•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La PHSA doit faire mieux, dit Adrian Dix

Une photo de masque N95 avec une croix rouge à travers et en rouge, l'inscription : non-approuvé.

Une photo distribuée par les centres américains de contrôle des maladies qui montre un exemple de masque contrefait vendu autour du monde. Des masques similaires ont été achetés par la PHSA, l'autorité de santé de la Colombie-Britannique.

Photo : Centres for Disease Control

Radio-Canada

Le ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Adrian Dix, dit qu’il s'attend à ce que l'autorité provinciale des services de santé (PHSA) et son président et chef de la direction « fassent mieux » à la suite d'allégations de dépenses abusives.

Nous ne sommes pas contents, déclare le ministre Dix lors d'un entretien téléphonique. C'est le travail [du président et chef de la direction Benoît Morin] et celui de la PHSA de faire mieux et de suivre les recommandations. Et je m'attends à ce qu'ils le fassent.

Le ministre de la Santé a ordonné un examen immédiat des dépenses présumées de l'autorité après que CBC News eut fait part de préoccupations soulevées par plusieurs sources.

Des lanceurs d'alerte ont accusé l'autorité d'avoir gaspillé de l’argent pour de l’équipement de protection inutilisable et des rénovations inutiles, notamment.

Dans un communiqué, Adrian Dix indique qu'il accepte les recommandations du sous-ministre de la Santé à la suite de son examen des dépenses de la PHSA, incluant :

  • des limites sur les dépenses internes en capital de la PHSA qui peuvent avoir lieu sans l'approbation du sous-ministre;

  • un examen et une actualisation des politiques relatives à la planification des immobilisations internes qui doivent être achevés par le ministère de la Santé;

  • des limites sur les changements à la direction qui peuvent être faits par l'autorité sans l'approbation du sous-ministre;

  • un examen des politiques de dépenses des réunions d'affaires de l'administration et de chaque régie régionale de la santé.

Le ministre Dix précise qu'un conseiller externe sera aussi embauché pour sonder les inquiétudes sur la façon dont l'autorité a géré l'achat problématique d'équipement de protection individuelle pour aider à restaurer la confiance du public dans la PHSA et ses dirigeants.

Nous sommes actuellement dans un processus juridique pour rechercher des recours juridiques pour cet achat, affirme Adrian Dix. Nous verrons comment ça se passe.

Les recommandations appellent également l'autorité à clarifier d'ici janvier le rôle de son président-directeur général, Benoît Morin, dans tous les aspects de la transaction impliquant Luminaire, un distributeur de produits de santé.

Le ministre Dix soutient que le personnel de la PHSA, actuel et ancien, est absolument assuré de pouvoir parler librement au conseiller de la firme Ernst and Young, John Bethel, qui supervise l'examen, sans crainte de représailles. Il a ajouté que cela s'applique même s'ils pensent que leur accord de départ les empêche de le faire.

Réagissant par communiqué, la PHSA s'est faite avare de commentaires quant à l'annonce de vendredi.

Nous avons et continuons d'appuyer pleinement cet examen et nous accueillons maintenant les recommandations comme une occasion de garantir la confiance du public dans la PHSA et son leadership.

Avec les informations de Liam Britten

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !