•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « ranch à saumons » sauvera-t-il les épaulards?

Le projet est louable, mais le problème se trouve possiblement ailleurs, croient des experts.

Quatre épaulards adultes et un bébé orque dans les eaux de la Colombie-Britannique.

Le ranch à saumons fait plus de 45 acres et entoure la rivière Elwha, qui se déverse dans les eaux de la mer de Salish, où vit, en été et en automne, la population des épaulards résidents du sud.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

En prenant possession d’une terre bordant la rivière Elwha, sur la péninsule Olympique, dans l’État de Washington, le Center for Whale Research espère y restaurer l’habitat des saumons quinnats, et ainsi contribuer à alimenter les épaulards résidents du sud, menacés par le manque de nourriture.

C’est un projet qui servira d'héritage, se félicite le fondateur et scientifique principal du centre américain de recherches sur les baleines, Ken Balcomb. Après tout, les orques doivent se nourrir pour survivre, comme les humains.

Depuis le retrait de deux barrages hydroélectriques en 2014, la rivière Elwha est en train de guérir et de prospérer et on y voit une population croissante d’espèces de saumon menacées, dont le quinnat, note son groupe de recherche.

La restauration et la protection d'habitats de saumons quinnats indigènes dans ce qui a été baptisé ranch à saumons, seraient garantes de la survie des épaulards résidents du sud, croit-il.

Et pour cause. Le quinnat, plus gros, plus gras et ainsi plus fort en calories que d'autres poissons, est leur principale source de nourriture. Leur déclin dans les eaux de la côte Pacifique est intimement lié à celui des épaulards, en voie de disparition.

Un lac entouré de montagnes et d'arbres.

De nombreuses populations de saumons sont en déclin en Colombie-Britannique, même dans les eaux les plus naturelles, selon une étude.

Photo : Shutterstock

Un projet salutaire?

Ces « ranchs à saumons » seraient-ils vraiment la clé pour sauver cette population d’épaulards, qui ne compte plus que 73 individus?

L’intention du groupe est louable, admet le directeur du centre de recherche sur les mammifères marins à l'UBC, Andrew Trites, mais son impact réel sera limité. Est-ce que cela va changer les choses pour les épaulards résidents du sud? Ce n’est pas certain, dit-il.

Il faut, selon lui, regarder la situation, qui est critique, de manière plus large.

« C’est comme si on évalue sa santé en regardant son nombril, sans voir le reste du corps. Parfois, on est fixé sur des détails et on ne voit pas l’ensemble du tableau. »

— Une citation de  Andrew Trites, directeur du centre de recherche sur les mammifères marins à l'UBC

Le saumon quinnat peine à survivre même dans les environnements naturels

Le taux de survie du saumon quinnat est aujourd’hui le tiers de ce qu’il était il y a quelques années, et ce, même dans les eaux les plus naturelles du nord de la Colombie-Britannique, révèle une récente étude (Nouvelle fenêtre) publiée dans le journal Fish and Fisheries.

La restauration de rivières ne suffira pas. La survie des saumons est faible partout, même dans une vaste bande de territoire relativement vierge.

Il y a peu d'espoir que la modification de l'habitat d'eau douce dans les régions plus au sud soutiendra un environnement nouvellement productif pour le saumon, notent les chercheurs.

Malgré de nombreuses études en cours, les causes du déclin du saumon ne sont pas encore connues.

C’est peut-être les conditions de l’océan, l’eau trop chaude. C’est peut-être la prédation ou la compétition avec les écloseries : on produit beaucoup de poissons, mais ils n’ont peut-être pas assez de nourriture. C’est très compliqué, admet M. Trites.

Un épaulard résident du sud nage devant un banc de saumon près du fleuve Fraser, en Colombie-Britannique.

Des scientifiques de l'Université de la Colombie-Britannique utilisent des drones aériens pour déterminer si les épaulards résidents du sud, en voie de disparition, consomment suffisamment de leur proie préférée, le saumon quinnat.

Photo : La Presse canadienne / Keith Holmes

Au nord, la même quantité limitée de saumon

Dans le nord de la province, la population d’épaulards est presque quatre fois plus nombreuse que celle des résidents du sud, observe M. Trites. Or, cette population se nourrit elle aussi de saumon quinnat, dont le déclin est documenté.

« Alors je me pose la question : pourquoi les épaulards résidents du nord prospèrent-ils et pas les résidents du sud?  »

— Une citation de  Andrew Trites, directeur du centre de recherche sur les mammifères marins à l'UBC

L’explication, et le problème, selon le chercheur, pourraient se trouver dans le sud des États-Unis.

Deux épaulards qui soufflent hors de l'eau.

Le territoire des épaulards résidents du sud s'étend de la Californie à l'Alaska.

Photo : Mark Malleson

Un problème californien

Le territoire des épaulards résidents du sud est vaste et s'étend de la côte californienne au sud de l'Alaska.

Quand les épaulards reviennent [dans la mer Salish] en été, on voit qu'ils sont plus minces que d’autres populations plus au nord. Mais sont-ils minces à cause d'un manque de nourriture ici, ou bien ailleurs, où ils passent l'hiver? se questionne-t-il.

Il croit que le problème se situe en Californie, où les rivières riches en saumon comme la Sacramento ont été transformées par des barrages avant d'en tirer l'eau pour favoriser l'agriculture.

Les gens ont oublié qu’il y avait [en Californie] des populations importantes de saumons, qui n’existent plus depuis 100 ans, affirme M. Trites.

Or, il existe peu de collaboration entre les États-Unis et le Canada sur cette question, déplore le chercheur. Il devrait y en avoir plus.

Un phoque sort sa tête de l'eau.

D'autres populations d'épaulards se nourrissent de mammifères marins, comme des phoques.

Photo : Radio-Canada / David Horemans

Élargir son menu pour survivre

La clé de la survie des épaulards résidents du sud ne se trouve peut-être pas dans la restauration des habitats de saumons quinnats, mais plutôt dans leur capacité de s'adapter et d'élargir leur palais, croient certains experts.

Pourquoi les épaulards ne peuvent-ils pas se nourrir de mammifères marins comme le font les populations de Bigg, ou de requins et de thons comme les épaulards hauturiers, deux groupes d'épaulards qui vivent aussi dans les eaux de la Colombie-Britannique?

Ce n'est pas simple, explique M. Trites.

Ce n’est pas qu’une question de goût, c’est surtout une question de technique de chasse, explique-t-il.

Les résidents de la mer des Salish comptent sur l’écholocalisation pour suivre le saumon, une technique de chasse qui s'adapte mal à la chasse aux mammifères.

Un chasseur armé d’un fusil peut tuer un animal dans la forêt, mais pour pêcher le poisson, il lui faut une autre connaissance, explique M. Trites.

Un travailleur de Pêches et Océans Canada relance en octobre 2006 un saumon rouge dans la rivière Adams, un affluent du fleuve Fraser en Colombie-Britannique.

Les scientifiques étudient les causes du déclin de nombreuses espèces de saumon en Colombie-Britannique.

Photo : Reuters / Andy Clark

Mieux vaut agir

Ken Blacomb et le Center for Whale Reasearch reconnaissent que le ranch à saumons de la rivière Elwha ne parviendra pas à lui seul à sauver les épaulards résidents du sud.

Or, face à ce qu'il dénonce comme un manque de mesures concrètes de la part du gouvernement, le groupe tente d'apporter sa contribution, aussi petite soit-elle.

C'est de la mauvaise foi de la part des dirigeants politiques d'affirmer que la disparition des épaulards résidents du sud ne sera pas tolérée, tout en s'inclinant devant des intérêts et des pratiques continues qui rendent leur survie impossible, écrit M. Blacomb.

Nous, au Center for Whale Research, voulons apporter notre contribution dans cette histoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !