•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Canadiens pourraient être vaccinés contre la COVID-19 la semaine prochaine

249 000 doses du vaccin de Pfizer/BioNTech seront expédiées au Canada dès que Santé Canada l'aura approuvé, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau.

Anita Anand, Justin Trudeau et Dany Fortin assis derrière des micros pour une conférence de presse.

La ministre des Services publics et de l'Approvisionnement Anita Anand et le premier ministre Justin Trudeau écoutent le major-général Dany Fortin répondre à une question lors d'une conférence de presse à Ottawa, le lundi 7 décembre 2020.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Santé Canada devrait approuver le vaccin contre la COVID-19 de Pfizer/BioNTech cette semaine, de sorte que de premiers Canadiens pourraient le recevoir dès la semaine prochaine, a annoncé lundi Justin Trudeau.

Selon le premier ministre canadien, Ottawa s'est entendu avec Pfizer pour obtenir 249 000 doses de ce vaccin dès que les autorités réglementaires auront confirmé qu'il est efficace et sécuritaire, ce qui lui semble imminent.

Suite à une approbation de Santé Canada, les premières livraisons pourraient arriver la semaine prochaine, avec des millions de doses prévues pour le début de 2021, a-t-il déclaré en conférence de presse, lundi, à Ottawa.

Cette nouvelle signifie que nous pourrons prendre de l’avance dans notre plan de vaccination. C’est un développement positif pour pouvoir protéger les Canadiens le plus tôt possible.

« Les premiers Canadiens vont se faire vacciner la semaine prochaine, si on a l’approbation de Santé Canada cette semaine. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Jusqu’ici, Ottawa se contentait d’affirmer que des vaccins ne seraient disponibles qu’au début de l'an prochain. Il affirmait attendre 3 millions de doses du vaccin de Pfizer/BioNTech et aussi 3 millions de doses de celui de Moderna au premier trimestre de 2021.

Le premier ministre s'est défendu d'avoir exercé de la pression pour obtenir des doses plus rapidement, lui qui a admis à quelques reprises au cours des dernières semaines que le Canada devrait attendre après que d'autres pays auront été servis en premier, soulevant l'ire de l'opposition.

Il a indiqué que la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Anita Anand, négociait depuis cet été avec les pharmaceutiques pour obtenir le plus de vaccins le plus rapidement possible, mais qu'il n'avait pas voulu susciter de faux espoirs.

« Je sais que c'est quelque chose que les Canadiens attendaient avec impatience, donc je suis très content de pouvoir l’annoncer aujourd’hui parce qu'on a enfin un grand degré de certitude que ça va fonctionner pour la semaine prochaine. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

C'est une bonne chose qu'on commence avec moins de doses pour pouvoir être prêts à vacciner le plus de gens le plus rapidement possible une fois que les doses commencent à arriver par dizaines de milliers, et même par centaines de milliers par semaine, a ajouté M. Trudeau.

La livraison

Le vaccin de Pfizer sera livré directement par Pfizer dans l'un ou l'autre des 14 sites désignés par chacune des provinces pour cette première phase de la campagne de vaccination. Le premier ministre Trudeau a précisé qu'il y a deux de ces sites dans les deux provinces les plus populeuses, soit l'Ontario et le Québec.

Le nombre de doses sera livré au prorata de la population de chacune des provinces, a-t-il en outre confirmé.

Selon le responsable de la logistique entourant la campagne de vaccination, le major général Dany Fortin, il faudra un jour ou deux entre le moment où les doses seront reçues et celui où elles pourront être administrées, soit le temps nécessaire pour déballer les vaccins, puis les dégeler, les décanter et procéder au mixage.

Le major général a aussi indiqué que les territoires ont déjà indiqué qu'ils préféraient recevoir un autre vaccin que celui de Pfizer, en raison de la complexité engendrée par le fait qu'il doit être conservé à des températures avoisinant les -70 degrés Celsius. Il en va de même pour des régions les plus éloignées des provinces.

Il reviendra aux provinces de déterminer quels segments de la population seront vaccinés en premier. Ces décisions devraient être relativement conformes aux recommandations faites la semaine dernière par le Comité consultatif national sur l'immunisation.

Les doses qu'Ottawa doit recevoir prochainement font partie des 76 millions de doses que le Canada a réservées au total dans le cadre de son accord avec Pfizer. Ces vaccins doivent être administrés en deux doses à trois semaines d'intervalles.

À la Chambre des communes, le Parti conservateur a plaidé que l’annonce d’aujourd’hui ne met pas fin à l’incertitude pour les millions de Canadiens qui attendent de savoir quand ils pourront être immunisés contre la COVID-19.

La porte-parole du Parti conservateur en matière de santé, Michelle Rempel Garner, a souligné qu’environ 0,003 % pourront être vaccinés avec les doses que doit livrer Pfizer d’ici la fin de l’année. Elle a avancé que ce taux atteindrait 10 % aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !