•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort d'un signaleur routier : un témoin décrit en cour une scène d'horreur

Vincent Lemay.

Vincent Lemay fait face à 16 chefs d'accusation de conduite avec facultés affaiblies par l'alcool causant la mort et des lésions.

Photo : Radio-Canada

Le procès d'un automobiliste accusé d'avoir causé la mort d'un signaleur routier et blessé sept personnes alors qu'il était en état d'ébriété s'est ouvert lundi au palais de justice de Montréal. Vincent Lemay serait responsable d'un grave accident de la route survenu sur un chantier de l'autoroute 20 ouest, à l'hiver 2018.

On vient de se faire rentrer dedans à la sortie Dorval. [...] On était en train de travailler sur la 20 et on s'est tous fait blesser, a expliqué Rémi Fortier, sous le choc, à la répartitrice du 911.

Le conducteur de charrues a communiqué avec les secours quelques instants après que ses collègues eurent été fauchés par une voiture, le 23 février 2018 vers 23 h 30.

L'enregistrement de cet appel troublant a été présenté au procès de Vincent Lemay, 41 ans, accusé d'avoir causé l'accident alors qu'il avait entre 178 et 169 milligrammes d'alcool par 100 millilitres de sang, selon l'exposé d'ouverture de la procureure aux poursuites criminelles et pénales Anick Archambault. C'est plus du double de la limite permise.

Rémi Fortier était en train d'installer une glissière de sécurité avec ses collègues du ministère des Transports du Québec au moment de l'impact. Ça devait être une soirée tranquille, a-t-il expliqué au juge Pierre Dupras de la Cour du Québec.

Ils avaient installé de nombreux éléments de signalisation lumineux pour avertir les automobilistes. On a allumé le sapin de Noël, comme on dit [...] Gyrophares, flèches et toutes les lumières qu'on peut pour dire qu'on est présents sur la voie publique.

Soudain, le travailleur a entendu un bruit sourd, alors qu'il était affairé à creuser un trou. Quelqu'un a crié attention et j'ai sauté de l'autre côté du mur de béton, a-t-il dit.

Il a ensuite couru jusqu'à sa camionnette, empoigné son cellulaire et décrit une scène d'horreur à la répartitrice du 911. Tu en as un qui est mort sur le hood, tu en as un autre qui en dessous du camion, a-t-il affirmé avec énervement.

Le signaleur routier Stéphane Lebel a été tué dans l'accident. Six autres de ses collègues ont été blessés. Rémi Fortier s'en est tiré avec des égratignures.

J'ai perdu le contrôle de mon auto

Vincent Lemay, 41 ans, fait face à 16 chefs d'accusation de conduite avec facultés affaiblies par l'alcool causant la mort et des lésions.

La voiture de l'accusé n'a pas elle-même fauché les travailleurs. Selon la poursuite, il aurait percuté une autre voiture sur l'autoroute et c'est elle qui a dérapé vers le chantier.

Au procès lundi, la conductrice de cette voiture, Guerdine Joseph, a témoigné qu'elle roulait à 80 km/h dans la voie du centre et qu'un gros impact l'a fait déraper vers les travailleurs à droite de la chaussée.

J'ai vu un flash, j'ai senti un boum et j'ai perdu le contrôle de mon auto, a-t-elle raconté, très émotive.

Après l'impact, elle était sous le choc, et ne sentait plus son visage et ses pieds. En voyant un blessé par terre, je suis tombée sur mes genoux, s'est-elle remémorée en pleurant.

L'accusé nie avoir causé l'accident

En contre-interrogatoire, l'avocat de l'accusé, Richard Dubé, a suggéré que la femme avait été distraite sur la route et que sa voiture vieille de 16 ans était en très, très mauvais état, ce qu'elle a réfuté.

Après que la femme eut affirmé qu'elle roulait toujours à 80 km/h sur l'autoroute, Me Dubé l'a questionnée pour savoir si parfois, ce n'est pas trop lent?, ce qu'elle a à nouveau nié.

Vincent Lemay reconnaît avoir été en état d'ébriété ce soir-là, mais il conteste avoir causé l'accident.

La durée prévue du procès est de deux semaines.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.