•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusation d'agression sexuelle contre l'entraîneur de basketball de Riverview

Shawn Nickerson.

Une photo de Shawn Nickerson publiée en 2019 sur Facebook

Photo : Profil de Shawn Nickerson sur Facebook

Radio-Canada

Shawn Curtis Nickerson, un ancien entraîneur de basketball dans la région de Moncton, au Nouveau-Brunswick, est accusé d'avoir agressé sexuellement une jeune personne.

Cette accusation s'ajoute à celles de production de pornographie juvénile et de voyeurisme déposées plus tôt cet automne.

La nouvelle accusation a été portée contre Shawn Curtis Nickerson mardi, lors d’une comparution en cour à Moncton par vidéoconférence.

L’agression sexuelle aurait eu lieu à Riverview entre le 25 décembre 2018 et le 15 juin 2019.

Une interdiction de publication a été imposée sur l’identité de la victime présumée.

L’homme de 32 ans, résident de Riverview, doit répondre à 30 chefs d’accusation en matière de pornographie juvénile impliquant au moins sept victimes.

Il est entre autres accusé de production, de possession et de publication de matériel pornographique juvénile, ainsi que de production d’enregistrements d’enfants dans un contexte de violation de la vie privée.

Les accusations couvrent une période de quatre ans à partir de 2016.

L’une des accusations reproche à Shawn Curtis Nickerson d’avoir réalisé des enregistrements visuels de personnes inconnues dans un contexte où il existe une attente raisonnable de respect de la vie privée, entre le 2 juin 2016 et le 31 mars 2020.

Shawn Curtis Nickerson est toujours en détention et doit retourner au tribunal le 26 janvier.

Le Groupe de lutte contre l’exploitation d’enfants sur Internet de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a commencé à enquêter sur l'accusé en août 2020.

Un mandat de perquisition exécuté le 25 octobre au domicile de l'ex-entraîneur de Riverview a permis à la police de saisir divers appareils électroniques.

Dans un communiqué de presse publié le mois dernier, la GRC affirme que la police travaille toujours à l’identification des victimes.

Nous savons que cette personne a travaillé comme entraîneur pour différents groupes d’âge pendant plusieurs années, à la fois dans le système scolaire et en dehors, disait alors un porte-parole de la GRC, le gendarme Hans Ouellette.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.