•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Australie va contraindre Facebook et Google à rémunérer les médias

Des logos de Facebook, sur un téléphone cellulaire et sur d'autres écrans en arrière-plan.

Le projet de loi australien aura un impact sur le fil d'actualités des utilisateurs australiens de Facebook.

Photo : Reuters / JOHANNA GERON

Agence France-Presse

Un projet de loi va être présenté mercredi devant le Parlement australien afin de contraindre Facebook et Google à rémunérer les médias pour leurs contenus.

Il s'agit d'une importante réforme. C'est une première mondiale. Et le monde regarde ce qui se passe ici en Australie, a déclaré le ministre australien des Finances Josh Frydenberg.

Il a précisé que ce projet, dévoilé en juillet, serait présenté mercredi devant le Parlement en vue d'une entrée en vigueur l'année prochaine.

Ce code de conduite contraignant prévoit d'importantes pénalités en cas d'infractions, s'élevant à des centaines de millions de dollars.

Il s'appliquera au fil d'actualité de Facebook et aux recherches sur Google, deux des compagnies les plus riches et les plus puissantes du monde.

Les géants de l'Internet devront indemniser les groupes de presse australiens, parmi lesquels les chaînes australiennes ABC et SBS, au départ exclues du texte.

Le gouvernement a cependant décidé d'en exempter les plateformes YouTube et Instagram.

Par rapport à la première mouture du projet de loi, des mesures ont cependant été atténuées, notamment celles visant à contraindre les géants de la technologie à faire preuve de transparence au sujet des algorithmes utilisés pour faire apparaître les flux d'information des plateformes et les résultats de recherches.

M. Frydenberg a indiqué que les géants de l'Internet ne seraient contraints d'informer les groupes de presse de modifications de ces algorithmes qu'en cas d'impact significatif sur le classement des recherches, avec un préavis de 14 jours au lieu des 28 jours initialement proposés.

Au départ, l'Australie avait d'abord proposé un code de conduite sur la base du volontariat, avant d'adopter une position plus coercitive en raison de la position inégalitaire en termes de négociations entre les médias traditionnels et les plateformes numériques, empêchant la conclusion d'accords équitables.

M. Frydenberg a déclaré que les deux parties seraient toujours encouragées à conclure des accords commerciaux, mais qu'en cas d'échec, cela serait tranché dans le cadre d'un arbitrage ayant force de loi.

L'initiative australienne est suivie de près à travers le monde à un moment où les médias souffrent dans une économie numérique où les revenus publicitaires sont de plus en plus captés par Facebook, Google et d'autres grandes firmes technologiques.

Facebook a prévenu qu'il pourrait, en cas d'entrée en vigueur de cette loi, empêcher les utilisateurs et les médias australiens de partager des informations.

Dans un message publié en août sur un blogue, le directeur général du géant américain pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande avait affirmé que cette loi méconnaissait la dynamique de l'Internet.

De son côté, Google a déclaré que la manière dont les Australiens utilisent Google (était) en danger.

Une étude australienne qui a présidé à ces mesures a montré que, pour 100 $ dépensés en publicité en ligne, Google percevait 53 $, Facebook 28 $, et que le reste était réparti entre d'autres géants de l'Internet.

La crise des médias a été aggravée par l'effondrement économique provoqué par la pandémie de coronavirus. En Australie, des dizaines de journaux ont été fermés et des centaines de journalistes licenciés au cours des derniers mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !