•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Règles sanitaires concernant la COVID-19 : les auto-écoles dans le flou

Un homme noir avec un masque dans une voiture.

Moniteur d'auto-école, Dominique Niyongere critique le manque de clarté de la province concernant les règles entourant sa profession.

Photo : Remis par Dominique Niyongere

Radio-Canada

De nombreux propriétaires d’auto-écoles au Manitoba ne savent pas s’ils doivent fermer boutique, car les directives sanitaires les concernant ne sont pas claires et plusieurs professionnels de la conduite se fient à leur propre interprétation des règles.

On n’a d’information de personne!, affirme le propriétaire de l’auto-école Panam Driving School, Paul Phangureh. L’homme a fermé son entreprise qui emploie six instructeurs, mais il dit que le manque de précision de la part de la santé publique est injuste vis-à-vis des Manitobains qui doivent passer leur permis de conduire.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, reconnaît lui-même que la province n’est pas claire sur ce sujet. Les auto-écoles fonctionnent, elles n’ont pas été expressément interdites dans les ordonnances, a-t-il déclaré lundi en conférence de presse.

Il a cependant répété que le message principal de la province était que tout le monde reste chez soi. C’est difficile d’écrire des ordonnances qui prennent en compte tous les cas de figure possibles, a-t-il ajouté.

Le Dr Roussin a cependant demandé aux auto-écoles de suspendre, elles-mêmes, les cours afin de limiter les risques de propagation de la COVID-19.

Chez Autopac, les tests de conduite se poursuivent

Entre-temps, la Société d'assurance publique du Manitoba (MPI) continue d'offrir les épreuves pratiques de conduite.

MPI est en mesure de continuer d'offrir des épreuves pratiques de conduite, car ces tâches sont considérées comme des services essentiels, affirme, dans un courriel, le porte-parole de la société d'État, Brian Smiley.

Les chauffeurs examinateurs de MPI portent des équipements de protection individuelle et le véhicule du client doit être désinfecté par le propriétaire avant le test, ajoute-t-il.

Contrairement à ce qu’a déclaré Brent Roussin lundi, Brian Smiley assure que les auto-écoles privées ne peuvent pas fonctionner conformément aux ordonnances de la santé publique.

Manque de précisions préjudiciable

La différence d’interprétation entre le porte-parole de MPI et le médecin hygiéniste en chef du Manitoba est préjudiciable aux candidats qui souhaitent passer le permis de conduire, selon Paul Phangureh.

Ce n’est pas juste pour les étudiants. La majorité d’entre eux suivent des cours avant leur examen. Ils n’ont pas de voiture et ont besoin de nos véhicules pour le test. Cette situation est encore plus frustrante pour eux que pour les propriétaires d’auto-écoles, pense l’instructeur.

D’autres propriétaires d’auto-écoles, comme Dominique Niyongere, continueront d'enseigner tant que la santé publique ne donnera pas des directives claires.

Le gouvernement peut demander à MPI de fermer ses portes. Dans ce cas, MPI va fermer et puis tout le reste va s’arrêter, dit-il. Sinon, pourquoi on peut amener un client faire le test alors que MPI demande à ce qu’on n’enseigne pas?, s’interroge Dominique Niyongere.

Je pense qu’il y a une erreur de compréhension quelque part.

Une citation de :Dominique Niyongere, moniteur d’auto-école

Selon des informations de Laïssa Pamou

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !