•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des efforts de restauration du saumon Sockeye difficiles dans la rivière Coquitlam

La rivière Coquitlam l'automne.

La rivière Coquitlam tire son nom de la Première Nation locale de Kwikwetlem.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Les efforts de conservation du saumon Sockeye dans la rivière Coquitlam, en Colombie-Britannique, ont donné des résultats mitigés ces dernières années.

Pendant des milliers d'années, avant la colonisation, cet affluent du fleuve Fraser a soutenu le peuple de Glen Joe avec son abondant saumon Sockeye. C'est tout ce que nous sommes, tout ce que nous faisons, a déclaré M. Joe, directeur des pêches de la Première Nation de Kwikwetlem. Cependant, il ne reste aujourd'hui qu'un petit nombre de saumons dans la rivière.

Un barrage et des banlieues

Le premier coup, et le plus dévastateur pour le saumon, est survenu au tournant du siècle précédent, avec la construction du premier barrage hydroélectrique de la Colombie-Britannique à travers la rivière.

Achevé en 1913, il empêche les saumons d'atteindre leurs frayères en amont, tout en rendant pratiquement impossible pour les poissons piégés dans le réservoir du barrage de migrer vers l'océan.

Des travaux ont été faits pour aider les jeunes saumons à sortir du réservoir pour se diriger vers la rivière, mais le barrage demeure un obstacle majeur.

Au fil du temps, d’autres menaces se sont ajoutées que ce soient des mines de gravier qui ont embrouillé l'eau avec du limon et des banlieues en croissance sur les rives ou le réchauffement climatique. Ces deux dernières années, des nombres historiquement bas de saumons sont revenus dans le fleuve Fraser, dans lequel coule la Coquitlam. Tous ces facteurs ont poussé le saumon Sockeye de Kwikwetlem au bord du gouffre, explique Glen Joe.

Les efforts de restauration lancés il y a deux décennies ont abouti à des succès mitigés.

Il y a trois ans, des espoirs ont été suscités lorsque les partenaires du Programme de restauration du saumon Sockeye de Kwikwetlem ont relâché 5000 jeunes saumons dans la rivière pour commencer leur voyage vers l'océan et en revenir.

Le groupe prévoyait que les premiers de ce groupe reviendraient à l'âge adulte en 2019. Mais pas un seul poisson ne s'est présenté.

Cette année, les nouvelles étaient légèrement meilleures : trois saumons rouges ont été retrouvés remontant la rivière. Deux d’entre eux sont arrivés dans le piège à poissons vivants sous le barrage, et ont été relâchés dans le réservoir dans l’espoir qu’ils engendrent la prochaine génération.

Un troisième poisson a été retrouvé mort, en partie mangé par un animal sauvage.

Selon l'écologiste Craig Orr, trois saumons rouges valent mieux qu'aucun. M. Orr est conseiller pour la Watershed Watch Salmon Society et la Première Nation de Kwikwetlem.

Les gens doivent garder l'espoir que le taux de survie en mer s'améliorera et que nous pourrions commencer à voir plus de poissons revenir, dit-il.

Avec les informations de Karin Larsen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !