•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ancien maire de Baie-Trinité devra rembourser la Ville

Denis Lejeune au palais de justice de Baie-Comeau.

Denis Lejeune au palais de justice de Baie-Comeau (archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Félix Lebel

La Cour du Québec ordonne à l'ancien maire de Baie-Trinité, Denis Lejeune, de rembourser les fonds de la Municipalité qu'il avait utilisés pour payer sa défense face à une accusation d’agression sexuelle, dont il a été reconnu coupable en 2015.

C’est à la suite d’une entente entre les deux parties que Denis Lejeune a convenu de rembourser la somme de 18 568 $, avant que la juge Sonia Bérubé entérine cet accord jeudi dernier.

L'ex-maire devra aussi rembourser les frais juridiques encourus lors de cette poursuite par la Municipalité, ce qui porte le total à plus de 21 000 $.

En novembre 2017, le conseil municipal de Baie-Trinité avait voté en faveur de la récupération de ces frais d’avocat, trois mois après la démission de M. Lejeune de son poste de maire.

En plus de ces frais juridiques, la Ville réclamait le remboursement d’un contrat octroyé à Denis Lejeune pour une consultation, d’une valeur de plus de 5000 $.

Une page qui se tourne

Denis Lejeune était resté en poste pendant deux ans après avoir été reconnu coupable d'agression sexuelle en juillet 2015.

La loi, à l’époque, lui permettait de conserver son siège s'il n’était pas condamné à au moins 30 jours de prison. On lui avait plutôt imposé une période de probation et des travaux communautaires.

Étienne Baillargeon est souriant.

L'actuel maire de Baie-Trinité, Étienne Baillargeon, se dit soulagé de cette entente (archives).

Photo : Radio-Canada / Courtoisie

Pour l’actuel maire de Baie-Trinité, Étienne Baillargeon, la résolution de cette affaire est une page qui se tourne pour la Municipalité.

Personnellement, je suis très satisfait, surtout que ça peut finir par faire clore complètement le dossier de l'argent dû. Je suis content parce qu'on peut réellement et complètement passer à autre chose et clore ce dossier-là, explique M. Baillargeon.

Il ajoute que cette somme n’est en réalité pas l’argent de la Municipalité, mais celui des citoyens, qui n’avaient pas à payer pour la défense juridique de M. Lejeune.

La Ville a donné un délai de 30 jours à l’ancien maire pour qu’il rembourse cette somme.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.