•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de places en services de garde préoccupe le maire de Senneterre

Des jeux à terre dans une salle de classe, En arrière plan on aperçoit les jambes d'un enfant qui joue à terre.

Les impacts du manque de places en garderies sur les femmes et leurs familles.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire de la Ville de Senneterre Jean-Maurice Matte a plaidé pour la création d’un nombre suffisant de services de garde, qui « sont essentiels à notre développement économique », selon lui.

Jeudi, les membres Caucus des municipalités de centralité de l’Union des municipalités du Québec (UMQ) ont rencontré le ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe, pour discuter de l’importance des places en services de garde et de leur influence sur l’attractivité et la rétention de main-d’oeuvre dans les régions.

Ce dont on a besoin, ce sont des familles, c’est plus de monde en Abitibi-Témiscamingue, et des services de garde pour qu’autant les papas que les mamans puissent avoir un emploi et avoir leurs enfants dans un endroit en sécurité, dit Jean-Maurice Matte.

L’UMQ a d’ailleurs adopté une résolution pour la mise en place un comité ad hoc qui doit se pencher sur le manque de services de garde en région et trouver des solutions.

Le ministre a exprimé son entière collaboration à ce comité-là et pour nous, c’est une bonne nouvelle, rapporte le maire de Senneterre. Dès le retour des Fêtes, il y aura des tables de travail mises en place et des solutions proposées. Je pense qu’il faut sortir des sentiers battus et proposer des solutions qui sont novatrices pour que chaque famille puisse trouver une place pour leurs enfants.

En Abitibi-Témiscamingue, cinq pôles urbains font partie du Caucus des municipalités de centralité de l’UMQ, soit Senneterre, Malartic, La Sarre, Ville-Marie et Témiscaming.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !