•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’Outaouais prépare son plan de délestage pour ses hôpitaux

Gros plan sur l'affiche de l'hôpital de Hull.

L’Outaouais devrait rendre public son plan de délestage pour ses hôpitaux au cours des prochains jours. (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

C'est à contrecœur, en début de semaine que le gouvernement du Québec a demandé aux hôpitaux de la province de mettre en branle un plan de délestage.

Les établissements de santé sont invités à réduire de moitié les activités normales des blocs opératoires pour faire plus de place aux patients des unités COVID-19.

Mardi, 15 patients étaient hospitalisés à l’Unité COVID-19 de l'Hôpital de Hull. L’aile spécialement aménagée pour les patients atteints du coronavirus dans la région compte actuellement 40 lits.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Outaouais a indiqué mardi être en mesure d’en libérer 20 de plus, pour se préparer à une hausse prévue des hospitalisations durant les rassemblements du temps des fêtes et après.

Pour y arriver, le CISSS de l'Outaouais devra se résigner à faire du délestage, c'est-à-dire, réduire les activités de certaines unités de soins et déplacer le personnel vers d'autres unités, comme les unités COVID-19.

À l'heure actuelle, les blocs opératoires de l'Outaouais fonctionnent à environ 60 % de leur capacité, a indiqué le CISSS de l’Outaouais.

Les chirurgies qui seront repoussées seront les opérations non urgentes, principalement les chirurgies orthopédiques, ont dit les autorités de santé publique dans une réponse envoyée par courriel, mardi.

Peu de détails sont connus sur le plan de délestage du CISSS de l'Outaouais pour le moment, mais dans une réponse écrite, la santé publique en Outaouais a assuré qu'aucun service d'oncologie n'est touché par ce délestage.

Les priorités sont toujours revues en fonction de la condition médicale du patient. De plus, les patients qui doivent être vus rapidement le seront assurément, a indiqué le CISSS de l'Outaouais.

Malgré tout, le président d'Action santé Outaouais, Denis Marcheterre reste sur ses gardes.

C83E86EC-24E3-4DFE-AEA8-08278AE65E9C

Denis Marcheterre, porte-parole, Action Santé Outaouais

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Si j’avais le cancer, je serais drôlement inquiet ces jours-ci. Il y a combien de personnes comme ça qui vont être victimes des retards? On ne le sait pas, c’est difficile à dire. Mais ces gens-là ne méritent pas ce qui se passe présentement. C’est évident, a-t-il commenté.

Le CISSS de l'Outaouais devait rendre son plan de délestage au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec. Les détails du plan en Outaouais devraient être rendus publics au cours des prochains jours.

Avec les informations de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !