•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rassemblement illégal à Grenville-sur-la-Rouge dans la mire des policiers

Des gens, avec le visage flouté, dise bonjour à la caméra.

Plus d'une trentaine de personnes se sont rassemblées dans une résidence de Grenville-sur-la-Rouge au cours de la fin de semaine.

Photo : Facebook

Radio-Canada

La Sûreté du Québec est intervenue auprès du propriétaire d’une résidence de Grenville-sur-la-Rouge où se déroulait un rassemblement de plus d’une trentaine de personnes au cours de la fin de semaine.

Dans une vidéo qui circule sur Facebook, on peut voir plus d'une dizaine de personnes réunies à l'intérieur d'un garage qui critiquent les mesures sanitaires imposées par le gouvernement Legault.

En premier lieu, on voulait se rencontrer notre gang de chums et avoir du plaisir, affirme Steeve Charland, l'organisateur de l'événement. On voulait aussi dénoncer les mesures excessives qui sont en train de se passer. Il considère que le gouvernement va trop loin par rapport à la gravité de la situation.

Comme on est face à une décision gouvernementale et non pas en lien avec la santé publique, c’est carrément d’outrepasser leurs droits de nous dire qu’on ne peut pas se rencontrer.

Une citation de :Steeve Charland, organisateurs du rassemblement

M. Charland affirme que des policiers se sont présentés à sa résidence vers 22 h, mais n’ont pas donné de constat d’infraction.

Si jamais ils reviennent chez nous, soit qu’ils arrivent avec un mandat pour m’arrêter ou me donner des contraventions, soit ils me laissent tranquille parce que jusqu’à date c’est incohérent de dire que c’est illégal ce qu’on fait et ne pas procéder à une arrestation ou donner des contraventions, dit-il.

Un homme qui regarde la caméra.

Steeve Charland est l'organisateur du rassemblement.

Photo : Radio-Canada

La Sûreté du Québec indique que des rapports d’infractions généraux sont en cours de rédaction et qu’ils seront bientôt transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales.

On parle d’une quinzaine de personnes qui devraient recevoir des contraventions, affirme l’agent Marc Tessier.

M. Charland dit vouloir contester toute contravention qu’il pourrait recevoir et affirme qu’il n’a pas l’intention de les payer.

Tom Arnold en entrevue. Derrière lui, une lampe trône sur le manteau d'une cheminée.

Le maire de Grenville-sur-la-Rouge, Tom Arnold.

Photo : Radio-Canada

Le maire de la Municipalité de Grenville-sur-la-Rouge, Tom Arnold, est en colère contre le groupe de fêtards.

J’étais pas content de voir ça et j’étais pas au courant, dit-il. Il faut qu’ils comprennent que tout le monde vit avec la pandémie et qu’on n’a pas le choix de suivre les conseils du gouvernement. C’est nécessaire, spécialement pour aider nos aînés.

M. Arnold se désole aussi de voir le nombre important de résidents des zones rouges qui se déplace chaque fin de semaine dans sa municipalité pour visiter leurs résidences secondaires.

La direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides se dit également préoccupée face à cette situation.

Dans une petite communauté, les interactions sociales sont serrées et ce type de rassemblement engendre encore plus de risques pour la population, affirme Julie Lemieux-Côté, conseillère-cadre aux relations médias du CISSS des Laurentides.

Avec les informations d'Antoine Trépanier et Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !