•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie force des artistes à songer à une autre carrière

Un danseur et une danseuse faisant une arabesque sont sur scène.

Selon un sondage du Regroupement québécois de la danse, plus de la moitié des danseurs et danseuses envisagent de réaliser une transition professionnelle.

Photo : Grands Ballets Canadiens de Montréal

Radio-Canada

La précarité financière liée à la pandémie force de nombreux artistes à entamer des démarches pour explorer de nouvelles avenues professionnelles.

Cette réalité touche particulièrement les personnes œuvrant dans les arts de la scène, qui ont vu leurs possibilités de se produire devant public se réduire comme peau de chagrin.

Pour Maryse Pelletier, violoniste pigiste qui travaille entre autres avec l’Orchestre métropolitain, la pandémie a constitué un choc brutal. Du jour au lendemain, je me ramasse avec plus rien, mais vraiment plus rien : plus d’orchestre, plus de concerts, plus de travail, explique-t-elle en entrevue avec Catherine Richer, chroniqueuse culturelle au 15-18.

Selon un sondage réalisé par le Regroupement québécois de la danse auprès de 130 danseurs et danseuses, c’est plus de la moitié des artistes en danse qui envisagent une nouvelle carrière.

Ce phénomène n’est pas nouveau, mais est exacerbé par la pandémie. Les danseurs vivent dans la précarité financière, et on sait que c’est la raison pour laquelle ils vont faire une transition de carrière, explique Parise Mongrain, directrice du Centre de ressources et transition pour danseur (CRTD).

Son organisme, qui accompagne depuis 35 ans les professionnels de la danse dans leurs démarches professionnelles, aide depuis deux ans une vingtaine d’artistes d’autres disciplines au sein du projet pilote Pianissimo.

La demande pour ce type d’accompagnement, qui comprend notamment des services d’orientation ainsi que des conseils juridiques et financiers, prend de l’ampleur depuis quelques années.

Les artistes qui cognent à la porte du CRTD apparaissent de plus en plus, selon Parise Mongrain, qui précise que les lésions professionnelles, l’épuisement et le manque de satisfaction au travail constituent d’autres facteurs – en plus de la précarité – qui poussent les professionnels des arts de la scène à réfléchir à un changement de carrière.

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !