•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce devait être une pièce de théâtre en « chinanglais », puis la pandémie a frappé

Kris Vanessa Teo Xin-En mange un bol de nouilles devant un petit sapin.

«Collaborer avec une compagnie qui valorise les personnes autochtones, noires et de couleur comme le Chromatic Theatre, cela peut faire toute la différence. Cet appui renforce ma voix artistique, mon histoire et la façon dont celle-ci est racontée», explique Kris Vanessa Teo Xin-En.

Photo : dianeandmike.ca

Radio-Canada

Cette nouvelle pièce de théâtre audio de Kris Vanessa Teo Xin-En est axée sur le sentiment d’appartenance, les stéréotypes et les canons de beauté.

Lorsque Kris Vanessa Teo Xin-En a terminé son baccalauréat en beaux-arts à Calgary, elle a eu l’impression d’avoir passé les dernières années à jouer la Blanche.

Elle avait quitté Singapour pour le Canada quatre ans plus tôt et elle ressentait une sorte de perte de son identité singapourienne.

Alors que je travaillais à l’obtention de mon bacclauréat en concentration théâtre, j’avais l’impression que les voix et les histoires comme les miennes étaient jugées sans importance, relate Mme Teo Xin-En. Aussi, j’ai cru que pour réussir, je devais me forcer à embrasser Shakespeare et toute la culture colonisatrice.

L’artiste savait qu’elle avait besoin de se reconstruire. Elle a essayé de le faire en écrivant sa première pièce de théâtre. Elle a commencé à travailler sur ce qui allait devenir 我的名是张欣恩 (Gimme Chance Leh), ce que l’on pourrait rendre par : Mon nom, c’est Zhang Xin’en. Donne-moi une chance, OK?. Elle lui a trouvé un foyer au Chromatic Theatre.

Collaborer avec une compagnie qui valorise les personnes autochtones, noires et de couleur comme le Chromatic Theatre, cela peut faire toute la différence. Cet appui renforce ma voix artistique, mon histoire et la façon dont celle-ci est racontée, explique Mme Teo Xin-En.

La directrice artistique de la compagnie, Jenna Rodgers, a participé à la mise en scène de la pièce, qui est centrée sur une jeune femme navigant entre deux cultures très différentes et confrontée aux stéréotypes, aux canons de beauté et à la peur de l’étranger.

Mme Teo Xin-En a pu faire la lecture de son œuvre lors d’un festival avant que la pandémie ne frappe le Canada. La première officielle au Chromatic Theatre était prévue pour mars.

Calgary a déclaré l’état d’urgence la semaine même où nous préparions le théâtre, relate-t-elle. Nous ne pouvions pas poursuivre la production en toute connaissance de cause. Nous avons dû l’annuler.

Comme nombre d’artistes qui devaient présenter des premières cette année, Mme Teo Xin-En et Rodgers ont dû apporter des changements pour présenter l’œuvre au public.

Inspirées par d’autres artistes qui produisaient des pièces de théâtre audio, elles se sont mises au travail.

Le texte était déjà écrit pour être joué dans plusieurs langues, avec différents accents. Il y avait donc un aspect auditif préexistant dans ma pièce, explique Mme Teo Xin-En. Cependant, il y avait des passages conçus pour une représentation sur scène. Ils ne pouvaient pas être rendus dans une version radiophonique.

Il lui a donc fallu travailler avec une équipe afin de transformer une pièce de théâtre pour actrice en solo en une production audio convaincante.

Pour y parvenir, l’équipe a fait appel à son concepteur du son, Thomas Geddes.

Un grand changement conceptuel a été apporté. Nous avons dû abandonner les éléments de conception que nous aurions normalement exploités (éclairage, projection, accessoires et costumes) pour poser des moments de l’histoire qui ne pouvaient maintenant être racontés que par le son, précise M. Geddes. Fallait-il adopter une approche littérale ou privilégier les atmosphères? Que voulions-nous? Nous avons dû beaucoup discuter. Cela a influencé le déroulement du récit.

Aujourd’hui, des années après sa première version (une représentation unique de 15 minutes en 2016), la pièce est présentée au grand public.

Je sens qu’il est maintenant plus important que jamais de raconter mon histoire, d’encourager les gens à écouter un large éventail d’histoires d’Asiatiques et d’inviter les membres de toutes sortes de diasporas asiatiques à raconter leur histoire, estime Mme Teo Xin-En. Bien que ma pièce ne soit pas uniquement axée sur ce sujet, il me semble pertinent de ''semer des graines'' en abordant les nuances du racisme, des sentiments anti-Noirs et de la grossophobie dans les communautés asiatiques.

Cet article présente l’une des œuvres sélectionnées dans la foulée de Connexion Création, une initiative conjointe du Conseil des arts du Canada et de la section Arts de Radio-Canada. Grâce à une bourse de 5000 $ attribuée aux artistes dont les propositions ont su séduire le jury, des œuvres numériques exclusives ont vu le jour durant la pandémie de COVID-19. Cliquez ici pour voir d’autres productions gagnantes.

La version originale de ce texte peut être consultée sur la plateforme de CBC Arts (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !