•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce balado raconte l’histoire d’une famille qui vit deux pandémies à un siècle d'intervalle

Patti Flather est à l'extérieur l'hiver et esquisse un sourire en regardant au loin.

«Cette œuvre va au-delà de mon histoire personnelle: elle raconte ma famille et notre passé de colons, et elle décrit comment tout cela est lié à la façon dont nous, Canadiens et Canadiennes, nous percevons», explique Pathy Flather.

Photo : Bruce Barrett

Radio-Canada

La série Buried in my DNA raconte les répercussions de la pandémie de 1918 sur la famille de Patti Flather et explique la façon dont les proches vivent aujourd’hui.

Un texte de Teghan Beaudette

L’artiste yukonnaise Patti Flather travaille sur une série audio pour raconter comment sa famille a traversé deux pandémies.

La première, en 1918, a tué son grand-oncle. Le chagrin a poussé son arrière-grand-mère à quitter l’Europe et à s’installer dans les terres de l’intérieur de la Colombie-Britannique.

La seconde, bien entendu, est la pandémie de COVID-19. Lorsque celle-ci a frappé, l’artiste vivait avec sa famille au Yukon et était sur le point de devenir grand-mère.

Accueillir la prochaine génération dans notre monde, aider à élever ce nouvel être humain… Toutes les responsabilités qui entourent cette démarche semblent colossales, explique Mme Flather. J’avais hâte, mais j’avais aussi des questions et des craintes. Quel genre de vie attend ce bébé? Ce monde était déjà confronté à de nombreux défis avant la pandémie. Quel sera mon rôle?

Selon elle, la pandémie a mis en évidence de nombreuses inégalités.

Je ressens maintenant un sens accru des responsabilités en tant que grand-mère, citoyenne et artiste, confie Mme Flather. Beaucoup d’entre nous repensent à leur vie d’avant, peut-être avec nostalgie, peut-être pas, et se projettent dans un avenir incertain. Nombre d’entre nous ont l’impression de perdre leurs repères; il est normal de l’admettre. Je pense qu’il peut être réconfortant de savoir que nous sommes plusieurs dans cette situation. Nous nous avons mutuellement. Tout le monde a des histoires à raconter, et nous avons besoin de cela maintenant, plus que jamais.

Pour raconter son histoire, elle a créé une série de balados intitulée Buried in my DNA: The Transmigration Cycles (Enfuis dans mes gènes : les cycles de la transmigration).

Une femme et des enfants sont entourés de poules et de deux chevaux devant une maison.

Une photo de la famille de Patti Flather prise au début du 20e siècle dans le sud de l'Angleterre.

Photo : Courtoisie de Patti Flather

Pour cette création, elle travaille avec la dramaturge Vicki Stroich de Calgary. Quand la série sera terminée, elle prévoit de la diffuser sur les médias sociaux.

Cette œuvre va au-delà de mon histoire personnelle : elle raconte ma famille et notre passé de colons, et elle décrit comment tout cela est lié à la façon dont nous, Canadiens et Canadiennes, nous percevons. J’y décris mon rêve que nous allions de l’avant en misant davantage sur le respect et l’inclusion et en protégeant mieux l’environnement, explique l’artiste.

Elle prévoit terminer la série cet automne.

Cet article présente l’une des œuvres sélectionnées dans la foulée de Connexion Création, une initiative conjointe du Conseil des arts du Canada et de la section Arts de Radio-Canada. Grâce à une bourse de 5000 $ attribuée aux artistes dont les propositions ont su séduire le jury, des œuvres numériques exclusives ont vu le jour durant la pandémie de COVID-19. Cliquez ici pour voir d’autres productions gagnantes.

La version originale de ce texte peut être consultée sur la plateforme de CBC Arts (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !