•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Zone orange » : Montebello s’en tire bien

Pancarte de la municipalité de Montebello.

Montebello est située sur la rive gauche de la rivière des Outaouais. (archives)

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

La municipalité touristique de Montebello s’en tire bien alors qu’elle se trouve en « zone orange » et accueille un certain nombre de visiteurs provenant de Montréal ou d'Ottawa.

Mardi, en entrevue à Radio-Canada, le maire de la Municipalité, Martin Deschênes, a dit que Montebello réussit, malgré la pandémie, à s’en sortir, il y a quand même un achalandage qui est raisonnable, il faut continuer à soutenir l’économie.

Questionné à savoir si la Ville avait envisagé de faire comme à Saint-Sauveur et demandé l’intervention de la sécurité publique pour faire respecter les règles sanitaires, il a dit : je crois que c’est drastique, les commerces ont besoin de vivre.

En novembre, le gouvernement Legault avait refusé de faire placer des barrages routiers pour empêcher les visites d’un jour à Sainte-Adèle et à Saint-Sauveur, dans les Laurentides.

Les deux municipalités avaient présenté des demandes à cet effet puisqu'elles disaient craindre que l’afflux important de visiteurs fasse augmenter les cas de COVID-19.

Ce n’est pas à nous à décider ça [que les résidents de zones rouges puissent venir à Montebello]. Les gens ont besoin de sortir, les gens ont besoin d’air. On est un village touristique alors on est un attrait qui fait du bien, dit M. Deschênes.

Un homme portant des lunettes noires regarde la caméra

Martin Deschênes, maire de Montebello.

Photo : Facebook / Martin Deschênes - maire de Montebello

La réglementation provient du gouvernement, le reste, c'est une responsabilité civile que les gens doivent avoir. La police va appliquer les lois qui sont en vigueur. On demande de respecter les consignes, de respecter les commerçants. S'il y a une délinquance, c'est nous qui allons payer. Les restaurants vont fermer et les commerces vont fermer, le village va être isolé en "zone rouge", a-t-il commenté.

À la chocolaterie ChocoMotive, on se réjouit aussi de l’achalandage, peu importe son point d’origine.

Il faut qu'on vive, déjà qu'on a raté la saison de Pâques avec le confinement, il ne faudrait pas que ça se répète. On les accueille à bras ouverts, on n'a pas le choix.

Une citation de :Luc Gielen, maître chocolatier et propriétaire, ChocoMotive

M. Gielen est catégorique, l’achalandage de clients de zones rouges l’inquiète.

Oui, ça peut nous inquiéter, mais on n’a pas le contrôle là-dessus, explique-t-il. On a de la marchandise qui vient d'Ottawa, Montréal. Le Château [Montebello], leur clientèle vient d'une "zone rouge" également. Avec l’adaptation des masques, du désinfectant à main, je pense qu’on peut passer à travers ça.

Lors d’un point de presse mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, a été interrogé sur la possible interdiction des déplacements de résidents de zones rouges vers les zones orange.

Le premier ministre du Québec François Legault

Le premier ministre du Québec François Legault lors d'une annonce mardi à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Je rappelle la mesure qu’on a mise en place : une personne qui habite dans une zone rouge où elle n'a pas le droit d'aller au restaurant, et bien, elle n’a pas le droit d’aller dans un restaurant dans une zone orange, soutient M. Legault.

Quand on discute avec la santé publique, la santé publique ne nous dit que c'est pas un facteur important majeur déterminant. Pour l'instant, on écoute la santé publique, il n’est pas question de mettre des barrages à Saint-Sauveur.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

La présence policière est adéquate, le travail est bon, on a un bon support de la Sûreté du Québec, a estimé pour sa part le maire de Montebello.

L'important pour la Municipalité, c'est que le virus de la COVID-19 reste bien loin du village.

Avec les informations de Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !