. Toutefois, ils ne veulent pas sortir de leur retraite pour différentes raisons. »

— Une citation de  Kim Christianson, directrice de l’éducation, CSFP

Le gouvernement a reconnu le défi et a augmenté de 25 jours les jours de travail possibles pour un enseignant à la retraite sans nuire à son régime de pension, indique le rapport.

En entrevue avec Radio-Canada, Mme Christianson a précisé que souvent les gens qui sont retraités ne veulent pas prendre un contrat à long terme, pour quelques mois, par exemple, parce que ça prend plus de préparation et parce qu’ils sont engagés plus longtemps.

Le fait que c’est la pandémie, qu’il y ait des consignes de santé publique, des restrictions, ça fait en sorte que les gens qui sont à la retraite ont des inquiétudes. Même ceux qui pourraient travailler ne veulent pas le faire pour x, y ou z.

200 employés rétraités engagés

La nouvelle règle restera en vigueur jusqu’à nouvel ordre, selon le ministère de l’Éducation.

La porte-parole du ministère, Tina Coffey, affirme qu’environ 200 employés à la retraite ont été engagés en tant qu’enseignants suppléants ou ont obtenu un contrat temporaire pour l’année 2020-2021.

Ce bilan représente une hausse d’environ 20 % comparativement à l’année scolaire précédente. En 2019-2020, 167 retraités ont travaillé dans les écoles de la province, selon le ministère.

Le conseil scolaire anglophone de Terre-Neuve-et-Labrador note que les directions d’école sont priées d’éviter d’engager des employés à la retraite à long terme et que les nouvelles règles ne s’appliquent qu’en situation d’urgence.

L’objectif est d’être plus flexible et de nous assurer de ne pas nuire à l’enseignement si la pénurie de suppléants persiste, explique Cheryl Gullage, porte-parole du district anglophone.

Terre-Neuve-et-Labrador n'est pas la seule province à prendre des mesures pour combattre la pénurie de suppléants pendant la pandémie.

Le Nouveau-Brunswick a levé une restriction qui limitait le travail des enseignants retraités à 80 jours par année. Le Québec a doublé la rémunération quotidienne des enseignants retraités en septembre pour encourager ces derniers à prêter main-forte au réseau scolaire.

Mme Christianson se dit convaincue que le CSFP pourra pourvoir tous les postes vacants d’ici juin 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !