•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arbres et pistes cyclables : jour de budget houleux à Trois-Rivières

Une piste cyclable sur un pont.

Des conseillers municipaux de Trois-Rivières souhaitaient que le budget alloué aux pistes cyclables soit augmenté.

Photo : Radio-Canada / Daniel Ricard

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le budget et le plan triennal d’immobilisations sont habituellement élaborés par les élus durant des séances de travail et le jour de leur dépôt, très souvent, ils sont adoptés à l'unanimité par les conseillers municipaux. Mais mardi, à Trois-Rivières, d’autres débats ont surgi à la dernière minute.

Deux propositions d’amendements au plan triennal d'immobilisations (PTI) ont été apportées par la conseillère municipale du district des Forges, Mariannick Mercure, en son nom et en celui de deux autres conseillers : celui du district des Rivières, Claude Ferron et de Marie-de-l’Incarnation, Denis Roy.

Les trois conseillers souhaitaient que le budget pour la plantation d’arbres passe de 250 000 $  à 390 000 $. Ils voulaient également qu’une partie du budget de 9 millions de dollars alloués au pavage soit investie dans la bonification du réseau cyclable.

Pour nous, c’est impensable de reculer sur ces dossiers et c’est certainement impensable de ne pas assumer publiquement ces positions nous qui avons été élus précisément sur nos idées politiques, a déclaré Mariannick Mercure devant ses collègues réunis de façon virtuelle.

Ces deux points avaient fait l’objet de débats en huis clos et d’un vote secret : la diminution de 50 % des investissements sur les pistes et de 33 % sur la plantation d’arbres, a expliqué Denis Roy, en entrevue à l’émission En direct.

Il ajoute que ce sont des gains qu’on était venu chercher depuis notre entrée en poste en 2017, on trouvait important que le débat se fasse publiquement et c’était [la raison] pour amener des amendements au moment du vote.

Rejet des amendements

La séance extraordinaire a dû être suspendue le temps que les élus prennent connaissance des amendements déposés par les trois conseillers à peine quelques minutes avant le début de la rencontre. Le maire précise qu'il les a reçus tout de suite après le début de la séance.

Certains élus, dont le maire, ont alors déclaré qu’ils auraient préféré connaître les amendements plus tôt.

Sur l’augmentation du budget pour la plantation d’arbres, l’amendement a été rejeté à huit contre six.

Celui sur la hausse des sommes pour les pistes cyclables a été battu à 11 contre 3.

Ça donne l’impression qu’on choisit entre oui ou non on veut planter des arbres, alors que c’est beaucoup plus large que ça et c’est même un peu simpliste de nous ramener ça là, a déclaré le maire Jean Lamarche au retour de la suspension des discussions.

On devrait plutôt se demander est-ce qu’on respecte ou non la capacité des gens à payer leurs taxes?, a-t-il ajouté. 

Au moment de voter, la conseillère du district des Carrefours, Valérie Renaud-Martin, a exprimé son désaccord avec la méthode utilisée par les conseillers. C’est une façon de faire qui me dérange profondément.

On a eu des choix déchirants à faire pour 2022, pas juste sur les arbres, il y a d'autres collègues ici qui ont dû laisser aller des projets auxquels ils tenaient, a-t-elle ajouté.

Le débat sur les deux amendements a duré une heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !