•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan franchit le cap des 10 000 cas depuis le début de la pandémie

Une personne, appuyée sur un mur, avec un masque sur la bouche et sur le nez.

Environ 6 millions de doses de vaccin devraient être disponibles au Canada dans les trois premiers mois de 2021. (archives)

Photo : Kirk Fraser

Radio-Canada

Avec 415 nouveaux cas de COVID-19 annoncés dimanche, la Saskatchewan dépasse les 10 000 cas diagnostiqués dans la province depuis le 12 mars dernier.

De ce nombre, 4550 sont considérés comme des cas actifs. Il s'agit de 45 % de tous les cas répertoriés depuis que le virus est apparu dans la province.

Comment la Saskatchewan est-elle passée de 3144 cas, le 31 octobre, à plus de 10 000 aujourd’hui?

Novembre, le mois où tout a basculé

Le 3 novembre, voyant le nombre de cas augmenter, le gouvernement de la Saskatchewan a rendu le port du masque obligatoire pour les trois plus grandes villes de la province : Regina, Saskatoon et Prince Albert.

Ce jour-là, on comptait 842 cas actifs à travers la Saskatchewan, 28 personnes étaient hospitalisées et 24 personnes avaient déjà perdu la vie depuis la mi-mars.

L’obligation de porter un masque s’est par la suite élargie aux plus petites municipalités, puis à l’ensemble de la province.

Le nombre de personnes pouvant se rassembler a lentement diminué, et des restrictions supplémentaires aux entreprises ont été mises en place.

Malgré tout, du 3 novembre au 6 décembre, plus de 30 morts se sont ajoutées au bilan provincial. Pour la troisième fois depuis le début de la pandémie, 4 décès liés au virus ont été annoncés dans le rapport quotidien dimanche.

En date du 6 décembre, le nombre de cas diagnostiqués en Saskatchewan a augmenté de 179 %, tandis que le nombre de cas actifs a connu une hausse de 400 % par rapport au mois précédent.

Le gouvernement provincial signale qu'il y a en ce moment des éclosions au sein des écoles, des garderies, des centres de soins de longue durée, des lieux de travail, des entreprises, des lieux de culte et des centres de santé.

Ibrahim Khan, un médecin s’occupant de la Saskatchewan auprès de Services aux Autochtones Canada, a récemment dit à CBC que les communautés autochtones de la province entrent maintenant dans une phase intense de leur combat contre la COVID-19.

L’Autorité de la santé de la Saskatchewan et les travailleurs de première ligne ont eux aussi fait part de leurs inquiétudes et se demandent si le système de santé pourrait faire face à la hausse des cas.

La COVID-19 est présente partout en Saskatchewan, pouvait-on lire dans le communiqué de presse du gouvernement dimanche dernier.

Et maintenant?

Récemment, le premier ministre de la province, Scott Moe, a mentionné la possibilité que les mesures restrictives soient assouplies pour permettre de plus grands rassemblements pour les fêtes. Rien ne devrait être annoncé à ce sujet avant au moins une semaine.

Mercredi dernier, le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, a indiqué que les voyages interprovinciaux ne devraient être faits que s’ils étaient essentiels.

Le Dr Shahab n’a pas recommandé une diminution des restrictions pour les fêtes de fin d’année.

La province payerait le prix si de tels allègements devaient être faits, a-t-il dit.

Le Dr Shahab aimerait voir le nombre de nouveaux cas quotidiens diminuer pour atteindre moins de 120. Selon lui, une telle réduction permettrait au système de santé de ne pas être débordé.

Pour le moment, la moyenne du nombre de nouveaux cas quotidiens s’établit à 272 au cours des 7 derniers jours.

L’évolution de la situation au cours des prochaines semaines et des prochains mois repose maintenant entre les mains de la population saskatchewanaise.

Avec les informations de Bryan Eneas

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !