•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’annulation des rassemblements de Noël déçoit les traiteurs de la Mauricie

Des plats dans des contenants en aluminium.

Les traiteurs et restaurateurs doivent encore une fois se réorganiser et tenter d’éviter les pertes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs traiteurs de la région doivent composer avec les annulations de commandes depuis la décision de Québec de ne plus permettre de rassemblement pour Noël.

Alors qu’ils avaient déjà dû revoir leur offre en proposant des menus pour une dizaine de personnes, les traiteurs et restaurateurs doivent encore une fois se réorganiser et tenter d’éviter les pertes. Un autre coup dur pour un secteur de l’économie particulièrement fragilisé par la pandémie.

Paul Piché traiteurs, qui sert les repas notamment au Grand Prix de Trois-Rivières, a perdu pour 2,3 millions $ de chiffre d’affaires de mars à septembre. Il est passé aussi de 182 à 10 employés.

Le propriétaire, Simon Piché, estime que Noël était la dernière occasion de faire un peu d’argent avant les mois creux de janvier et février.

C’est de se réinventer pour faire une offre de service pour 10 personnes quand on est habitué de faire [plus]. Nos plus gros partys des Fêtes étaient de 1200 couverts le même soir et là, c’est de tout remettre ça à zéro , dit-il.

Donc à toutes les fois, ça a des coûts de ressources humaines et économiques. On creuse notre tombe tranquillement pas vite, parce qu’on gaspille de l’argent à essayer de se réinventer.

Simon Piché, propriétaire de Paul Piché traiteurs

Le Buck traiteur avait déjà prévu une offre de repas pour quatre personnes. Plusieurs clients ont choisi de revoir leurs commandes à la baisse.

Proposer d'autres options

Les propriétaires tentent de limiter les pertes financières en proposant à leur client de conserver leur commande pour la congeler ou de leur offrir des cartes-cadeaux.

J’inviterais les gens qui ont déjà des engagements avec leurs restaurateurs à les honorer quitte à donner de la nourriture à des proches, des familles, des amis ou des gens dans le besoin.

Martin Bilodeau, cofondateur du Buck : Pub Gastronomique

L’achat d’inventaire pour produire les menus de Noël représente des sommes importantes pour les restaurateurs, selon le cofondateur du Buck : Pub Gastronomique, Martin Bilodeau.

On ne peut pas prendre le risque à 100 % d’avoir beaucoup d’annulations. C’est beaucoup de sous aussi qui vont dormir dans nos chambres froides, parce qu’on a déjà commencé la mise en place pour le temps des Fêtes, donc on ne peut pas se permettre de laisser dormir de l’argent, surtout pas en temps de pandémie, indique-t-il.

Un homme barbu debout dans une salle de restaurant.

Martin Bilodeau est cofondateur du Buck : Pub Gastronomique.

Photo : Radio-Canada

La boutique Rose-Vanille, gâteaux et compagnie aussi a dû composer avec les annulations de commandes au cours des derniers jours.

La propriétaire Caroline Poisson entend proposer de nouveaux produits pour tenter de tirer son épingle du jeu.

C’est quand même un petit peu dommage, parce qu’on mise beaucoup sur encourager les commerces locaux et quand les commandes sont placées et les gens annulent, ça fait mal parce que c’est un encouragement et là on ne l’a plus, se désole-t-elle.

Le restaurant Le Poivre Noir à Trois-Rivières a pour sa part constaté une hausse des commandes à la suite de l’annonce de Québec. Comme quoi, même si c’est en petites bulles, certaines familles ont tout de même décidé de fêter Noël en grand avec un repas gastronomique.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !