•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 4000 rendez-vous et 300 opérations annulés par semaine à Québec

Une infirmière praticienne.

Les chiffres concernant la COVID-19 ne cessent d'augmenter ces derniers jours à Québec.

Photo : Radio-Canada

La pression sur les hôpitaux de Québec et l'augmentation des hospitalisations liées à la COVID-19 force le CHU de Québec à annuler 4000 rendez-vous et 300 opérations chaque semaine.

Dès aujourd’hui, des chirurgies et des rendez-vous devront être annulés, pour atteindre un niveau d’activité chirurgicale qui pourrait avoisiner 70 % d’ici les prochains jours. On estime à près de 4000 le nombre de rendez-vous ambulatoires et à près de 300 chirurgies reportés ou annulés par semaine, a fait savoir le CHU de Québec lors du dévoilement de son nouveau plan de délestage lundi.

En octobre, le CHU de Québec avait fait part d'un plan de délestage similaire, avec l'annulation de 6000 rendez-vous et de 300 opérations par semaine en raison de la situation épidémiologique.

Le nouveau plan annoncé devrait, selon le CHU, permettre de libérer rapidement du personnel pour les besoins liés à la pandémie.

La situation que nous traversons est extrêmement difficile et oblige des choix que nous aurions préféré ne pas avoir à faire.

Martin Beaumont, président-directeur général du CHU de Québec

L’augmentation rapide des besoins en nos murs implique un nouvel effort de résilience, et conformément à ses valeurs profondes, la grande équipe du CHU fera front commun pour à la fois accroître sa capacité de soins hospitaliers et soutenir ses partenaires, ajoute le PDG.

Ceux dont le rendez-vous ou l'opération sera annulé seront contactés. Ceux dont l'état de santé s'est détérioré au cours des derniers mois sont invités à composer un numéro de téléphone qui leur est spécialement consacré, le 418 649-5654, du lundi au vendredi, entre 8 h et 16 h.

Manque de personnel

Le ratio personnel/patients des unités de soins a également été revu à la baisse pour permettre de déplacer du personnel dans les nouvelles unités récemment ouvertes, ajoute M. Beaumont.

La semaine dernière, le CIUSSS de la Capitale-Nationale affirmait qu’il manquait tout près de 100 infirmières pour répondre aux besoins des résidences privées pour aînés (RPA) en situation d’éclosion.

Or, le CHU de Québec est déjà en manque de personnel. « On est à moins 400 quand on pense à nos besoins d'infirmières. C’était comme ça avant la pandémie, et ça s’est détérioré. On n’a pas de marge de manoeuvre, affirmait la présidente-directrice adjointe, Lucie Grenier.

On manque de personnel. Le plan de délestage est, je pense, nécessaire pour aller prêter main-forte aux infirmières des autres centres d'activité, croit Nancy Hogan, présidente du syndicat qui représente les infirmières, les infirmières auxiliaires et les inhalothérapeutes du CHU de Québec.

Le plus gros des délestages à l'heure actuelle, c'est d'aller prêter main-forte à l'Enfant-Jésus pour ceux qui travaillent sur les unités COVID.

Nancy Hogan, présidente du syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes du CHU de Québec

C'est toujours inquiétant, un changement de milieu, souligne toutefois Mme Hogan. La proximité du virus et le changement d'environnement créent un stress supplémentaire chez le personnel soignant.

Le personnel est déjà à bout de souffle en raison des heures supplémentaires obligatoires, ajoute-t-elle.

Hausse des cas

Les chiffres concernant la COVID-19 ne cessent d'augmenter ces derniers jours.

Lundi, la région a connu une hausse de 160 nouveaux cas.

Dimanche, on signalait 143 nouvelles infections et 7 décès additionnels dans la Capitale-Nationale.

Samedi, on comptait 304 nouveaux cas et cinq décès.

La région est la deuxième des régions les plus touchées, avec 243 infections par 100 000 habitants, tout juste après le Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !