•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des premiers tests de salive distribués dans des écoles du Québec

Les autorités scolaires et sanitaires de Laval espèrent que ce projet-pilote permettra de dépister des cas et de tracer plus rapidement.

Un personne montre en détail comment se déploie un test de salive pour dépister la COVID-19.

Le reportage de Jean-Philippe Robillard

Photo : Radio-Canada

Plus de 200 élèves de trois écoles de Laval ont reçu au cours des derniers jours des trousses contenant des tests de salive permettant de diagnostiquer la COVID-19. L’objectif de ce projet-pilote, une première selon les autorités lavalloises de la santé : dépister plus rapidement des cas qui passeraient autrement sous les écrans radars.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval et le Centre de services scolaire de Laval (CSSL) remettent depuis mercredi dernier des tests de salive aux élèves dont les classes sont fermées en raison de cas de COVID-19.

Des trousses sont distribuées aux élèves qui se retrouvent en confinement dans deux écoles primaires et une école secondaire, selon la Dre Maude Saint-Jean, du service de microbiologie-infectiologie du CISSS de Laval. C’est gagnant pour tout le monde, parce que l'enfant part chez lui avec un kit dans son sac d'école. Les parents n'ont pas besoin d'appeler pour prendre rendez-vous. Il fait le test chez lui et ensuite il faut juste le ramener sans rendez-vous dans un centre de dépistage par une file rapide.

Gabriel Lebeau, un élève de cinquième secondaire, a récemment fait l’expérience de ces trousses. Lui et ses parents ont bien apprécié. Efficace en ce qui concerne le temps consacré au test, tu n’as pas à te déplacer jusqu’au centre pour attendre, faire une file, etc. Tu arrives, tu donnes le test et c’est aussi rapide que ça, explique Gabriel.

On pense que pour les élèves, les parents et le personnel, ça va être plus simple.

Une citation de :Yves Michel Volcy, directeur général du Centre de services scolaire de Laval
Mme Saint-Jean répond aux questions du journaliste Jean-Philippe Robillard.

La microbiologiste-infectiologue Maude Saint-Jean affirme que les tests de salive sont aussi efficaces que ceux effectués dans les centres de dépistages.

Photo : Radio-Canada

La microbiologiste-infectiologue Maude Saint-Jean affirme que ces tests sont aussi efficaces que ceux effectués dans les centres de dépistage. C’est exactement la même chose. C’est vraiment notre test de biologie moléculaire très, très précis, mais qu’on fait sur la salive au lieu de le faire sur l’écouvillon qu’on rentre dans le nez et qui fait mal.

Elle ajoute que ce projet-pilote va permettre de trouver des gens qui sont positifs pour pouvoir les exclure de l’école.

Les autorités de la santé et la direction du centre de services scolaire espèrent ainsi faciliter la vie des parents, augmenter le dépistage chez les élèves et contenir la propagation du virus dans les écoles.

Selon l’adjoint au directeur à la Direction de la santé publique de Laval, Alexandre St-Denis, quand on arrive à dépister [des cas], on arrive à trouver des cas positifs, ce qui permet d’isoler les jeunes et leurs parents afin de freiner la propagation.

D’après Alexandre St-Denis, il s’agit du premier projet-pilote du genre au Québec. Il se poursuivra jusqu’au congé des Fêtes et reprendra au retour des élèves en janvier 2021. La Direction de la santé publique de Laval souhaite par la suite l’étendre dans plusieurs autres établissements scolaires.

Alexandre St-Denis affirme surveiller de près la situation dans les écoles, puisqu’il y a actuellement 33 écoles qui sont en éclosion à Laval. On compte des éclosions de COVID-19 dans près de 40 % des écoles de Laval.

Un projet qui pourrait freiner la propagation du virus

M. Pigeon répond aux questions du journaliste Jean-Philippe Robillard.

Le directeur de l'École secondaire Mont-de-La Salle, de Laval, Stéphane Pigeon, affirme que les tests de salive permettront un traçage des contacts plus rapide.

Photo : Radio-Canada

Le directeur de l'école secondaire Mont-de-La Salle, Stéphane Pigeon, croit que ces tests vont permettre de freiner la propagation du virus. Plusieurs classes de cette école du quartier Laval-des-Rapides sont fermées en raison d’un trop grand nombre de cas de COVID-19.

Ça va permettre un traçage plus rapide. Si, plus rapidement au moment du confinement d'un groupe, on sait qu'il y a d'autres élèves qui sont positifs, bien, on peut retirer rapidement des contacts autobus, des contacts de proximité et éviter qu'il y ait une éclosion, explique le directeur.

D’autant plus, selon Stéphane Pigeon, que certains parents de son école hésitaient à faire tester leurs enfants, malgré les recommandations de la santé publique.

Il y a certains parents qui nous rapportent qu’ils sont freinés par les délais ou par le fait que c'est très difficile d’y accéder [aux centres de dépistage]. Le fait d'avoir accès à ces trousses va probablement inciter davantage de gens à répondre à cette demande-là et ça va nous permettre de prévenir plus efficacement.

Une citation de :Stéphane Pigeon, directeur, École secondaire Mont-de-La Salle

La majorité des tests dépistage à Laval se font maintenant en utilisant cette méthode. Le CISSS de Laval offre également le test de dépistage salivaire pour la COVID-19 à l’ensemble de sa population depuis le 9 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !