•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PLQ appelle Québec et Ottawa à sévir contre Pornhub

Plan rapproché de Christine St-Pierre.

La députée libérale Christine St-Pierre a assuré la vice-présidence de la Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des mineurs.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Devant les allégations de vidéos montrant des mineurs et des agressions sexuelles sur la plateforme du géant pornographique Pornhub, le Parti libéral du Québec (PLQ) a appelé samedi les gouvernements du Québec et du Canada à lutter activement contre l’exploitation sexuelle de mineurs.

Ce que nous apprenons dans le New York Times est un dur coup pour la réputation du Canada, du Québec et de la ville de Montréal, ont réagi les députés libéraux Christine St-Pierre, Isabelle Melançon et Frantz Benjamin dans un communiqué commun.

Le New York Times a publié vendredi une enquête exposant au grand jour la présence de contenus illégaux sur la plateforme Pornhub sans que ses administrateurs s'en trouvent punis. Ce site appartient au conglomérat privé Mindgeek, qui est établi à Montréal.

Nous avons le devoir de nous assurer que des sites web comme Pornhub prennent leurs responsabilités en s'assurant qu'aucune vidéo de pornographie juvénile ne puisse s'y trouver.

Extrait du communiqué de l'aile parlementaire du Parti libéral du Québec

Nous devons tous lutter contre l'industrie de l'exploitation sexuelle et du viol, ont ajouté les députés.

Pour ce faire, il faut que les gouvernements canadien et québécois prennent leurs responsabilités, estime le PLQ.

Il demande au premier ministre Justin Trudeau d'annoncer l'ouverture d'une enquête sur les activités de Pornhub, comme l'ont demandé à plus d'une reprise des parlementaires. Si les allégations parues dans le New York Times s'avèrent fondées, il faudra prendre les mesures coercitives qui s'imposent pour avoir hébergé des vidéos démontrant des crimes sexuels de masse comme le viol, la traite, la maltraitance et l'agression d'enfants, disent les libéraux.

Du côté de Québec, ils interpellent la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, afin qu'elle autorise la mise en oeuvre rapide d'une des recommandations du rapport de la Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des mineurs, publié jeudi.

Le comité suggère ainsi au gouvernement de confier à des experts le mandat de produire un avis concernant la présence de pornographie juvénile sur des sites liés à des entreprises enregistrées au Québec et les mesures mises en place pour la prévenir et la réprimer.

Le PLQ exige notamment qu'Ottawa et Québec s'assurent de l'existence de mécanismes visant à valider l'identité, l'âge et le consentement de tout individu paraissant dans du matériel pornographique.

Vendredi, la vice-première ministre Guilbault a elle aussi exprimé le souhait qu'une enquête soit ouverte pour faire la lumière quant aux allégations visant Pornhub.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !