•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux policiers de Vancouver accusés après l’arrestation musclée d’un homme noir

Jamiel Moore-Williams.

Jamiel Moore-Williams affirme avoir été surpris, mais heureux d'entendre que les policiers faisaient face à des accusations en lien avec son arrestation.

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Deux policiers de Vancouver font face à des accusations criminelles en lien avec l’arrestation musclée d’un jeune homme noir dans le centre-ville de Vancouver en 2018.

L’agent Jarrod Sidhu fait face à un chef d’accusation de voie de fait armé et l’agent Jagpreet Ghuman fait face à une accusation de voie de fait, selon le service des poursuites de la Colombie-Britannique.

Tous les deux sont toujours en poste, a indiqué un porte-parole du Service de police de Vancouver.

Jamiel Moore-Williams.

Jamiel Moore-Williams affirme que les policiers l'ont forcé au sol et lui ont frappé la tête et le corps avant de tirer avec un pistolet électrique lors de son arrestation qui a été filmée.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

En février 2018, Jamiel Moore-Williams a été arrêté pour avoir présumément traversé illégalement la rue. Une partie de l’arrestation a été filmée par un témoin. Depuis, les accusations contre lui ont été abandonnées.

À l’été 2020, le jeune homme a indiqué à CBC que son arrestation avait, selon lui, des motivations raciales. Il espère maintenant que les accusations portées à l’encontre des policiers mèneront à des changements positifs au sein du Service de police de Vancouver.

« En raison du passé, on a l’impression que rien ne peut arriver à la police. On a l’impression qu’ils sont intouchables. »

— Une citation de  Jamiel Moore-Williams

Il indique être encore affecté chaque jour par cette arrestation et, chaque fois qu’il croise une voiture de police, ça le ramène à cette nuit-là. Il croit cependant que les accusations sont un signe de changement positif.

Je sens que ce sera un changement qui devrait être la norme. Croisons-nous simplement les doigts et espérons le mieux, dit-il.

L’avocate de Jamiel Moore-Williams, Donna Turko, souligne que son client s’est montré catégorique voulant un suivi à l'affaire et s’assurer que la police de Vancouver révise ses politiques et forme ses effectifs au sujet du racisme systémique.

Les hommes noirs ont plus tendance à se faire arrêter, à se faire agresser dans une proportion qui semble plus grande, dit-elle en ajoutant que si Jamiel Moore-Williams avait été une vieille dame blanche, elle doute que l’arrestation ait été violente.

Dans la poursuite lancée contre la Ville de Vancouver, Jamiel Moore-Williams soutient que les policiers l'ont forcé au sol et l'ont frappé la tête et au corps avant de lui donner 7 à 14 décharges de pistolet électrique dans la nuit du 11 février 2018.

Les agents Jarrod Sidhu et Jagpreet Ghuman doivent se présenter en cour le 14 janvier.

Avec les informations de Liam Britten, Ethan Sawyer, Belle Puri, Meera Bains et Matthew McFarlane

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.