•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux églises albertaines saisissent la cour contre les restrictions sanitaires

Des gens sont photographiés de face alors qu'ils sont assis à l'église avec des masques bleus au visage.

La fréquentation des lieux de culte est limitée au tiers de leur capacité d'accueil par service religieux.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Le Centre juridique pour les libertés constitutionnelles a saisi la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta pour contester les ordonnances de restrictions sanitaires contre la COVID-19.

L’organisation représente notamment deux églises, une à Calgary et l'autre à Medicine Hat.

Selon leur avocat, James Kitchen, les restrictions limitent la capacité des églises et de leurs paroissiens de vivre leur foi. Elles violent ainsi la Charte des droits et libertés et la Déclaration des droits de l'Alberta.

La majorité des églises chrétiennes ont des rituels religieux inscrit dans la Bible, comme se réunir en congrégation, le baptême, la communion, prier en posant une main sur l’épaule, explique l’avocat.

Il ajoute que, selon ses clients, les restrictions sanitaires provoquent des problèmes de santé mentale plus dangereux et nocifs que la COVID-19.

Le recours constitutionnel déposé le 4 décembre demande ainsi l'annulation de toutes les restrictions sanitaires en Alberta.

Aucune chance que ça aille de l’avant

Le vice-doyen de la Faculté de droit de l’Université de l’Alberta, Eric Adams, aussi constitutionnaliste, pense que les plaignants seront déboutés.

Suivant son expérience, il croit que les gouvernements ont un argument constitutionnel qui a plus de poids que les arguments des entités individuelles : Il est certain que ces restrictions ont des conséquences, et même des conséquences négatives sur certaines personnes, sur l’économie, mais les gouvernements sont élus pour établir des compromis.

Il rappelle qu'aujourd'hui les gouvernements font ces compromis parce que les conséquences de la pandémie sont plus négatives que celles des restrictions sanitaires.

Quand un gouvernement doit gérer une urgence sanitaire comme une pandémie, est-ce qu’il a la possibilité d’assurer le bien-être de tous, au nom de l’intérêt public? Je crois que la Constitution lui donne la latitude de le faire.

Une citation de :Eric Adams, constitutionnaliste, Université de l'Alberta

Les avocats du centre juridique présenteront leurs arguments devant un juge de Calgary le 17 décembre.

En plus du recours contre les restrictions, le centre défend aussi un Calgarien qui a reçu une amende pour avoir organisé une manifestation antimasque.

Ce centre est surtout connu pour la défense des droits constitutionnels religieux. Son président, John Carpay, avait d'ailleurs comparé le drapeau arc-en-ciel aux symboles nazis.

Avec des informations de Paige Parsons

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !