•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moscou commence à vacciner certains travailleurs de moins de 60 ans

Parallèlement à Pfizer/BioNTech, Moderna et Sanofi, la Russie a été l'un des premiers pays à annoncer, en août, le développement d'un vaccin, baptisé « Spoutnik V » en référence au satellite soviétique.

Une infirmière avec une dose de vaccin et une patiente, de dos, au premier plan.

Une infirmière se prépare à inoculer le vaccin Spoutnik V à une patiente dans une clinique de Moscou, le 5 décembre 2020. Les doses devraient être mises à la disposition de l'ensemble de la population début 2021.

Photo : afp via getty images / Kirill Kudryavtsev

Reuters

Moscou a commencé à distribuer samedi le vaccin Spoutnik V contre la COVID-19 dans 70 cliniques, première étape d'une campagne de vaccination de masse contre le virus.

Selon le groupe de travail sur le coronavirus de Moscou, le vaccin est d'abord mis à la disposition des médecins, des autres employés du milieu hospitalier, des enseignants et des travailleurs sociaux afin de cibler les populations les plus exposées à la maladie.

Vous travaillez dans un établissement d'enseignement et avez la priorité absolue pour le vaccin COVID-19, gratuitement, lit-on dans un SMS reçu tôt samedi par un Moscovite enseignant à l'école primaire, et vu par Reuters.

Moscou, l'épicentre de la pandémie de coronavirus en Russie, a enregistré 7993 nouveaux cas en 24 heures et 6868 la veille, soit bien plus que les chiffres d'environ 700 contaminations par jour observés début septembre.

Au cours des cinq premières heures, 5000 personnes se sont inscrites pour une injection – enseignants, médecins, travailleurs sociaux, ceux qui risquent aujourd'hui le plus leur santé et leur vie, a écrit vendredi le maire Sergueï Sobianine sur son site Internet personnel.

L'âge des personnes vaccinées est plafonné à 60 ans. Les femmes enceintes ainsi que les gens qui souffrent de certains problèmes de santé sous-jacents ou qui ont eu une maladie respiratoire au cours des deux dernières semaines ne peuvent être vaccinés.

Inquiétudes

La Russie a conçu deux vaccins, Spoutnik V, qui est soutenu par le fonds d'investissement direct russe, et un autre, développé par l'Institut de Sibérie, dont les essais finaux restent à réaliser.

Des scientifiques ont exprimé des inquiétudes en ce qui concerne le fait que la Russie a donné son feu vert à la réglementation pour ses vaccins et lancé des vaccinations de masse avant la fin des essais complets censés vérifier leur innocuité et leur efficacité.

Le vaccin Spoutnik V est administré en deux injections, la seconde dose étant prévue 21 jours après la première. Pour lutter contre le coronavirus, Moscou a fermé fin mars tous les lieux publics, y compris les parcs et les cafés – sauf pour les livraisons –, la police patrouillant dans les rues pour faire appliquer la règle. Les restrictions ont cependant été assouplies à partir de la mi-juin.

La Russie a signalé 28 782 nouvelles contaminations samedi. Il s'agit de son décompte quotidien le plus élevé, portant le total national à 2 431 731 cas avérés, le quatrième bilan du monde.

En octobre, certaines restrictions, comme l'apprentissage à distance pour certains élèves du secondaire et la limite de 30 % du nombre de travailleurs admis dans les bureaux, ont été de nouveau appliquées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !