•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les décorations de sapin de Noël, une tradition vieille de plusieurs siècles

Les animateurs Normand Harvey et Dominique Lajeunesse décorent un sapin de Noël en studio.

Décorer un sapin pour la fête de Noël est une tradition qui nous vient d'Allemagne.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le sapin et les décorations de toutes sortes sont quasiment indissociables de la fête de Noël. Mais savez-vous d’où nous vient cette coutume?

Une tradition germanique

À peu près tous les historiens s’accordent pour dire que la tradition qui consiste à décorer des sapins à Noël est d’origine allemande et alsacienne (l'Alsace a longtemps fait partie de l'aire culturelle germanique).

Certains croient que c’est saint Boniface de Mayence qui aurait christianisé une pratique païenne voulant qu'on décore des chênes pour célébrer le solstice d’hiver.

Au fil du temps, le sapin aurait remplacé le chêne.

Au jour le jour, 20 décembre 1985

Les animateurs de l’émission Au jour le jour, Dominique Lajeunesse et Normand Harvey, proposent le 20 décembre 1985 une variation sur cette explication.

Ce ne serait nul autre que le père du protestantisme, Martin Luther, qui aurait inventé cette tradition.

Ne reculant devant rien, Dominique Lajeunesse interviewe Martin Luther lui-même, personnifié par l’historien Daniel Turcotte.

Le théologien explique à l'animatrice comment il a eu l’idée d’ornementer des sapins à Noël.

En Allemagne, on dansait autour des arbres durant les Fêtes, et particulièrement des pommiers, qui rappellent le paradis terrestre.

Martin Luther aurait tout simplement transposé cette tradition en décorant un arbre à Noël. On y plaçait par exemple des pommes et des fruits séchés, qui représentaient l’espoir d’une vie meilleure dans les cieux.

Les bougies reproduisaient quant à elles le scintillement des étoiles dans le ciel de Bethléem, ville où est né l’Enfant Jésus.

Martin Luther (joué par Daniel Turcotte) confirme par ailleurs que les boules de Noël viennent aussi d’Allemagne, et tout particulièrement de la ville de Nuremberg, dans le nord de la Bavière.

C’est également le cas pour l’ange qui surplombe souvent les sapins de Noël.

Cette décoration aurait été inventée par un fabricant de jouets de Nuremberg pour honorer la mémoire de sa petite fille morte d’une grave maladie.

Des décorations qui reflètent l’évolution de la société

« Retenez cette date : 1781. »

— Une citation de  Daniel Rolland, 1997

Téléjournal, 26 décembre 1997

C’est par cette phrase que le journaliste Daniel Rolland commence son reportage présenté au Téléjournal du 26 décembre 1997 qu’anime Solveig Miller.

Le reportage porte sur une exposition organisée par la maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, sur l’évolution du sapin de Noël et de ses décorations.

L’année 1781 est celle où, pour la première fois, un sapin est décoré au Québec pour célébrer Noël.

L’idée vient du général allemand Friedrich-Adolphus Riedesel.

Le militaire est ici avec ses soldats pour protéger la colonie britannique d’une possible invasion américaine.

À Sorel, où il est posté, il décore, aidé par sa femme, un sapin selon la coutume de son pays.

Il paraît que les Canadiens invités à sa soirée du réveillon sont éblouis.

Les sapins de Noël s’implantent cependant véritablement au Canada au 19e siècle. L’arbre nous parvient du château de Windsor, au Royaume-Uni.

C’est le prince Albert, le mari allemand de la reine Victoria, qui amène la tradition de son pays natal.

Le sapin décoré devient une mode dans l’Empire britannique. Au Canada, les sapins de Noël se déploient tout d’abord dans les salons bourgeois des familles anglophones.

C’est à Westmount qu’on aurait pu admirer le premier sapin illuminé d’ampoules électriques.

Les Canadiens français adopteront cette mode à leur tour un peu plus tard.

L’exposition à la maison de la culture de Notre-Dame-de-Grâce montre que les décorations de Noël s’adaptent à l’air du temps.

Dans les années 1920, les boules de Noël sont peintes à la main.

C’est dans les années 1930 que la crèche fait son apparition.

Dans les années 1960, les arbres artificiels apparaissent.

Selon le reportage, les décorations de Noël des années 1970, 1980 et 1990 célèbrent le retour à la nature, le multiculturalisme et le bonheur à la maison.

Un sapin montréalais qui fait parler de lui dans le monde

Téléjournal Grand Montréal 18h, 8 décembre 2016

Le 8 décembre 2016, l’animateur du Téléjournal Grand Montréal 18 h, Patrice Roy, interviewe le maire de Montréal, Denis Coderre.

Il demande à ce dernier de commenter le reportage du journaliste Mathieu Prost sur une histoire qui fait beaucoup de bruit dans la métropole québécoise.

En 2016, un sapin de Noël installé par la Ville de Montréal dans le Quartier des spectacles, tout à côté du Musée d’art contemporain, suscite beaucoup de critiques.

Des reportages sont faits par plusieurs télévisions étrangères – notamment américaines – sur l’allure rachitique du conifère.

Bon nombre de gens trouvent que le sapin est carrément laid.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, le ridiculise même en public.

Son collègue de Montréal affirme être un peu indifférent à tout ce brouhaha. C’est un concept artistique, comme il l'explique.

L’histoire fait parler de Montréal dans le monde, et c’est ce qui est important, selon Denis Coderre.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.