•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau revers de Trump dans le dossier des « Dreamers »

Gros plan d'une jeune femme qui tient dans ses mains une pancarte sur laquelle on peut lire : ''Yo soy un Americano'' (Je suis une Américaine).

Le président désigné Joe Biden avait déjà promis de rétablir ce programme dès son assermentation.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Agence France-Presse

Un juge fédéral américain a ordonné vendredi à l'administration de Donald Trump de rétablir pleinement un programme de protection de jeunes arrivés clandestinement aux États-Unis lorsqu'ils étaient enfants – mieux connus sous l’appellation des « Dreamers » – institué par le président Barack Obama et auquel son successeur tente de mettre fin depuis 2017.

Le juge Nicholas Garaufis, du tribunal de Brooklyn, à New York, a demandé aux autorités américaines de permettre aux migrants concernés de s'inscrire à ce programme, s'opposant ainsi à une décision qui le limitait aux bénéficiaires déjà inscrits.

Selon le cercle de réflexion Center for American Progress, qui milite en faveur du programme, près de 300 000 personnes supplémentaires pourraient en bénéficier.

C'est le dernier revers en date pour Donald Trump dans le dossier des Dreamers. La Cour suprême des États-Unis lui a en effet interdit de mettre un terme à ce statut protecteur au mois de juin, jugeant sa décision capricieuse et arbitraire.

Le juge Garaufis a également annulé mi-novembre une décision du ministre américain de la Sécurité intérieure, Chad Wolf, qui restreignait l'accès au programme et limitait à un an, contre deux auparavant, le renouvellement du statut des bénéficiaires.

Le président désigné Joe Biden a quant à lui promis de rétablir ce programme dès sa prise de fonction le 20 janvier.

Environ 700 000 personnes en bénéficient. La plupart d'entre elles sont originaires d'Amérique latine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !